Search
mercredi 22 novembre 2017
  • :
  • :

Ebola : halte à l’auto flagellation !

Chers toutes, chers tous.

Le virus Ebola existe bel et bien; la maladie existe bel et bien. Donc mon propos n’est pas et ne sera pas de nier ce fait. Je ne veux pas et je ne vais non plus polémiquer sur son origine (création humaine à des fins cyniquement mercantiles ou non).

A ce jour, depuis que la maladie a subitement réapparu (vous vous souviendrez qu’elle a fait parler d’elle il y a quelques années en République Démocratique du Congo et miraculeusement on en parlait plus, allez-y savoir pourquoi), donc de sa réapparition à ce jour, le nombre total de morts dans le monde n’a pas atteint 6000. Pour revenir chez nous, au Mali, jusqu’ici les cas avérés, à ma connaissance, n’ont pas dépassé 3. Et avec notre contribution consciente ou inconsciente, nous renforçons la diabolisation de notre pays. Nos médias doivent cesser d’être les caisses de résonnance de la communication internationale, communication internationale à but clair. Pendant que l’on amplifie ces quelques malades atteints ou morts de fièvre Ebola, on a presque oublié le SIDA; oublié aussi le fameux virus H1N1 de la grippe aviaire, oublié aussi le chichingounia (je ne me rappelle plus de l’orthographe exacte). On a surtout oublié le paludisme, les maladies diarrhéiques qui font, chaque jour que Dieu fait, des ravages par dizaines de milliers surtout parmi nos enfants, aussi bien dans nos villes que dans nos campagnes, sans que cela ne scandalise ceux qui font autant de bruit (de communication, ils disent) autour de quelques cas d’Ebola avec des montages dignes d’Hollywood. Pour eux c’est compréhensible, ils appellent cela du «business opportunity» ou opportunité d’affaires. Que nous, nous tombions si  facilement dans le piège, comme d’habitude, est gravement exaspérant.  Faites le point de toutes les affaires qui ont pu se développer depuis l’annonce officielle de la maladie: toutes les quantités de savon et détergent achetées (donc forcément vendues), les combinaisons dignes d’astronautes, les instruments et produits de laboratoires d’analyse, le développement du vaccin ou plutôt sa production (parce que je suis certain qu’il a déjà été mis au point, peut-être à partir de la RDC).

Pour me résumer, cessons d’aider les gens à nous diaboliser. Que l’on nous prenne pour des grands enfants, cela passe. Que nous-mêmes nous y contribuons est très grave.

Bonne journée.

Kalfa

PS: C’est naïf et illusoire de croire que nos frontières peuvent être fermées ou contrôlées. Les passages officiels ne sont pas les seuls accès à nos voisins.

Oui, vous avez certainement  en ce qui concerne la diabolisation par nous-mêmes; la fermeture  des frontières relève de l’utopie en Afrique, mais quand un personnel de la santé prend son véhicule de service et part prendre un malade dans un autre pays pour revenir le soigner chez soi, sans prendre les précautions élémentaires afin de s’assurer de quoi souffre son patient, alors vous conviendrez avec moi que le comble de l’insouciance est atteint. Ce personnel de la santé était guidé par son penchant vénal. Par son acte, il a mis tout le monde en danger de mort (y compris ses propres collaborateurs ou employés).

Merci

N.B. : Le titre est de la Rédaction

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *