Search
lundi 16 octobre 2017
  • :
  • :

Curage et surcreusement du marigot Banconi: les travaux exécutés à hauteur de 74,75%

Le nouveau ministre de l’Urbanisme et de l’habitat, Dramane DEMBELE, a effectué sa première sortie de terrain par la visite des travaux de curage et de surcreusement des marigots Tinkolé, Banconi en C I; Djissourouba et Woyowayanko, en C IV du District de Bamako.

Pour la circonstance, il était accompagné d’une forte délégation de son département, notamment le chef de cabinet, Gaoussou COULIBALY; le conseiller technique, M. YALCOUE; le directeur national de l’Urbanisme et de l’habitat, Amadou MAIGA… On y notait la présence de la directrice générale du Génie civil , et les représentants de la CETRU (Cellule des travaux d’urgence), chargés de l’exécution des travaux dans les 2 communes, les élus communaux et chefs de quartiers concernés, ainsi que les responsables des structures et organisations impliquées dans le projet.
Il ressort du protocole d’accord que le ministère de l’Urbanisme et de l’habitat est le maître-d’ouvrage et les entreprises, chargées de l’exécution sont le Génie civil, pour la Commune I; et la CETRU, pour la Commune.
Quant au suivi des travaux, il est assuré par la Direction régionale de l’Urbanisme et de l’habitat du district de Bamako.
Les montants des travaux de curage et de surcreusement du Tingolé et du Banconi, en CI, sont respectivement de 328 401 904 FCFA et de 371 588 284 FCFA, soit un total de 699 990 188 FCFA, financés par le budget national sur l’exercice 2014-2015.
Les travaux de curage et de surcreusement, concernant le Tinkolé, long de 5 000 ml et le Banconi, long de 7 000 ml, lancés le 15 mai 2014.
A la date du 14 janvier 2015, il s’avère que sur le Tinkolé, 4 668 ml ont été curés, soit un taux d’avancement de 93,36%; quant au Banconi, le taux d’exécution est de 100%.
Concernant l’évacuation des déblais de curage, au Tinkolé, 2 550 ml ont été évacués, soit un taux d’avancement de 51%. Sur le Banconi, 2 700 ml ont été évacués, soit un taux d’exécution de 38,57%.
L’état d’avancement général des travaux est de 74,75% à la date du 14 janvier 2015.
L’entreprise, qui a reçu une partie du premier décompte, se proposerait de poursuivre les travaux de curage et de surcreusement sur le marigot Tinkolé, le tronçon Pont de Dianguinèbougou, jusqu’à la limite du District de Bamako.
Pour ce faire, les matériels et personnels mobilisés sont, entre autres, un porte-char, 3 retro pelles, un chargeur, un bulldozer, 4 camions, 4 camions-bennes, un véhicule de liaison et un lot de petits matériels. Le personnel d’encadrement est estimé entre 20 et 60 personnes.
Un tel chantier n’est pas sans difficulté. En effet, celles qui sont rencontrées par le Génie civil ont pour noms; le dépôt constant des ordures sur les berges déjà curées et évacuées; l’obstruction des passages d’engins par les constructions le long des marigots et par endroits le lit du marigot par des aménagements privés; la prolifération des canalisations d’eau et d’électricité, à travers les marigots; l’occupation des berges par les maraichers, avant même l’évacuation des déblais.
Aussi, il a-t-il constaté la dégradation (effondrement de berge et obstruction) des travaux exécutés avant la saison hivernale. Pour pallier ce problème, il est souhaitable de procéder à l’aménagement des marigots.
Quant à la CETRU qui a en charge l’exécution des travaux concernant les marigots de Djissourountouba, long de 1 700 ml, et de Woyowayanko, long de 4 000 ml, en C IV du District de Bamako.
Les montants des travaux sont de 15 millions de FCFA pour Djissourountouba et de 78 161 550 FCFA pour Woyowayanko. Soit un coût total de 93 161 550 FCFA, financé par le budget national sur les fonds de l’Autorité routière.
Les travaux de surcreusement de Djissourountouba, qui sont au moins d’un mètre de profondeur, sont totalement exécutés.
La visite s’est poursuivie sur le Djissourountouba et le Woyowayanko, en CIV pour s’enquérir également de l’état d’avancement des travaux et des difficultés rencontrées.
Le ministre Dramane DEMBELE, qui effectue ainsi sa toute première visite de terrain en sa qualité de ministre de l’Urbanisme et de l’habitat, a demandé aux responsables communaux et locaux à sensibiliser les populations pour qu’elles ne desservent plus des ordures sur les berges des marigots qui sont évacués à coût des millions pour leur propre intérêt (sauvegarde de leurs vies et biens).
Lors de cette visité, le ministre a ordonné l’arrêt des travaux de constructions privées sur les emprises du marigot à Banconi. Par ailleurs, il a été désagréablement surpris de voir sur les déblais et dans le lit du marigot à Banco, une école privée de 4 salles de classe. Là, le ministre a promis de saisir son homologue de l’Éducation pour faire certainement déguerpir cette «école» qui ne fait pas la fierté du Mali d’IBK.
Par Sékou CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *