Don de sang et dépistage des cancers: l’initiative citoyenne d’asulost

9

L’Association des sœurs unies des logements sociaux de N’Tabacoro, (ASULOST) avec l’appui technique et financier de nombreux partenaires, a organisé, le samedi dernier, dans l’enceinte du Cabinet médical Nany de Niamana, une journée de don de sang et de dépistage volontaire du cancer du col de l’utérus et du sein.

La cérémonie de lancement était présidée par le conseiller technique, le Dr Boukary DIALLO, représentant le ministre de la Santé et de l’hygiène publique, en présence du chef administration de la gestion des logements sociaux, Salif KODIO, représentant le directeur général de l’Office malien de l’habitat (OMH) ; le représentant du préfet de Kati, Mamadou DIAKITE ; la présidente de l’ASULOST, Mme SACKO Kady KAMISSOKO. On y notait également la présence du maire délégué de Niamana, Souleymane COULIBALY ; du chef de village et l’iman de N’Tabacoro, Boureina TRAORE ; et plusieurs femmes des cités des logements sociaux et de Niamana, venues volontairement pour donner son sang ou se faire dépister.
Dans son mot de bienvenue, le chef de village de N’Tabacoro, Boureima TRAORE a salué les initiatrices de ces deux actions qui concourent à la promotion de la santé de l’homme.
Aussi, s’est-il réjoui du choix de son village pour abriter les logements sociaux, facteur de développement local et d’épanouissement.
Successivement, le représentant de l’OMH et celui du préfet de Kati ont vivement salué cette belle initiative des sœurs unies dont les avantages sont connus de tous. Selon M KODIO, l’OMH, sur instruction du ministre de l’Habitat et de l’urbanisme, entend créer un cadre de concertation avec les associations de développement des différents programmes de logements sociaux. Déjà, une première rencontre a eu lieu et les termes de références devant régir les rapports entre l’OMH et les bénéficiaires des logements sociaux sont en préparation. Il a profité de l’occasion pour inviter les autres cités des logements sociaux à imiter celles de N’Tabacoro qui sont les mieux entretenues.
Selon la présidente de l’ASULOST, par cette cérémonie, elles souhaitent servir d’exemples aux femmes du monde en donnant la plus précieuse chose à elles, leur sang ; car elles qui donnent la vie ont le devoir de la préserver et aucun sacrifice ne sera de trop.
Mme SACKO Kady KAMISSOKO a profité de l’occasion pour demander aux femmes du Mali de se faire dépister pour éviter le cancer du col de l’utérus et celui du sang ; et de respecter les règles de planning familial afin de connaitre sa sérologie pour éviter d’éventuelles mauvaises surprises.
Le Dr Boukary DIALLO a félicité ces braves dames qui ont eu cette belle initiative d’organiser le don de sang et le dépistage volontaire du cancer de col de l’utérus et cancer du sein. Ces actes citoyens viennent à point nommé, car ils inscrivent dans le cadre du mois de la solidarité.
A son avis, le ministère de la Santé ne peut qu’accompagner une telle initiative de grande facture quand on sait qu’en médecine rien ne peut remplacer le sang que le sang lui-même.
« Il n’existe aucune substance médicale qui peut remplacer le sang de l’homme. Le sérum, contrairement à ce qui se dit, ne peut absolument remplacer le sang de l’homme », est formel le Dr DIALLO.
En effet, après avoir donné leur sang pour sauver des vies, souligne-t-il, ces braves dames ont décidé de faire le dépistage du cancer du col de l’utérus et celui du sein.
Ces pathologies, a-t-il expliqué, constituent de véritables problèmes de santé publique. En effet, révèle-t-il, parmi les cancers chez la femme au Mali, le cancer du col de l’utérus occupe la 1re place en terme de prévalence et de fréquence et le 2e cas de cancer est le cancer du sein. D’ailleurs, le dépistage de ces deux cancers est gratuit sur toute étendue du territoire national.
En tout cas, à son avis, pour qui connait les souffrances des femmes atteintes de ces 2 cancers tout le mérite revient aux femmes de l’ASULOST pour avoir pensé surtout au dépistage précoce, seul moyen préventif efficace de lutte contre ces pathologies.

Par Sékou CAMARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *