Search
mercredi 24 janvier 2018
  • :
  • :

Dialogue politique sino-africain: Tréta à l’école chinoise

Le président du RPM, Bocary Tréta, a évoqué le rôle stratégique des partis politiques dans la construction de la communauté de destin entre l’Afrique et la Chine pour un partenariat gagnant gagnant. C’était à la faveur du troisième séminaire des partis politiques dont les travaux se sont déroulés, à Pékin, du 29 novembre au 1er décembre dernier. Une opportunité de dialogue politique ayant permis à l’Afrique et la chine d’imaginer leur place dans la compétition internationale.

En se rendant, dans la capitale chinoise, à l’invitation du parti communiste chinois, pour participer aux travaux du troisième séminaire théorique des partis politiques sino-africains, le président du Rassemblement pour le Mali (RPM), à la tête d’une forte délégation politique, savait pertinemment qu’il s’agissait de scruter les enjeux du futur de l’humanité. Au moment où le monde s’interroge sur la place des partis politiques dans la transformation du futur, il est stratégique, pour l’Afrique et la Chine, d’unir leur destin.
D’ailleurs, comme l’a rappelé le président Tréta, dans son intervention, en tant que parti politique, porteur d’un projet de société pour le Mali, la sous-région, l’Afrique et le monde, le RPM, au pouvoir, n’a qu’une seule orientation cardinale, celle de « réaliser notre bonheur aujourd’hui et celui des générations futures, en tenant compte de notre réalité socio-culturelle ». Une ambition politique, incarnée par le RPM, qui cadre parfaitement bien avec le thème du forum, intitulé en ces termes : « construire la communauté de destin sino-africaine : vocation et rôles des partis politiques ». En fait, ce crédo politique est porté par le RPM, comme l’a avoué le président Tréta, comme perspective théorique et stratégique entre la chine et l’Afrique pour mieux assumer leur rôle dans la représentativité et la prise de décision dans la compétition internationale.
Puisant son engagement personnel en faveur du rapprochement entre l’Afrique et la Chine, des propos du secrétaire général du parti communiste chinois, XI Jinping, tenus lors de sa visite en Tanzanie, en 2013, en ces termes : la Chine et l’Afrique, communauté de destin, depuis toujours, partageant le même sort dans l’histoire, la même vocation de développement et les mêmes intérêts stratégiques », le président Tréta est aujourd’hui plus déterminé à traduire cette dynamique politique à l’échelle de chacun des pays africains. Et cela, par des relations fonctionnelles suivies. D’où, a-t-il déclaré, à l’ouverture de ces travaux, la responsabilité politique des partis, de part et d’autre, dont la vocation est de conquérir et de gérer le pouvoir politique, à garantir de meilleures perspectives de coopération entre l’Afrique et la Chine.
Le président Tréta, qui ne s’écarte pas de la brutalité de l’actualité dominante, estime que l’Afrique et la Chine ont un destin commun, car confrontées aujourd’hui à plusieurs défis, dont certains planétaires, comme la problématique sécuritaire, le changement climatique, l’énergie, la démographie. Tout naturellement, pour lui, construire une communauté de destin, entre l’Afrique et la Chine, par « la juste compréhension de ces enjeux dont nous ne sommes que des victimes ». Voilà pourquoi d’ailleurs il n’en est pas moins persuadé que le destin d’un pays, comme le Mali, un pays dont les deux tiers sont désertiques, et qui actuellement est confronté à des attaques terroristes, se joue là.
« La chine et l’Afrique peuvent et doivent bâtir une communauté de destin dans le cadre d’un partenariat où le plus fort n’écrase pas le plus faible », a jugé le président du RPM, Bocary Tréta, qui savait bien, comme il l’a révélé, qu’en participant à ce forum politique de haut niveau, comme d’autres acteurs concernés, l’espoir d’un profond et solide rapprochement allait se concrétiser durablement entre l’Afrique et la Chine.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *