Search
samedi 24 octobre 2020
  • :
  • :

Dr Sall sur l’APR et la sécurité: ‘’c’est un accord pour la paix, non un accord de paix’’

Alors que l’une des principales résolutions du Dialogue National Inclusif demande de  ‘’procéder à une relecture de certaines dispositions de l’Accord pour la paix et la réconciliation, selon les mécanismes prévus par l’article 65 dudit Accord’’,  le Président de CRI 2002, le Dr Abdoylaye SALL, explique qu’en raison de sa nature, il n’est point estampillé immuable ; donc susceptible d’évoluer. Ce, alors qu’il situe son combat sur le plan sécuritaire dans le cadre d’un Projet développé en partenariat avec TI-DS, le MDAC visant à « développer l’intégrité dans le secteur de la sécurité et de la défense au Mali ».

Q : Êtes-vous d’avis que la probable relecture de certains points de l’Accord pour la paix et la réconciliation (APR) est une garantie qui donnera une nouvelle impulsion au processus de paix ?

R : Mais OUI !!!! C’est dommage que l’on ait donné l’envergure, la hauteur, la stigmatisation, à l’Accord pour la Paix de sa signature en 2015 à ce jour qu’il n’a pas. Je l’ai dit, écrit, développé, partagé, pour faire connaître, et faire comprendre, que c’est un Accord POUR la Paix et Non un Accord DE Paix comme c’est le cas en République Centre Africaine et au Soudan du Sud, Accord juridique de gouvernance signé par les Présidents de la République, Chefs de l’État de ces pays respectifs, engageant juridiquement et constitutionnellement leurs peuples.

Notre Accord est un accord politique de gouvernance signé entre des frères et sœurs maliens à un moment extrêmement difficile et complexe de notre histoire commune. Certains dans le Gouvernement, Haut Représentant, les Organisations de la Société Civile, Experts, Personnes Ressources, d’autres ayant déposé les armes, le Président de la République, Chef de l’État, à sa place, et dans son rôle de gérant et de garant de l’unité et de la réconciliation nationale entre tous les enfants du pays. C’est un Accord politique de gouvernance du Mali  entre Maliens pour le Mali condamné à cheminer ensemble, à construire le Mali ensemble, à faire Nation ensemble, à s’adapter à l’évolution, à la marche de notre pays vers la paix, l’unité et la réconciliation.

C’est cela, à la fois l’esprit et la lettre de l’Article 65 de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation issu du processus d’Alger, et signé respectivement les 15 Mai et 20 Juin 2015 à Bamako, qui stipule que « les dispositions du présent Accord et de ses Annexes ne peuvent être modifiées qu’avec le consentement express de toutes les parties signataires du présent Accord et après avis du Comité de Suivi ».

Pour dire bref, et faire clair, « un accord de mariage » et « un accord pour le mariage » ont-ils le même sens, les mêmes contraintes, les mêmes engagements ? L’accord de mariage, si, lui est consommé et authentifié par un acte de mariage, l’accord pour le mariage, lui, est énoncé, et annoncé, et sujet à de modifications, de rectifications, à des améliorations à la lumière, au rythme, et à la cadence, de valeurs communes, partagées, et acceptées, pour que le mariage soit merveilleux.

Après la Conférence d’Entente Nationale en 2018 et les phases du Dialogue National Inclusif (DNI) en 2019, il reste en 2020 et années suivantes à identifier, à trouver, et à mandater, des hommes et des femmes, capables, réceptifs, comptables, à hauteur, et à envergure, de cette mission de haute portée patriotique, humaine, et porteuse d’espérances pour l’opérationnalisation des symboles de l’État, à commencer par la Devise « Un Peuple Un But Une Foi », sur le chantier du développement durable de notre pays.

Le Développement Durable, faut-il le rappeler, prône un développement réellement maîtrisé, capable de concilier les besoins des hommes et la préservation des équilibres écologiques, sociaux, économiques, y compris dans le long terme.

Sur ce chantier, à la lumière, entre autres, des dix-sept (17) Objectifs du Développement Durable (ODD),  et pour le contexte particulier du Mali en crise politico-institutionnelle et sécuritaire gravissime, il faut travailler fortement, et sérieusement, sur l’Objectif 16 portant sur « Paix, justice et institutions efficaces ». Ce dont le Mali a besoin, singulièrement au sortir des présentes phases du Dialogue National Inclusif (DNI) couronnées par la tenue de la Réunion au niveau national du 14 au 22 Décembre 2019, et présidée par le Président de la République, Chef de l’État, c’est « Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes à tous aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous ».

Q : La situation sécuritaire est assez préoccupante, en particulier dans les Régions de Mopti et Ségou. Quelles sont vos recettes pour juguler cette crise ?

R : Je pense que c’est des recettes maliano-maliennes dont on a besoin. Les miennes, du moins les nôtres, en tant que Président du Cercle de Réflexion et d’Information pour la consolidation de la démocratie (Cri-2002), Contact National de Transparency International et Ancien Ministre des Relations avec les Institutions,  ont été versées dans les documents, résolutions et recommandations du Dialogue National Inclusif (DNI) tant au niveau des communes, que de ceux des cercles, régions, district, national.

Notre cheval de bataille, à travers un Projet que nous pilotons depuis 18 mois avec Transparency International Défense et Sécurité (TIDS) basé à Londres en partenariat avec le Ministère de la Défense et des Anciens Combattants (MDAC) et le Commissariat du Secteur de la Sécurité (CSS), est de « développer l’intégrité dans le secteur de la sécurité et de la défense au Mali » en travaillant, entre autres, sur le contrôle civil démocratique du secteur par l’accroissement de la contribution de la société civile à sa gouvernance, la transparence et l’audit du budget, le personnel, la promotion et les chaînes de paiement, l’approvisionnement, le changement de la culture institutionnelle….

Par bertin DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *