Search
mercredi 16 octobre 2019
  • :
  • :

Démarrage du Dialogue national inclusif dans les communes: les attentes du Président de la République

Le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, a reçu dans l’après-midi du samedi 5 Octobre 2019, dans la salle des Banquets du Palais présidentiel de Koulouba, les partis et groupements de partis politiques signataires de l’accord politique de gouvernance du 2 mai 2019, engagés dans le processus du Dialogue national inclusif (EPM, COFOP, ARP…).

Le Président de la République a tenu à les rencontrer à la veille de l’ouverture du dialogue national pour faire le point de la situation et rappeler tout l’intérêt pour le Mali.
« Il s’agit du Mali. Quand il s’agit du Mali, pour moi aucune posture n’est de mise, aucune, seul le Mali compte et seul le Mali doit compter. Nous avons hérité d’une situation que beaucoup n’eussent pas aimé à l’abord avant d’aborder une mission de gestion d’État dans un contexte aussi difficile et complexe que le nôtre. Tel fut notre lot, nous l’avons assumé ensemble, vous nous avez aidé à le relever une première fois en 2013, une seconde fois en 2018. Il s’agit de faire le point avec vous de ce qu’ensemble nous avons réussi, ce que nous aurions pu mieux réussir, ce qui reste à faire et ce qu’il conviendrait qu’il soit mis en place pour assurer la marche de ce pays et sa place dans le monde aujourd’hui et demain, c’est ça le Mali d’aujourd’hui et de demain. Mon souci n’est plus d’être, mon souci n’est plus seulement aujourd’hui, mon souci c’est le Mali de demain, dans quelle mesure l’aurions-nous préparé pour ce demain-là. Et ce demain se prépare aujourd’hui dans l’intelligence que nous aurons ou que nous n’aurons pas envisagé ensemble toutes les grandes thématiques de gouvernance qui sont celles d’un pays, le Mali, dans une zone saharo-sahélienne agressée, aux ressources rares, mais qui soit en même temps, en dépit de cela, capable de relever les défis qu’un peuple aura rarement relevés».
Pour IBK, c’est un devoir de génération, de contribuer au développement du Mali en assumant sa part de lot en héritage. IBK a qualifié ce rendez-vous d’une affaire nationale, d’un moment national rigoureux, pour que le Mali soit au rendez-vous de son développement, pour que le Mali soit au rendez-vous des nations qui comptent, pour que notre ensemble national apaisé mette en place des outils de ce développement et de gouvernance de manière consensuelle, de manière convenue et que l’on prenne le chemin de demain.
« On en a fait, on vient, on ne vient pas, non, c’est pour le Mali. Le sort du Mali est en jeu aujourd’hui. Je compte sur la majorité des hommes et des femmes qui envisagent ce projet, qui épousent ces valeurs-là », a conclu IBK.

Cellule de communication et des relations Publiques de la présidence de la République




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *