Search
jeudi 18 août 2022
  • :
  • :

Crise scolaire: les enseignants en grève ce mardi

Les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016, alertent à travers le communiqué n°18 leurs militantes et militants pour l’observation massive de la grève du 4 janvier 2022.

L’année 2022 sera-t-elle aussi mouvementée comme 2021 à cause du manque des compromis entre les autorités maliennes et les enseignants ?

L’année 2022 a débuté sous la menace de la grève de la synergie d’enseignants. Le mardi, sur toute l’étendue du territoire, les enseignants sont dans la dynamique de déposer la craie. Dans une note, datant du 29 décembre 2021, on peut lire » les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 informent les militantes et militants qu’ils ont participé à la conciliation du 29 décembre 2021 au ministère de l’Éducation nationale. Ils tiennent à rappeler que ces négociations font suite à l’arrêté n°20215529/MTFPDS-SG du 28 décembre 2021 portant mise en place d’une commission de conciliation. Ainsi, au cours des discussions, il en sort que : le gouvernement maintient sa position de primes et indemnités tout en indiquant sa disponibilité à les revoir à la hausse. Et, les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 réitèrent aussi leur position d’élaboration d’une nouvelle grille pour le personnel enseignant tout en indiquant leur disponibilité à discuter des modalités de son application. Les conciliateurs ayant fait le constat de différentes positions ont décidé de suspendre les discussions tout en donnant des conseils aux deux parties. Toutefois, les deux parties pourraient se retrouver avant le début de la grève, le 4 janvier 2022. Les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre invitent les militantes et militants à rester debout, mobiliser autour du préavis du 4 janvier 2022 ».

Aussi, dans la lettre n°24 « Les syndicats attirent l’attention des collègues dispensant des cours ou évoluant dans les établissements privés que la réussite de la lutte dépend des sacrifices qu’ils vont consentir en abandonnant les cours et les tâches administratives dans les écoles privées durant la période allant du 4 au 11 janvier 2022. Les syndicats rassurent les militants que le dénouement heureux de leur revendication dépend de l’arrêt total des cours dans tous les établissements privés pendant les périodes de grève ».

En dehors de cette lutte entamée depuis toujours, soulignons que malgré des négociations avec le gouvernement de Boubou en passant par Moctar Ouane jusqu’à Choguel, aucun compromis n’a, jusqu’à présent, vu le jour. Pour la synergie, c’est l’application du fameux article 39 que le gouvernement veut ranger sous les tiroirs. À cet effet, observons la suite après la conclusion des ANR et cherchons à savoir à la base de quoi la transition prétend une prorogation pour réaliser son projet de Malikura.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *