Search
mardi 2 mars 2021
  • :
  • :

Dissidence à la CMAS: Issa Kaou DJIM rejette sa destitution

L’imam Mahmoud Dicko doit trancher
A la faveur d’un point de presse, le lundi 25 janvier, des présidents des structures de la Coordination des mouvements, associations et sympathisants de l’imam Mahmoud DICKO (CMAS) ont informé de la destitution de leur coordinateur Issa Kaou DJIM. Mais ce dernier ne semble pas avoir dit son dernier mot. Il a rejeté en bloc la décision de sa destitution. Dans une sortie médiatique, le lundi soir, Issa Kaou DJIM a affirmé qu’il reste toujours le coordinateur légal et légitime de la CMAS. Donc, c’est un feuilleton qui commence à la CMAS.

Le 4e vice-président du Conseil national de transition se considère toujours comme le coordinateur national de la CMAS. Selon lui, au moment où sa légitimité sera contestée du point de vue moral, il prendra acte sans aucune autre forme de procès. M. DJIM a déclaré que la seule personne au-delà des textes qui peut l’évincer de son poste est l’Imam Mahmoud DICKO. Il soutient que ce ne sont pas seulement les textes qui le maintiennent à la tête de la CMAS, mais la confiance que l’Imam a placée en sa personne.
« DICKO n’est pas seulement le parrain de la CMAS, mais la CMAS c’est surtout sa vision. Si c’est l’imam qui avait affirmé publiquement qu’il ne se reconnaît plus dans ce que je fais dans la CMAS, j’allais quitter tranquillement la coordination. C’est un faux débat. Le plus important c’est le bilan. Je ne demande pas aux gens ce qu’ils pensent de moi, mais ce qu’ils peuvent voir sur le terrain. Personne ne peut contester le travail abattu par la CMAS. Personne ne peut contester notre bilan. Ce qui est important, c’est que la CMAS est rentrée dans l’histoire. Mais le plus important c’est de se maintenir et grandir pour l’intérêt des Maliens. On ne peut pas exiger que tout le monde soit d’accord avec vous, ce sont les résultats des actes posés qui comptent. L’Imam n’a jamais parlé publiquement pour me désavouer », a défié Issa Kaou DJIM.
Le coordinateur contesté de la CMAS estime que le plus important pour les Maliens aujourd’hui est de gagner la bataille contre l’insécurité, contre la COVID-19, pour une école qui part sur de nouvelles bases. Aussi, soutient-il qu’il est important de gagner la bataille de la gouvernance pour doter notre pays des institutions républicaines et démocratiques et aider les milliers de Maliens qui sont victimes de l’insécurité, de la précarité et du manque d’emplois et aider les femmes qui souffrent. Il a aussi noté la nécessité de soutenir la transition. « Aujourd’hui je joue un rôle important dans le dispositif de l’État. Je dois donner l’exemple en me ressourçant à l’école de l’Imam DICKO qui a comme socle la sagesse, la retenue et aller au contact des autres même si l’on pense avoir raison », a affirmé Issa Kaou DJIM.
Le coordinateur contesté ne semble pas être vomi par tous les responsables de la CMAS. Pour preuve, dans un communiqué signé par le secrétaire politique de la CMAS, Seydou Oumar CISSE, le Bureau exécutif national se désolidarise de la décision prise par les contestataires.
Dans ledit communiqué, le bureau exécutif national de la CMAS affirme avoir appris avec étonnement sur les réseaux sociaux une déclaration conjointe faite par certains présidents de bureaux communaux, locaux, régionaux et certains mandataires sur le coordinateur général de la CMAS. Une déclaration dans laquelle les signataires décident à l’unanimité, sans avis du bureau national, que Issa Kaou N’DJIM n’est plus le coordinateur général de la CMAS. Aussi, convient-ils le bureau exécutif national et tous les membres de la CMAS à une assemblée générale prévue pour le vendredi prochain.
Dans son communiqué, le Bureau exécutif national rappelle aux présidents signataires que dans l’alinéa 5 de l’article 11 il est clairement dit : ‘’aucun individu ou association membre ne saurait faire, au nom de la Coordination des mouvements, associations et sympathisants (CMAS), une prise de position publique sur quelque sujet que ce soit, sans son accord préalable’’.
Ainsi, se référant aux statuts et règlements intérieurs de la CMAS, le communiqué souligne que seul le Bureau exécutif peut convoquer une assemble générale ou démettre quelqu’un de ses fonctions. ‘’Le BEN, rattaché aux idéaux de son parrain le Cheick respecté l’imam Mahmoud DICKO, invite les présidents signataires de la déclaration à se conformer aux statuts et règlements intérieurs de la CMAS’’, peut-on lire dans le communiqué.
C’est dire que ce bras de fer entre Issa Kaou DJIM et ses contestataires est loin de montrer tous ses secrets. L’intervention du parrain, l’Imam DICKO, est nécessaire pour trancher cette question. En attendant, les deux camps se déchirent pour le contrôle de la CMAS qui, à la limite, est devenue un instrument de propagande.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *