Search
dimanche 8 décembre 2019
  • :
  • :

Dialogue national inclusif: le miroir aux alouettes

Le Dialogue en gestation dans notre pays, qu’il soit politique ou national, dans sa conduite, a réussi à dégager une certaine unanimité à son sujet : une incurie et une désinvolture absolues par rapport à l’inclusivité pourtant exhibée urbi et orbi comme le composant essentiel de ce dialogue.

La preuve en est que de véritables forces politiques et de la société civile sont laissées en rade. Le FSD, la principale force politique d’opposition ; la CoFoP, un autre regroupement politique d’opposition ; la Plateforme ‘’Anw Ko Mali dron’’ ont annoncé qu’ils n’embarqueront pas dans un navire dont les capitaines témoignent un désintérêt total, si ce n’est un mépris souverain pour leurs préoccupations. À ceux-ci, en l’occurrence le FSD qui est à l’origine de cette démarche normalement salvatrice, il peut être tenu rigueur pour parjure. Pour autant, et à leur décharge, ils ont alerté sur les graves dérives et préconisé des rectificatifs. Ce, alors que du côté du pouvoir aucun effort sincère n’a été constaté tendant à embarquer tous les Maliens (principe de l’inclusivité oblige) dans le bateau du Dialogue National Inclusif (DNI). Un pays aussi déchiré par les crises peut-il se permettre le luxe d’aller à un DIALOGUE NATIONAL sans une frange aussi importante que représente le FSD, si tant est qu’il y a une volonté de guérir le Mali ? Mais bon ceux-ci ont eu leur dose de mépris dans une réponse du Président IBK à Jeune Afrique, en juin dernier : ‘’il n’y a pas eu de crise post-électorale, mais la bouderie d’un seul homme, inconsolable de ne pas être entré au palais de Koulouba. Quelle que soit l’ampleur de son ego, il ne représente pas le sentiment de 20 millions de Maliens. Quant au dialogue, il ne sera ni conférence nationale ni un troisième tour électoral, que cela soit clair’’. C’est vrai que Soumi champion n’incarne pas le sentiment de 20 millions de Maliens, mais il représente tout de même 32,83% des suffrages exprimés au second tour de la présidentielle de 2018, soit 879 235 voix, en faisant l’effort d’avoir foi aux chiffres communiqués. Ce n’est pas rien. Mieux, il faudrait intégrer que le nombre important de Maliens qui n’ont pas voté en 2018 ne partagent pas nécessairement le sentiment du Président de la République qui devrait avoir le triomphe modeste avec ses 67,17 contestés jusqu’au jusqu’à preuve du contraire.
Mais, le Mandé Masa, du haut de son mont de Koulouba, a franchi une étape supplémentaire avec le déclenchement d’une hostilité ouverte par cette déclaration à la faveur de la célébration du 59e anniversaire de l’accession du Mali à la souveraineté nationale et internationale. Il a dit : “réaffirmer l’attachement du Gouvernement malien à cet accord, quitte à en discuter certaines dispositions, l’essentiel étant d’en conserver l’esprit”. Ce propos aussi populiste (parce qu’il répond aux attentes de l’opinion dans sa plus grande expression) que polémique a eu le mérite d’enflammer les relations entre le Gouvernement et la CMA qui décide à son tour de suspendre sa participation au Dialogue national inclusif.
De ce qui précède, il ressort clairement que l’entourloupe est planifiée.
L’enfumage ou du moins la tentative d’enfumage concerne le parrain et sauveur devant l’Éternel du Mali en 2012. En effet, le Président de France, invité sur France2, le 28 mars 2013, disait : « le temps où la France désignait des chefs d’État en Afrique est révolu… (Mais a-t-il poursuivi) Nous voulons qu’il y ait des élections au Mali à la fin du mois de juillet. Et ça, nous serons intraitables là-dessus. Deuxièmement, il faut qu’il y ait ce dialogue avec toutes les composantes de la société malienne ».
L’élection présidentielle a bel et bien eu lieu…
À présent, place au dialogue décrété qui après tant « d’intransigeances » a été mis sur les rails, mais avec une dynamite sous chaque traverse, avec le dessein à peine dissimulé de le saborder. Le pari est pourtant risqué pour un pouvoir à la légitimité toujours fortement contestée et engagé sur plusieurs fronts.
Les Mouvements armés, nonobstant la fenêtre ouverte par l’Accord qui donne la possibilité d’une révision, ont également été floués quelque part sur l’article 65 qui stipule : ‘’les dispositions du présent Accord et de ses annexes ne peuvent être modifiées qu’avec le consentement express de toutes les Parties signataires du présent Accord et après avis du Comité de suivi’’. Si aucune disposition n’est pour l’heure modifiée ; il n’en demeure pas moins que se posera le moment venu la question du ‘’consentement express de toutes les Parties’’ et l’avis du Comité de suivi. L’on est donc en présence d’un passage en force aussi périlleux qu’hypothétique.
Enfin, le peuple est la grande victime de cette arnaque politique de haut vol du fait que le ‘’Dialogue National Inclusif’’ est volontairement amputé d’objet dans l’intitulé qui devrait renseigner sur les attentes, mais aussi, et surtout servir de fil d’Ariane. Par exemple, le Dr Ousmane SOW a proposé un ‘’Mémorandum Pour un Mali Prospère, Stable et en Paix’’. Ce que recherche le Mémorandum est annoncé dès l’intitulé.
Au Cameroun, l’option a été prise sur un ‘’DIALOGUE NATIONAL POUR LA PAIX’’. L’objet du dialogue c’est la paix, point barre.
Dans le cas du Mali, l’on se contente juste de mettre en garde : ‘’quant au dialogue, il ne sera ni conférence nationale ni un troisième tour électoral, que cela soit clair’’. Il sera quoi alors ? Une comédie grotesque et dérisoire perpétuant une tradition de fuite en avant qui a élu domicile au Mali depuis 2013, un énième rendez-vous manque avec l’histoire. À condition qu’il se tienne bien sûr…

PAR BERTIN DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *