Search
samedi 26 septembre 2020
  • :
  • :

DNI: le POCIM exprime son inquiétude

La Mission d’Observation Electorale du POCIM (MOE POCIM) s’inquiète pour l’inclusivité devant caractériser du Dialogue national inclusif face aux déclarations d’une partie de la classe politique et de la société civile, en plus de certains signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. C’est ce qui ressort d’un communiqué en date du 25 septembre 2019, signé du Chef de mission de cette organisation, Dr Ibrahima SANGHO.

Au regard de la situation de crise profonde que notre pays traverse, le POCIM invite les protestataires à reconsidérer leur participation auxdites assises qui sont de portée nationale. Également, il invite par la même occasion le Comité d’organisation, le Triumvirat et les acteurs politiques à poursuivre les consultations nécessaires en vue d’un dialogue véritablement inclusif.
Cette organisation de la société civile spécialisée dans l’Observation électorale en Afrique note avec satisfaction la tenue récente de l’atelier de réflexion, les samedi 7 et dimanche 8 septembre 2019 à Bamako, sur la contribution de la société civile au Dialogue Politique Inclusif en cours de préparation. Il faut signaler que le POCIM a pris à ladite rencontre au cours duquel la Mission a fait part de ses recommandations en vue de l’amélioration du cadre normatif et institutionnel des élections au Mali.
Elle prend acte de la validation des termes de référence du dialogue, du samedi 14 au lundi 16 septembre 2019 à Bamako, et se réjouit de la prise en compte des recommandations de la société civile au sujet de la terminologie, l’expression Dialogue National Inclusif apparaissant plus appropriée au regard de la participation de l’ensemble des forces vives de la nation. Elle prie le comité d’organisation de bien vouloir assurer la diffusion des termes de référence afin de permettre aux uns et aux autres de se préparer en conséquence.
Cependant, face aux déclarations d’une partie de la classe politique et de la société civile, en plus de certains signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, de reconsidérer leur participation auxdites assises, la MOE POCIM s’inquiète pour l’inclusivité devant caractériser cet évènement de portée nationale.
Aussi, invite-t-elle le Comité d’organisation, le Triumvirat et les acteurs politiques à poursuivre les consultations nécessaires en vue d’un dialogue véritablement inclusif.
Pour sa part, la MOE POCIM demeure mobilisée et vigilante pour suivre l’évolution de la situation politique sur l’ensemble du territoire national et pour assurer ainsi ses missions de veille et d’alerte.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *