Search
samedi 17 novembre 2018
  • :
  • :

Défense-transparence et redevabilité: les outils de cri 2002 pour le contrôle citoyen

Le Cercle de réflexion et d’information pour la consolidation de la démocratie au (CRI-2002), en partenariat avec Transparency International Défense et sécurité, a organisé, du 27 au 28 de ce mois, à la Maison des Aînés, une séance de formation des formateurs de Focus groups sur la consolidation de la contribution de la société civile malienne au renforcement de la transparence et de la redevabilité dans le secteur de la défense au Mali.

À cette séance, ont pris part des représentants des organisations de la société civile, des points focaux de CRI 2002, des représentants des Forces de défense venus de Bamako, des régions de Ségou, Tombouctou, Gao, Kidal, Tessalit.
Elle fait suite à la ‘’séance d’information publique’’ tenue à l’École de maintien de la paix, Alioune Blondin BEYE, le jeudi 7 juin dernier, présidée par le ministre de la Défense et des anciens combattants, Tiénan COULIBALY.
Les présentes séances s’inscrivent dans la dynamique de développement d’une stratégie dédiée au renforcement de l’engagement citoyen, à travers les organisations de la société malienne, avec les institutions de défense pour promouvoir l’intégrité, la transparence et la redevabilité dans le secteur de la sécurité.
Deux exposés faits Moussa TRAORE, au nom de CRI 2002 Raymond GABIN, pour le compte de Transparency international, ont marqué la journée inaugurale du mercredi. S’en est suivie une activité modèle relative à la bienvenue où le modérateur et les autres participants s’introduisent ; à l’aperçu général qui permet de décliner le sujet qui était ‘’la transparence et la redevabilité dans le secteur de la sécurité’’. Il a été préconisé, à l’issue des discussions, que le Gouvernement s’attaque à bon nombre de problèmes dans ce domaine.
Il faut signaler que la sélection des membres du Focus Groups se fait sur la base de la nécessité d’avoir une diversité de voix représentatives de la société civile. L’objectif étant de recueillir un éventail d’idées, et non d’obtenir un consensus.
En règle générale, le rôle du modérateur est de guider la discussion (il n’a pas d’avis) ; on cherche une gamme de points de vue : une seule personne parle à la fois, l’anonymat est respecté, il y a une égalité des points de vue (il n’est pas nécessaire d’être d’accord avec les autres, mais les écouter avec respect), des engagements sont pris, comme éteindre le téléphone durant les séances.
La journée d’hier, après un récapitulatif de la précédente, s’est ouverte sur des discussions au cours desquelles les uns et les autres ont formulé diverses observations : la mise à niveau préalable ; la bonne formulation des questions pour une meilleure compréhension ; l’élaboration du guide de questionnaire de manière inclusive…
Il y a eu également une activité de sondage où les apprenants formateurs devaient catégoriser, de 1 à 4, le risque de corruption qui se produit dans Forces armée et de sécurité du monde entier, à partir d’une liste de 10 propositions.
La seconde discussion de la journée a porté sur l’exploration des problèmes, perceptions, et changements souhaités, à partir de questions telles : quels mécanismes existent actuellement pour assurer l’intégrité et dans quelle mesure sont-ils efficaces ? Quelles améliorations avez-vous constaté dans la défense au cours de deux dernières années ? Entre la défense et la société civile ?
Au terme des travaux, le représentant de Transparency International a remercié les participants pour leur assiduité et leur contribution de qualité.
Le président de CRI 2002, le Dr SALL a, lui, salué, l’esprit d’acceptation mutuelle qui a prévalu durant les deux jours, d’autant plus qu’il ne soit jamais donné à l’avance que des intellectuels s’acceptent.

Par Bertin DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *