Search
samedi 15 décembre 2018
  • :
  • :

Développement de l’élevage intensif: les bienfaits de l’échographie animal au Mali

La révolution dans le secteur de l’élevage est aujourd’hui une réalité dans notre pays. Les efforts des pouvoirs publics de renforcer la contribution de l’élevage dans l’économie nationale est aujourd’hui une réalité. Le secteur est en pleine expansion avec l’insémination artificielle qui a fait booster la production de lait et de viande. Aussi, notre pays se dote de plus en plus de technologies médicales de dernière génération pour la santé des animaux. L’illustration parfaite est l’introduction de l’échographie des vaches avec ses nombreux avantages.

Au cours d’une visite de terrain dans certaines fermes, nous avons été témoin des cas d’écographies pratiquées sur des vaches en état de gestation. Ainsi, notre curiosité nous a poussé s’avoir davantage auprès du Dr Ibrahima BATHILY, superviseur des inséminateurs au Centre national de l’insémination artificielle animale (CNIA).
Le spécialiste a expliqué que l’appareil échographique peut détecter les gestations précoces de 25 à 35 jours et éventuellement faire le cerclage de 50 à 60 jours. Aussi, dit-il, il permet de déterminer les animaux qui ne sont pas remplis et qui avaient été inséminés. Ce qui permet de les remettre rapidement dans un nouveau programme d’insémination pour éventuellement gagner plus de temps au niveau de l’éleveur.
Toujours selon notre interlocuteur, l’appareil échographique permet de déterminer certaines pathologies telles que les endométrites qui sont responsables des mortalités embryonnaires. Ainsi, à travers l’échographie, les types d’animaux qui sont atteints de pathologies sont identifiés et pris en charge rapidement pour les mettre dans un cycle de reproduction.
Le Dr BATHILY a souligné que l’échographie permet également de détecter les problèmes de kystes en vue de prendre les dispositions pour les traitements nécessaires pour les corriger.
« L’appareil échographique permet de gagner beaucoup plus de temps, car s’il s’avère qu’un animal inséminé n’est pas gestante, il est rapidement mis dans un nouveau programme. L’on attend plus trois mois pour savoir si l’animal est rempli ou pas. Cela permet de faire une programmation rapide et atteindre l’objectif d’un veau par vache et par an », a expliqué le Dr BATHILY.
Il a informé que la politique des autorités nationale est de faire en sorte que des unités de diffusion de l’insémination artificielle soient installées tous les bassins de production. De même, chaque unité sera dotée de 10 inséminateurs et équipée d’un appareil échographique. Une politique qui permettra d’améliorer notre cheptel en lait et en viande.
En effet, cette technique permet avec une grande exactitude de visualiser les ovaires et d’évaluer le stade physiologique de l’utérus et d’établir des diagnostics de gestation précoces, mais aussi à 50-55 jours d’identifier clairement les gestations de jumeaux voire de triplets. La détermination de l’âge du fœtus est particulièrement intéressante dans les élevages allaitants, car cela permet de compenser le manque d’informations sur les saillies.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *