Search
mercredi 16 août 2017
  • :
  • :

Dans les coulisses du premier congrès ordinaire de l’ASMA-CFP

L’opposition persona non grata

Aucun parti politique de l’opposition n’était visible à la cérémonie d’ouverture du premier congrès ordinaire de l’Alliance pour la solidarité au Mali (ASMA-Cfp), le samedi dernier, au Palais de la culture Amadou HampAthé BA. La seule exception était le PS-Yelen Kura dont le président Amadou KOITA, a vite fait de clarifier qu’il n’était pas présent en tant qu’opposant ; mais en tant que responsable politique qui a de l’estime et du respect pour le président de l’ASMA, Soumeylou Boubèye MAIGA, présenté à lui comme l’incarnation du diable et qui est apparu comme une personne très respectueuse des autres.

Selon nos sources, les partis politiques de l’opposition n’ont simplement pas été invités à ce congrès ; contrairement à ceux de la majorité qui ont répondu à hauteur des attentes. Ils étaient plus d’une vingtaine, selon les sources organisationnelles : UDD, RPM, CODEM, RDR, RDS, PDS, BARICA, APR, CAP, PSDA, CNAS-Faso Here, APM-Equité, MPR, UFD, CD.

La démarcation désormais est nette entre la majorité présidentielle à laquelle appartient l’ASMA-Cfp et  ce qui est de l’opposition.  Chacun reste dans son camp.

Démonstration de force

Comme lors de son meeting de soutien au candidat Ibrahim Boubacar KEITA, en 2013, l’Alliance pour la solidarité au Mali (ASMA-Cfp) a fait salle pleine, le samedi dernier, lors de la cérémonie d’ouverture de son premier congrès ordinaire, au Palais de la culture Amadou Hampathé BA. Preuve, selon le secrétaire général de l’ASMA-Cfp, Amadou Baba CISSE, de la capacité de mobilisation de son parti.

Le délégués sont venus de l’ensemble des sections du pays ; mais également d’autres pays de la sous-région tels le Ghana, le Côte-d’Ivoire, le Niger, le Togo.

Cette démonstration de force, tout à l’honneur de l’ASMA, vient apporter un bémol à la faible mobilisation de la majorité lors de sa rentrée politique au Centre international de conférence de Bamako. Une tiédeur aussi dans le soutien qui a amené le Président IBK à taper du poing sur la table, à travers sa célèbre phrase : « Je suis resté sur ma faim ».

L’hommage à Fatani TOURE

A l’ouverture du congrès de l’ASMA-Cfp, le samedi dernier, au Palais de la culture, un hommage a été rendu aux responsables décédés du parti.

Mais ils n’étaient pas les seuls ; un hommage bien mérité a été rendu à Fantani TOURE qui a accompagné la campagne présidentielle. Elle nous a accompagnés pendant la campagne présidentielle a dit le secrétaire général de l’ASMA-Cfp, Amadou Baba CISSE.

La chanson de Fantani « Mali folo », le « Mali d’abord », un véritable chef-d’œuvre qui était devenue un cri de ralliement des partisans du candidat Ibrahim Boubacar KEITA, en 2013, a résonné sur toutes les places publiques durant toute la campagne. Fantani a été au cœur de la campagne présidentielle, aussi un hommage venant d’un des piliers de la Majorité présidentielle, l’ASMA-Cfp, n’est-il que justice.

La nouvelle de décès de Fantani TOURE, le mercredi dernier, en France a provoqué un véritable séisme au plan national comme international. Cette dame, à travers la musique, a porté haut le flambeau malien.

L’hommage aux combattants de la démocratie

Un hommage mérité a été rendu à Ali Nouhoun DIALLO, ancien président de l’Assemblée nationale, ancien président du Parlement de la CEDEAO, à Assarid Ag IMBARCAOUANE, ancien vice-président de l’Assemblée nationale, qui ont été de tous les combats démocratiques dans notre pays. Le président du CAP, Racine THIAM a ôté son bonnet, estimant qu’il n’est pas digne de le porter en présence de personnalités de telle envergure ; quand bien même il est dit chez nous que lors qu’on porte un grand boubou, il faut l’assortir d’un bonnet.

Rassemblés par Bertin DAKOUO

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *