Documents de sécurités routière: le ministre de l’Education outillé

Le ministre de l’Equipement, des transports et du désenclavement a procédé, hier lundi, dans la salle de conférence de son DFM, à la remise d’un important lot de documents de sécurité routière au ministère de l’Education nationale.

C’était sous la co-présidence du ministre de l’Equipement, des transports et du désenclavement, Mme TRAORE Zeynabou DIOP, et son homologue de l’Education nationale, Kénékouo dit Barthélemy TOGO. On y notait également la présence du directeur général de l’Agence nationale de la sécurité routière (ANASER), Mamadou Sidiki KONATE, et de plusieurs cadres des deux départements.
Au fait, ce sont 2 500 exemplaires du Code de la route simplifié et 2 500 exemplaires du Guide du formateur à la sécurité routière qui ont été offerts au département de l’Education nationale par celui de l’Equipement, des transports et du désenclavement. Ces documents traitant les règles de la circulation routière ont été élaborés par le ministère en charge des Transport, à travers l’Agence nationale de la sécurité routière (ANASER), en collaboration avec le ministère de l’Education nationale.
Selon le ministre de l’Equipement, des transports et du désenclavement, avec cette remise de documents de sécurité routière, c’est un nouveau pas qui vient d’être franchi dans la fructueuse collaboration entre les deux départements.
Elle a invité tous les promoteurs d’écoles, les directeurs d’établissement scolaires et les responsables de l’éducation à vulgariser au maximum lesdits documents pour que les enfants se familiarisent avec les règles de la circulation routière.
Pour elle, la responsabilité de ces acteurs devient primordiale pour le changement de comportement en matière de sécurité routière en ce sens que l’école reste le lieu d’apprentissage par excellence.
Par ailleurs, TRAORE Zeynabou DIOP a soutenu que cette cérémonie de remise prône la promotion de la sécurité routière des élèves et qu’elle s’évertuera à ce que l’enseignement du Code de la route soit généralisé dans toutes les écoles du pays.
« L’éducation à la sécurité routière est d’autant plus urgente que pour la majorité des enfants et des jeunes, la marche à pied et l’usage des motocycles demeurent les principaux modes de déplacements, les exposant ainsi aux multiples risques d’accidents de la circulation routière », a déploré Mme TRAORE. Avant de lancer un appel pressant aux usagers de la route, notamment les conducteurs d’engins à deux roues, quatre roues et de tricycles pour qu’ils prêtent une attention particulière aux élèves, surtout à l’approche des écoles.
Le ministre de l’Education nationale, Kénékouo dit Barthélemy TOGO, a tout d’abord salué son homologue de l’Equipement, des transports et du désenclavement pour cette remise de documents de sécurité à son département.
Il a rappelé que le conseil des ministres statutaire de l’UEMOA a adopté au cours de sa session ordinaire du 25 septembre 2009, à Lomé au Togo, 7 textes communautaires portant l’harmonisation de certaines dispositions en matière de sécurité routière en vue d’améliorer la sécurité des usagers de la route et des véhicules. Parmi ces textes, dit-il, figure la recommandation N°02/2009/CM/2009 relative à l’institution de l’éducation à la sécurité routière dans les systèmes éducatifs des Etats membres de l’UEMOA.
Le ministre TOGO a mentionné que le partenariat entre les deux départements a débuté par l’initiation d’un noyau de 20 formateurs en sécurité routière et la formation de 500 autres enseignants. Une formation qui s’est étendue aux pôles d’Académie d’enseignement de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti et le District de Bamako.
Le ministre de l’Education nationale a affirmé qu’il est établi que l’éducation à la sécurité routière, instituée dans les systèmes éducatifs, de manière efficace et valorisée, constitue une mesure structurelle et préventive de haute portée pour réduire les accidents de la route.
« Les élèves doivent quitter leurs parents dans la joie et retourner dans la joie à la maison. Et que la route ne doit plus être une hantise pour eux », a-t-il martelé.
Il a enfin réitéré la disponibilité de son département pour toutes les sollicitations relatives à la sécurité routière.
«Rien ne sera de trop pour sauver des vies humaines sur nos routes et pour éviter des infinités à vie consécutives aux accidents de la circulation routière », a-t-il conclu.

PAR MODIBO KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *