Search
samedi 18 novembre 2017
  • :
  • :

CV: la plateforme « oui AN SON NA » sensibilise

La Plateforme « Oui AN SON NA» de la commune IV du District de Bamako a, sous une forte pluie, organisé un meeting d’information et de mobilisation en faveur de la révision constitutionnelle. Ladite manifestation a eu lieu le vendredi 14 Juillet 2017 au terrain Chaba de Lafiabougou.

La forte pluie, qui s’est abattue ce jour dans le District de Bamako, n’a pas découragé les responsables de la Plateforme « Oui AN SON NA» et leurs militants à renoncer au meeting d’information et de mobilisation de la population en faveur de la révision de la Constitution, initiée par le président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA.
Selon le porte-parole de la Plateforme « Oui AN SON NA», Mamadou N’DIAYE, cette mobilisation atteste qu’il a des milliers de Maliens qui sont mobilisés et acquis à la cause de cette révision constitutionnelle.
Il ne faut pas que certains, à son vais, donnent l’impression qu’il n’y a pas de Maliens qui sont favorables à la révision de la Constitution du 25 février 1992.
«Je vous dis que les gens sont motivés pour répondre « Oui » à cette initiative du président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA. Aujourd’hui, vous voyez la pluie (Ndlr le vendredi 14 juillet). Malgré tout, les gens sont venus très nombreux sous la pluie pour répondre «Oui» au référendum constitutionnel. Cela reflète de l’amour que les Maliens ont pour leur pays. Au fur et à mesure, les choses deviennent plus claires. Les Maliens comprennent la nécessité de cette révision constitutionnelle», a indiqué M. N’DIAYE.
Aussi, a-t-il noté, ce meeting est une réponse de la promesse faite par la Plateforme «Oui AN SON NA», au lancement de ses activités au Palais des sports, d’aller vers les populations en vue de les informer du contenu de cette révision constitutionnelle.
«Nous avons organisé ce meeting pour informer nos frères et sœurs, nos mamans, nos pères sur cette révision constitutionnelle», a soutenu M. N’DIAYE avant de promettre que ce travail de sensibilisation, d’information en faveur de l’initiative va se poursuivre jusqu’au référendum.
Par ailleurs, il s’est dit comblé du fait que les Maliens sont en train de comprendre les enjeux de cette révision et la démarche peu orthodoxe de certains leaders politiques de notre pays.
Il a expliqué que des partisans du ‘’Non’’ à la révision sont en train de faire tomber les masques une à une. Il en veut pour preuve: à chaque stade ou phase du processus de la révision, des défenseurs du ‘’Non’’ avancent différentes raisons justifiant leur refus.
Il a indiqué qu’après avoir expérimenté plusieurs concepts, ces mêmes gens sont maintenant en train de s’accrocher sur la nomination d’une partie du Sénat pour dire qu’ils ne faut pas aller à une révision constitutionnelle.
Or, selon M. N’DIAYE, au-delà de cet aspect, il faut voir la finalité de cette révision. Et l’unanimité est faite que l’initiative de la révision est nécessaire pour la paix et la stabilité de notre pays ; parce qu’elle vient parachever le processus de la paix durable.
Aussi, il a déploré que dans le débat de l’opposition sur la révision de la constitution, il y a moins de sincérité. Car dans leur procès contre l’initiative, ils oublient volontiers d’indiquer le bien-fondé de la révision. Sinon, en plus de corriger les lacunes de la Constitution en vigueur, cette révision a aussi l’avantage de permettre à notre Etat de respecter ses engagements internationaux.
Mieux, dans cette révision constitutionnelle, il y a au moins deux concepts phares qui constituent une révolution pour notre démocratie à savoir: la décentralisation et la déconcentration.
Selon M. N’DIAYE, ces points doivent être des baromètres pour guider la décision des responsables politiques du pays, mais à cause du jeu d’intérêt, le choix est vite fait.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *