Search
mardi 1 décembre 2020
  • :
  • :

CSTM : adhésion du syndicat du Bureau Veritas-Mali !

Le Comité syndical des travailleurs du Bureau Veritas-Mali qui était affilié à l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) vient de claquer la porte pour aller à la Confédération syndicale des Travailleurs du Mali (CSTM). La cérémonie de signature de l’acte d’affiliation a eu lieu ce samedi 14 novembre 2020, au siège de la CSTM, au Quartier du fleuve. C’était en présence des membres du Comité exécutif de la CSTM, dont Mahamane KOUNTA et Issiaka Moussa KABORE, ainsi que le secrétaire général du comité syndical du Bureau Veritas-Mali, Moussa DABO et ses camarades syndicalistes.

Dans ses explications, Amadou SOW, secrétaire général adjoint a fait savoir que le comité syndical des travailleurs du Bureau Veritas-Mali était un syndicat affilié à l’UNTM. Après quelque temps, les travailleurs, à travers les responsables du comité syndical, ont constaté que les doléances ne sont pas prises en main par l’UNTM. D’où les points de divergence entre les parties a informé l’adjoint du secrétaire général. Il a dénoncé l’opportunisme et la partialité de l’UNTM dans la prise en compte des doléances des différents comités syndicaux qui lui sont affiliés. Selon Amadou SOW, le comité syndical du Bureau-Veritas-Mali a confirmé son affiliation à la CSTM, à travers la Fédération nationale des travailleurs des finances (FENATAF).
Pour le secrétaire général adjoint, le syndicalisme se fait à l’UNTM de façon sélective. Il a expliqué que ses camarades ont vécu autrement la lutte syndicale à l’UNTM. D’où le divorce entre son comité et l’UNTM. Parce que selon Amadou SOW, les travailleurs du Bureau-Veritas-Mali étaient tous convaincus que leur objectif syndical ne pourrait pas être atteint à l’UNTM à cause de son jeu de partialité.
Ensuite, dans les propos du secrétaire général adjoint, M. SOW, il est ressorti que les travailleurs du Bureau- Veritas Mali sont menacés d’être au chômage forcé. «Tous les agents du Bureau-Veritas Mali travaillent sur la base d’un contrat entre la société et l’État malien. Des gens veulent mettre fin à ce contrat pour passer la société à d’autres personnes tout en mettant au chômage tous les travailleurs dans cinq ans», a informé Amadou SOW, l’adjoint du secrétaire général.
« Le Bureau-Veritas Mali qui est une société française a un contrat avec l’État malien. On a été informés que dans cinq, le contrat passera par une structure malienne qui va résilier le contrat avec les anciens travailleurs », a révélé le responsable syndical qui ajoute que cela faisait huit ans que le Bureau-Veritas-Mali existe au Mali. Selon lui, le contrat scanner était sur huit ans, mais le PVI était sur 3 ans renouvelables.
L’adjoint du secrétaire général a déploré que l’UNTM n’ait jamais participé, même une seule fois, à la négociation du contrat pour son comité syndical du Bureau-Veritas Mali. Pour qu’un syndicat demande l’amélioration des conditions de travail et vie, il faut que les travailleurs continuent à travailler.

Par SABA BALLO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *