Search
lundi 19 octobre 2020
  • :
  • :

Culture: le combat de l’AJBM

Le bureau de l’Association des jeunes Buwa du Mali (AJBM) a présenté le samedi dernier son rapport annuel à ses militants couplée à une conférence-débat sur le thème : « L’éducation en milieu Bo ».

La cérémonie a eu lieu à l’ENSUP de Bamako sous présidence de plusieurs personnalités et notabilités de la communauté Buwa ainsi que des membres de l’Association.

Mise en place, il y a un an, le regroupement est dirigé par le président Pierre DAKOUO. Souhaitant la bienvenue aux participants, il a rappelé les objectifs de l’AJBM. Pour lui, elle a été initiée pour renforcer les cadres d’échanges et de rencontres entre eux afin de faire face aux multiples défis de leur communauté.

« Aussi, notre culture est méconnue, il faut des cadres encore davantage la valoriser », a souligné le président DAKOUO. Avant d’ajouter que l’association est également très préoccupée par la situation sécuritaire fragile dans le pays.

« On doit jouer notre part dans la stabilisation. Rien de durable ne peut se réaliser sans la paix. Il n’y a de culture sans la paix », a soutenu Pierre DAKOUO.

Et depuis, a-t-il affirmé, la communauté Buwa est fortement touchée par ces conflits intercommunautaires. En fonction de ces réalités, il a rappelé qu’après le lancement de leurs activités au Palais de la culture, l’AJBM a initié principalement trois projets.

Ceux-ci sont liés à la cohésion sociale, à l’entente entre les communautés, la prévention des conflits intercommunautaires. Enfin, il y a aussi le projet d’organisation de la semaine culturelle commémorative de la révolte des Buwa.

En présentant le bilan de leurs activités d’une année, il s’est réjoui des résultats atteints même si tout le plan d’action n’a été réalisé. En ce laps de temps, il a souligné que l’Association, conformément à leurs objectifs, a mené des actions de collaboration avec d’autres structures de jeunes ; de sécurisation notamment.

« À ce jour, on est fier de revendiquer que grâce à nos plaidoyers, la communauté Buwa a renoncé à son projet de création de groupe d’auto-défense pour sécuriser ses populations », a déclaré M. Pierre DAKOUO.

Également, poursuit-il, l’association a réussi à convaincre les parents à accueillir et à héberger les déplacés internes qui fuient leur terroir, à cause des conflits armés.

Pour les perspectives, l’AJBM entend poursuivre avec ses projets qui n’ont pas pu être réalisés. Il s’agit notamment de l’organisation de la semaine commémorative de la révolte Buwa. En outre, l’association entend mettre l’accent sur la formation des jeunes, renforcer leur capacité en leadership, dans l’entreprenariat, etc.     

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *