Direction nationale du commerce et de la concurrence: le syndicat sur pied de guerre

8

Faire le point sur l’état d’exécution du protocole d’accord signé avec le gouvernement en 2015 et demander l’accord des travailleurs pour un préavis de grève en vue pour la semaine prochaine, tel était l’objectif d’une Assemblée générale du Syndicat de la Direction nationale du commerce et de la concurrence.

Ladite assemblée générale s’est tenue, hier jeudi 20 octobre, dans la cour de la direction nationale, en présence des membres du syndicat ; des travailleurs ; du directeur National, Modibo KEITA, et ses chefs de division.
À l’issue de l’assemblée générale, les travailleurs ont approuvé la demande du syndicat pour observer une grève de 48 heures dont le préavis sera déposé sur la table du ministre du Travail, de la fonction publique et des relations avec les institutions, le lundi prochain.
Dans ses propos liminaires, le secrétaire général du syndicat, Nouhoum SIDIBE, a souligné que cette assemblée générale fait suite à la mise en œuvre timide du protocole d’accord signé entre leur syndicat et le département du Travail, depuis 2015. Selon lui, les doléances portent sur l’achat de moyens de transport pour assurer le déplacement du personnel dans l’exercice de leur mission ; la confection de badges pour le personnel ; le prélèvement sur les intentions d’importation pour assurer le bon fonctionnement du service ; la mise en place d’un plan de carrière…
Le secrétaire général du syndicat déplore qu’au moment où les travailleurs de la DNCC se battent pour assurer le bien-être de la population, ceux-ci peinent à avoir des avantages consécutifs à leurs efforts.
Le secrétaire aux revendications, Seydou FANE, a renchéri à la suite de son camarade que pour une croissance de l’économie nationale réelle, les travailleurs doivent être équipés à cet effet. Pour lui, il y a la nécessité de réadapter certains textes pour permettre aux travailleurs et au service d’avoir certains avantages.
À en croire le secrétaire aux revendications, c’est une quarantaine d’agents qui ont déserté leurs postes à la DNCC pour d’autres services. Cela, à cause des conditions difficiles de travail et l’absence de perspectives.
Pour renverser cette tendance au grand bonheur du personnel et de la direction, le responsable syndical a appelé tout un chacun à mettre ses forces dans la balance en vue d’une rééquilibration de la situation.
Dans leurs interventions, certains agents ont mis l’accent sur les maux qui minent la DNCC. Ils ont pointé du doigt sur la crise de confiance et le déficit de communication au sein du service. Pour y parvenir, les intervenants ont sollicité une plus grande implication du personnel et de la direction en instaurant un cadre de concertations pour trouver des solutions aux problèmes que connait la DNCC.
Le directeur national de la DNCC, Modibo KEITA, a éclairé sur la position de la direction et du département du commerce par rapport aux revendications posées. Il a fait comprendre que la hiérarchie est en phase avec le personnel pour toute initiative concernant l’amélioration des conditions de vie et de travail des agents. Le directeur national a saisi l’occasion pour éclairer la lanterne des participants sur les grandes réformes qui sont en cours à la direction nationale du commerce et de la concurrence.
Selon lui, son service et le ministère du Commerce ont introduit une requête de cinq (5) milliards FCFA auprès du ministère des Finances pour la construction d’un hôtel du commerce en lieu et place de l’actuelle direction nationale.
En ce qui concerne les autres revendications pécuniaires et matérielles, il a donné l’assurance que la direction ne négligera aucune piste pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des agents. Il a reconnu que le diagnostic du service fait clairement ressortir certaines faiblesses dans le traitement des travailleurs auxquelles la recherche de solution est en cours avec l’adoption de certains textes règlementaires.
« Des efforts sont en cours pour l’élaboration du document de la Politique nationale de développement du commerce et de plusieurs projets de textes ; pour l’équipement et la gestion des infrastructures ; pour le renforcement de la mobilité des agents, le renforcement des capacités du personnel, et plusieurs autres chantiers sont également en cours », a informé le DG KEITA.

PAR MODIBO KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *