Search
mardi 25 juin 2019
  • :
  • :

Descente policière à la Zawiya de Niaréla: l’indignation des Hamallistes

Les adeptes et membres de la famille DRAME, qui habitent à la Zawiya du Cheick Hamahoullah de Niarela ont fait, hier lundi 15 avril 2019, à la Maison de la presse, une déclaration à la presse, relative aux dégâts causés, à la suite d’une descente policière sur ce lieu de culte, ce vendredi 5 avril 2019, après la grande marche, initiée par Mahmoud DICKO et le chérif de Nioro.

Une tribune toute trouvée pour l’honorable Mamadou Hawa GASSAMA (présent, selon lui-même, à trois titres : représentant de l’honorable Soumaila CISSE, chef de file de l’opposition ; fils d’un Hamalliste ; et député) qui s’est porté volontiers de laver cet affront que le Président IBK a, par cet acte, voulu faire mal au Chérif de Nioro, à travers des Questions orales qui a adressé au ministre de la Sécurité et de la protection civile pour le jeudi prochain.

Dans la déclaration lue par le représentant de Mohamedou Ould Cheick Hamahoullah, appelé Bouyé, ou le Chérif de Nioro, Youba BA, il y ressort que la zawiya du Cheick Hamahoullah de Bamako Niarela a été créée en 1924 avec comme premier Moukadem, le Khalifa DRAME qui y a officié jusqu’à son décès en 1956.

Après lui, tour à tour, se succédèrent ses enfants Souleymane, et Mouhamédou pendant près de 40 ans, puis ces tâches sont revenues au célèbre érudit Ismaila DRAME qui n’a officié que durant deux ans, a-t-il rappelé.

« Tous unanimement ont prêché pour un Islam tolérant, conformément aux directives du Cheick Hamahoullah lui-même et de ses enfants Chérif Ahmed et Mohamedou Ould Checkna, actuel chef de la Zawiya, officiée par Karim DRAME », explique le conférencier.

Aussi, note-t-on dans la déclaration : « de sa création jusqu’à nos jours, la zawiya de Bamako n’a jamais fait l’objet d’une quelconque agression, ni durant la période coloniale, marquée pourtant par les exils force du Cheick Hamahoullah, encore moins les différents régimes qui se sont succédé à la tête du pays ».

Nonobstant ce passé de luttes et d’engagements, rapporte la déclaration, le 5 avril 2019, plus « de 211 obus de gaz lacrymogènes ainsi que des balles réelles sont tombes sur ladite zawiya faisant un mort, de nombreux blessés graves et des dégâts matériels importants : des dizaines de bâches ont été brulées ; les vitres d’un véhicule brisées ; des effets et habillements brulés ».

En tout cas, il ressort de sa déclaration que malgré cette situation difficile et inexplicable, le Chérif a confirmé qu’il ne dévierait pas de son objectif de défendre la religion musulmane et les intérêts de son pays par tous les moyens pacifiques et invite en conséquence ses amis, sympathisants et défenseurs des droits humains à la persévérance dans la modération et la pondération malgré les exactions.

Invité à prendre la parole, l’honorable GASSAMA n’a pas manqué de rappeler certains de ses passages chez le Chérif parfois en compagnie de Soumaila CISSE.

« En 2013, le Chérif a dit qu’il ne votera pas pour Soumaila qui a, en son temps, bloqué ses exonérations. Et qu’il a décidé de soutenir IBK à qui il a donné son argent 750 millions », a dit GASSAMA. Et de déclarer : « IBK est devenu un médicament périmé, il est incapable de résoudre les problèmes des Maliens ».

Par Sékou CAMARA

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *