Search
mardi 21 mai 2019
  • :
  • :

Le Dr Tioulenta à la Maison de l’enseignant: ‘‘ je suis venu vous tendre la main pour que nous puissions sauver l’année scolaire’’

Le nouveau ministre de l’Éducation nationale, le Dr Témoré TIOULENTA, a entamé, ce 10 mai 2019, une série de visites de courtoisie et de prise de contact qui l’a conduit successivement à l’UNEREC, à la FENAPEEM et à la Maison des enseignants. Avec ces partenaires sociaux de l’école, le ministre et sa délégation étaient venus échanger et solliciter leur accompagnement en vue de sauver l’année scolaire en péril.

Cette visite au pas de charge a commencé, dans la matinée, par l’Union nationale des enseignants retraités de l’éducation et de la culture (l’UNEREC), dont le siège se trouve dans la cour du ministère de l’Éducation nation. Ensuite, le ministre et sa délégation ont mis le cap sur le siège de la Fédération nationale des parents d’élèves et étudiants du Mali (FENAPEEM) à Faladiè. Lors de ces deux étapes, le ministre a été accueilli par le doyen Mamadou Lamine DIARRA, qui se trouve être le président des deux organisations.

La Maison de l’Enseignant a été la dernière étape de la journée de visites pour le Dr TIOULENTA et sa délégation. À son arrivée, le ministre a été reçu par Amadou Coulibaly (SYNABEF), Adama FOMBA (SYPESCO), Amadou DOLO (COSES) ainsi que plusieurs autres responsables syndicaux membres du Collectif du 15 octobre 2016.

Depuis le début de l’année, l’enseignement fondamental, secondaire est paralysé par une série de mots d’ordre de grève de ce collectif. C’est la raison pour laquelle, le nouveau ministre a choisi de rencontrer parmi ses premiers, les membres de cette synergie d’action syndicale.

À l’entame de ses propos, le ministre de l’Éducation nationale a invité les membres de sa délégation ainsi que ses hôtes a observé une minute de silence à la mémoire des tous les enseignants qui ont perdu leur vie à la suite de la crise sécuritaire qui sévit depuis quelques années dans notre pays n’a épargné personne. En s’adressant aux représentants des travailleurs, le ministre a eu une pensée pieuse pour ces enseignants qui sont encore entre les mains de leurs ravisseurs.

« Nous venons d’être investis par le président de la République dans une situation particulière. Nous sommes aujourd’hui dans un pays déchiré où des pans entiers sont affaissés. Chacun d’entre nous se trouve interpelé et chacun d’entre nous compte », a-t-il lancé à l’entame de ses propos.

C’est dans ce cadre que le président de la réplique a estimé qu’il est important aujourd’hui que tous les fils de ce pays se retrouvent au sein de pour décider souverainement ensemble l’avenir du Mali.

« Je viens vous transmettre le témoin que le chef de l’État m’a remis pour qu’ensemble nous la tenions et que nous conduisons ensemble la barque au port », s’est-il justifié avant de poursuivre : « Je ne voudrais pas vous dire, pensez aux enfants, parce que c’est votre raison d’être. Je ne viens pas vous apprendre comment doit se comporter un syndicaliste, car tous les droits sont à revendiquer. Mais nous savons aussi que tous les devoirs aussi sont à assumer », a-t-il interpelé.

« Ce que je voulais vous dire, c’est que je viens vous tendre la main, vous écouter. Je vais vous tendre la main, parce que le Mali aujourd’hui dépend de vous, parce que la souffrance est trop forte au point que les Maliens pensent que si les enseignants décident, ces souffrances s’amoindriront », a-t-il martelé.

Le ministre était également allé tendre sa main aux enseignants ‘’parce que nous n’avons plus le choix, parce que ce sont nos enfants qui attendent’’. De l’avis du ministre, les enseignants tienne entre leur main devenir du Mali. « Oui, continuons à revendiquer, mais pensons aussi à nos devoirs, à nos devoirs de génération », a-t-il conclu. Avant d’inviter les enseignants à reprendre à tout prix la craie dès ce lundi. Enfin, il a remercié les syndicalistes pour leur accueil.

De son côté, le porte-parole du Collectif, Adama FOMBA a salué le ministre pour cette initiative.

« C’est une marque de confiance et de considération. Si lui-même décide de faire le déplacement pour nous rendre une visite de courtoisie ici à la Maison de l’enseignant, nous ne pouvons que nous en réjouir », a-t-il clamé. « Nous allons nous donner la main pour trouver la solution à cette crise scolaire », a promis M. Fomba. De même, au nom des autres responsables syndicaux, a rassuré le ministre de leur disponibilité et de leur accompagnement pour l’école malienne. Selon certains témoignages, c’est la deuxième que la Maison de l’enseignant reçoit la visite d’un ministre de l’Éducation nationale.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *