Search
vendredi 21 janvier 2022
  • :
  • :

Dépôts de transit de Médine et de Lafiabougou: énième opération d’évacuation des déchets

La Mairie du District de Bamako a lancé, hier mercredi, une opération d’évacuation des dépôts de transit des ordures de Médina-Coura et de Lafiaboubou, en collaboration avec ses partenaires.

Le top départ de cette opération a été donné par Mamadou Sin Traoré, l’un des conseillers du District de Bamako, sur le site du dépôt de transit d’ordures de Médina-Coura, en face du stade Omnisport Modibo KEITA.
Il avait à ses côtés le coordinateur des chefs de quartier du District de Bamako, Bamoussa TOURE ; le directeur général de la direction des Services urbains de voirie et d’Assainissement (DSUVA), Modibo ZERBO ; du Secrétaire général de la mairie du District, Founè DEMBELE.
Sur ledit site, des tonnes de déchets ont déjà formé une montagne de plusieurs mètres de hauteur. Situé entre deux écoles, l’évacuation de ce dépôt constitue un soulagement pour les usagers de ces deux établissements et les riverains qui souffrent des odeurs nauséabondes que les ordures dégagent.
A cet effet, en souhaitant la bienvenue lors du lancement de cette initiative, Djibril KANTE, au nom du coordinateur des chefs de quartier de Bamako, a indiqué que l’opération est salutaire pour la commune II et l’Etat.
« Les élèves viennent de reprendre les cours. Or, le site est presque contigu à deux établissements. Et, il n’y a pas de développement sans la santé. Il faut que ces élèves qui quittent chez eux sains y retournent sans problème. Alors il n’y a pas de développement quand des enfants contractent des maladies à l’école », a indiqué M. KANTE.
C’est bon d’évacuer, estime-t-il, mais il faut un minimum de suivi. Les précédentes opérations n’ont pas eu de lendemain meilleur faute de suivi, a-t-il regretté.
« Le site est évacué, quelques jours plus tard c’est le débordement. J’ai peur que ce dépôt ne devienne un jour un dépôt final parce que le processus d’évacuation n’est pas régulier », a affirmé le représentant du chef de quartier de Médina Coura, qui estime d’ailleurs que ce dépôt de transit n’est pas vraiment approprié.
« Il faut que les responsables trouvent un endroit, mais quand il y a débordement que ça fait moins de désagrément sur la population et pour les élèves. Je pense que l’emplacement du dépôt fait défaut», a déclaré M. KANTE.
De son côté, le secrétaire général de la mairie du District de Bamako, Founè DEMBELE, a rappelé que l’opération est initiée par la marie du District en collaboration avec un opérateur économique du pays. Elle va concerner, affirme-t-il, les sites de dépôts de transit de Médina-Coura et de Lafiabougou.
Selon lui, la mairie a envisagé cette initiative pour atténuer les difficultés liées à l’assainissement de Bamako. L’élu communal reconnaît que ce domaine pose énormément de problème.
« Il y a encore moins d’un mois, ce même site a été évacué. Maintenant, c’est le ras-le-bol », a déclaré M. DEMBELE, qui estime que le problème demeura entier tant qu’il n’y a pas des unités de transformation des déchets.
Il est convaincu que sans cette approche, même les dépôts finaux vont être un jour débordés parce que les sites ne peuvent pas contenir les ordures.
« On est en train de travailler à cela, parce que les déchets constituent aussi une source de richesse. C’est de l’or noir », a indiqué le secrétaire général de la mairie du District de Bamako.
La transformation des déchets, en plus d’être des sources d’énergie, peut contribuer à la création d’emplois.
Outre la création de ces unités de transformation, il pense également qu’il faut aller vers un partenariat avec les privés puisque l’Etat tout comme les collectivités ont montré leur limite dans l’assainissement de la ville.
Pour sa part, le directeur général de la DSUVA précise que la production de déchets à Bamako est estimée à près de 2 000 tonnes par jour.
« Aujourd’hui, c’est Ozone en principe qui devait faire ce travail d’évacuation des ordures comme prévu dans son contrat. Mais la société, à cause des difficultés financières, n’arrive pas à le faire. C’est pourquoi la mairie a décidé, avec ses partenaires, de mettre en œuvre cette opération. La mairie ne peut pas rester sans rien faire alors que c’est la rentrée des classes et bientôt ce sont les fêtes de fin d’année », a ajouté M. ZERBO.
Le DG de la DSUVA a profité de l’occasion pour inviter la population au paiement des différentes taxes qui constituent des revenues pour la mairie du District pour réaliser les projets de développement.
« Si tout le monde payait ses taxes, la mairie serait en mesure, par exemple, de payer l’argent de Ozone afin que la chaine de collecte des déchets jusqu’à la décharge ne s’interrompe pas », a-t-il souligné.
Après le site de Médina-Coura, la délégation s’est rendue sur celui de Lafiabougou pour la même opération qui est exécutée par le GIE Djoro Sanyaton. Ce GIE a mobilisé une quarantaine de camion pour les travaux.

PAR SIKOU BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *