Search
jeudi 22 juin 2017
  • :
  • :

Duo gouvernement Banque Mondiale: de l’emploi pour 25 000 jeunes sur 5 ans

Le ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle a présidé, hier lundi, au CNPM, la cérémonie d’ouverture de l’atelier technique de démarrage des activités du Projet de développement des compétences et emploi des jeunes (PROCEJ). Ce projet est financé par la Banque mondiale à hauteur de 63 millions de dollars au bénéficie des jeunes maliens, de 15 à 35 ans, sur une période de 5 ans.

Le ministre de l’Emploi avait à ses côtés son homologue de l’Industrie et de la promotion des investissements, Moustapha BEN BARKA ; le représentant du directeur des opérations de la Banque mondiale au Mali, Malick FALL ; le président du Conseil national du patronat du Mali (CNPM), Mamadou SIDIBE, et le président du Conseil national des jeunes (CNJ), Mohamed Salia TOURE.

Les participants sont venus des structures techniques des départements ministériels: (Emploi et de la formation professionnelles; Industrie et de la promotion des investissements; Education; Enseignement supérieur; Jeunesse); des organisations professionnelles (APCM; APCAM; CNOP; OPECOM; Chambre des mines; AEPAM; OPI; REAO; Association des femmes entrepreneurs économiques); des organisations de la société civile (CAFO, CNJ, JCI…); et des partenaires techniques et financiers (LuxDev; USAID; Coopération suisse; AFD; ACDI ;BAD, FIDA…).

La rencontre visait à familiariser les participants au PROCEJ, notamment ses missions, objectifs et  résultats attendus.

Le représentant du directeur des opérations de la Banque mondiale a salué le leadership du gouvernement pour la mise en vigueur, dans les délais, de ce projet prioritaire pour le Mali. Il a rappelé que le POCEJ, un projet multisectoriel, d’un montant de $63 millions, a été approuvé par le Conseil d’administration de la Banque mondiale, le 27 juin 2014.

«Ce projet que nous sommes en train de lancer va appuyer des programmes d’éducation et de formation visant à améliorer les perspectives d’emploi des jeunes maliens et accroître les débouchés qui leur sont offerts dans le secteur privé. Dans ce sens, le projet, qui cible tout le territoire national, contribuera à réduire la proportion de jeunes non scolarisés, sans emploi et marginalisés, tout en permettant au marché du travail d’enregistrer de meilleures compétences, et donc permettra de réduire la pauvreté et promouvoir la croissance et la compétitivité du pays dans un moment très important de sortie de crise», a déclaré M.FALL.

Le PROCEJ bénéficiera à environ 25 000 jeunes sur 5 ans. Il comprend également des activités visant à soutenir les entrepreneurs potentiels (programmes d’appui à l’entreprenariat, avec des éléments de compétition de plans d’affaires et d’accès à un capital de démarrage et au crédit) et à promouvoir les perspectives d’emploi dans les Petites et moyennes entreprises (PME).

Aussi, environ 10 000 jeunes non diplômés et 2 000 jeunes diplômés bénéficieront des programmes d’entreprenariat, selon Malick FALL.

Pour le ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, Mahamane BABY, le PROCEJ va contribuer à l’atteinte des objectifs du gouvernement, qui est de créer 200 000 emplois et mobiliser 250 milliards FCFA pour le financement de l’entreprenariat jeune.

«Ce Projet va contribuer à améliorer l’employabilité à travers le renforcement de: six établissements publics d’enseignement technique et professionnel et de formation professionnelle; l’Ecole normale de l’enseignement technique et professionnel spécialisée dans la formation des enseignants de l’enseignement technique; au moins 10 établissements privés d’enseignement technique et professionnel à travers un fonds à coût partagé; la formation par apprentissage de 4 500 jeunes non scolarisés et déscolarisés dont 30%) de filles; la formation et l’insertion de 20 000 jeunes non scolarisés et déscolarisés dont 40%) de filles dans les zones semi urbaines et rurales dans les régions de Kayes, Sikasso, Mopti, Tombouctou, Gao et le District de Bamako.  Concernant la promotion de la création d’emplois pour les jeunes à travers l’entreprenariat, le Projet prévoit de : Créer 3 600 entreprises au profit de jeunes faiblement scolarisés (dont environ 50% de filles) pour environ 7200 emplois créés, à travers la mise en place de capitaux de démarrage sous forme de subvention et l’accompagnement vers le système de financement; créer et/ou accompagner le développement de 600 entreprises au profit de jeunes diplômés pour au moins 2 400 nouveaux emplois, à travers la mise en place de fonds de démarrage sous forme de subvention et l’accompagnement vers le système de financement; soutenir 250 entreprises viables ayant des potentialités de création en moyenne chacune d’au moins 10 emplois supplémentaires après 2 ans, soit 2 500 nouveaux emplois», a conclu le ministre BABY.

Précisons que le PROCEJ, qui vise à faire face au problème du sous-emploi et du chômage des jeunes, comporte trois composantes: éducation et formation pour l’employabilité; création d’emplois par le secteur privé pour les jeunes;  et renforcement sectoriel et gestion du projet.

Par Hamidou TOGO

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *