Drame de Nampala: ce que dit le rapport d’enquête du commandement

4

17 morts, 37 blessés, 6 disparus ; c’est dernier bilan officiel 17 jours après l’attaque meurtrière du poste militaire de Nampala le 19 juillet dernier par les éléments djihadistes. L’information a été donnée, hier jeudi, par des responsables du ministre de la Défense et des anciens combattants, au cours d’un point de presse organisé à cet effet, dans la salle de conférence du département.

Cette conférence était animée par le porte-parole du ministère de la Défense et des anciens combattants, le colonel Abdoulaye SIDIBE, non moins conseiller en charge des opérations de terrains. Il avait à ses côtés, le directeur de la DIRPA, ainsi que d’autres cadres du départent, etc.
Dans son exposé liminaire, le colonel SIDIBE, a indiqué que le rapport d’enquête du commandement diligentée sur le terrain par le Chef
d’État-major général des Armées fait état de 17 morts, 6 portés-disparus et 37 blessés. D’ores et déjà, des dispositions ont été prises pour renforcer le poste militaire de Nampala. Aujourd’hui, il ressort des propos du conférencier que c’est un GTIA à 100 % de ses capacités, soit plus de 600 hommes, qui est déployé à Nampala avec des équipes de terrassement du Génie pour procéder à des travaux d’aménagement de terrain.
« Tout n’est pas parfait, mais sachez que l’armée fait un travail formidable sur le terrain », a-t-il dit. Aussi, a-t-il rappelé, le FAMA ont déjà eu a repoussé avec succès, par le passé, l’ennemi à Nara, Léré, Ténenkou et dans plusieurs localités du pays.
« Dans la guerre, il y a des hauts et des bas, mais quand la fortune nous fait défaut, nous devons garder notre sérénité, c’est ça également la vertu guerrière », a expliqué le porte-parole du département.
Aux hommes de médias, le colonel SIDIBE a fait savoir que l’heure était grave, puisque nous sommes un pays en guerre et devons par conséquent nous considérer comme tel. Ainsi, il a invité tous les Maliens à l’union sacrée autour des forces armées et de sécurité.
« Ce combat que nous menons n’est pas celui des forces armées uniquement, c’est celui de la nation tout entière », a-t-il dit.
Pour cela, il a lancé un appel aux organes de presse, aux leaders religieux à la société civile pour consolider l’union sacrée autour des FAMA. « Tous ceux qui de la part leur verve, de la part leur leadership, de par leurs capacités à convaincre, ont une influence quelconque auprès des populations, qu’il soit au plan local ou national, sont invités à joindre le combat et à concentrer toute leur énergie sur l’ennemi public désigné : le terrorisme », a insisté le conférencier. Dans son plaidoyer, il a invité les hommes de médias à plus de professionnalisme en portant la bonne information aux populations.
Par ailleurs, il a mis en garde les uns et les autres contre une décrédibilisation des FAMA et de leur hiérarchie.
« Vous devez plutôt décrédibiliser les terroristes et conseiller les jeunes pour qu’ils ne tombent pas dans le juron des terroristes ». Voilà le combat de la presse et des leaders d’opinion, a-t-il martelé. « Ne nous trompons pas de cible, ne démoralisons pas la troupe en décrédibilisant la hiérarchie militaire », a continué de plaider le colonel. Selon lui, une armée professionnelle et efficace ne tombe pas du ciel, elle ne s’achète pas au marché et elle ne s’offre pas en cadeau. « Elle se construit », a-t-il dit. Avant d’inviter tous les patriotes à les aider à construire notre armée.
Pour convaincre tous les Maliens de la nécessité de soutenir les FAMA, il s’est fait sien l’adage qui dit qu’« on ne refuse pas de laver ses yeux parce qu’ils sont crevés ».
Il a profité de la circonstance pour saluer tous les patriotes sincères qui ouvrent au quotidien et dans l’anonymat le plus complet à aider les forces armées dans leur noble mission. De même, il a également adressé les remerciements sincères du peuple malien à la communauté internationale qui reste solidaire à notre pays et l’appuie dans la mise en œuvre de l’Accord.
Aussi, il n’a pas manqué de saluer les efforts colossaux que les plus hautes autorités du pays déploient sans discontinuer pour remettre d’aplomb notre outil de défense.
« Nous sommes sur la bonne voie, vu l’effort et la détermination que les autorités démontrent constamment », a-il fait savoir. Pour preuve, il a cité la LOPM (Loi d’orientation et de programmation militaire), qui constitue, à son avis, un formidable outil de renforcement des capacités opérationnelles des forces armées et de réarmement moral des troupes.

Par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *