Eclairage public à travers le District de Bamako: le constat du ministre Malick Alhousseini

8

C’est à bord d’un bus que le ministre de l’Énergie et de l’eau, Malick ALHOUSSEINI, accompagné des membres de son cabinet et des responsables de la société Énergie du Mali et de l’Agence des énergies renouvelables a visité, le samedi de 19 h 30 à 23 heures, certaines artères de la ville de Bamako pour faire l’état des lieux de l’éclairage public.

Partie de la Cité administrative à 19 h 30, la délégation ministérielle d’une vingtaine de membres, à sa tête une escorte policière, a sillonné toutes les grandes artères des 6 Communes du District de Bamako notamment, le boulevard Mohamed V jusqu’au rond-point final de Sébénikoro ; l’Avenue du Mali ACI 2000 ; la voie express présidentielle jusqu’à Koulouba ; la route de Koulikoro puis le 3e Pont de Bamako ; la corniche de Magnambougou pour rejoindre l’Avenue de l’OUA ; route de Bougouni- la Bretelle de l’Aéroport international Modibo KEITA et l’Avenue de la CEDEAO ; la descente de l’Hôtel Olympe pour le 2e Pont de Bamako ; la corniche du Quartier du fleuve, l’échangeur du 1er Pont, le marché de légumes, devant l’ORTM, le siège l’EDM-SA, pour traverser le 1er Pont ; la corniche de Badalabougou pour le 2e Pont, passage sous l’échangeur du Rond-point de la Paix ; rue Ousamane BAGAYOKO Hamallaye en passant par le Lycée Prosper et le monument de l’Éléphant pour rejoindre la Cité administrative.
À l’issue de la visite, nous avons recueilli les impressions du ministre de l’Énergie et de l’eau, Malick ALHOUSSEINI ; du directeur général de la Société Énergie du Mali (EDM-SA), Mahamadoun GUINDO ; et du directeur général adjoint de l’Agence des énergies renouvelables du Mali, le Dr Beydari TRAORE.
Pour le ministre, il s’agit d’une première visite pour faire l’état des lieux de l’éclairage public, à travers la ville de Bamako.

Les constats de la visite
Aussi, a-t-il constaté, sur certaines voies éclairées à partir du courant conventionnel, il y a des foyers qui ne s’allument pas.
À ce sujet, le ministre de tutelle a noté qu’il y aura un travail de réhabilitation à faire pour l’ensemble du réseau d’électrification du District de Bamako.
« L’électricité c’est la vie. L’éclairage public participe à la sécurisation des populations. Ce travail va se faire », a-t-il déclaré.
Par ailleurs, le ministre dit constater qu’il y a des voies qui ne sont pas du tout éclairées. Là, à son avis, il s’agira de créer de nouveaux réseaux d’éclairages publics.
À Hamdallaye, en Commune IV du District de Bamako, il a été constaté que des voies secondaires qui sont allumées à partir de solaire, les lampadaires solaires sont tous en panne, cela pendant plus de 2 ans. Pour ce cas d’espèce, dira le ministre, il y a lieu de faire un diagnostic par rapport à la qualité du matériel utilisé, mais surtout le service après-vente, pour savoir si réellement l’entretien est bien assuré.
Concernant le Sommet Afrique France, que notre pays abritera en janvier 2017, le ministre a promis que son département assurera sa partition à savoir sécuriser sur le plan énergétique la ville de Bamako. Pour ce faire, il ne ménagera aucun effort pour être au rendez-vous.
À l’issue de la visite, le ministre Malick ALHOUSSEINI estime qu’il y a surtout un travail technique à réaliser, à savoir auditer l’état de l’ensemble du réseau tant de l’éclairage public à partir du courant conventionnel que du réseau alimenté à partir du solaire.
En conclusion, révèle-t-il, d’autres visites suivront pour que l’électrification de la ville de Bamako soit assurée de façon régulière.
L’intervention du DG de l’EDM-SA a essentiellement porté sur les difficultés relatives à la gestion de l’éclairage public, auxquelles la société est confrontée.

Les contraintes d’EDM
Selon M GUINDO, l’éclairage public, comme son nom l’indique, appartient au public, c’est-à-dire à tous les usagers de la voie publique aussi bien clients ou non clients de l’EDM-SA ; car tout le monde bénéficie du bienfait d’éclairage public.
En effet, soutient le DG, aujourd’hui, la principale contrainte est relative au problème de vandalisme (vol) sur les équipements d’éclairage public.
« Je profite de l’occasion pour demander à l’ensemble de la population de nous assister dans le cadre de la surveillance de ces installations, et nous signaler tous les problèmes pour nous permettre d’intervenir le plus rapidement possible. Puisque quand il y a l’éclairage public, il y a la sécurité ; et notre devoir est aussi d’assurer la sécurité de la population », dira M GUINDO.
Un autre problème que connaît l’éclairage public, note le DG, a trait aux accidents. Au fait, souligne-t-il, les poteaux électriques font fréquemment l’objet d’agression par les camions et autres véhicules.
En dépit de ces contraintes majeures, rassure le DG, la société EDM-SA ne ménagera aucun effort pour les surmonter avec célérité et les moyens mis à sa disposition.
« C’est tout le monde qui doit prendre soin de l’éclairage public, une chose publique ».

La situation des lampadaires solaires
Quant au DGA de l’Agence des énergies renouvelables, il a précisé qu’à Bamako, il y a 396 lampadaires solaires dont malheureusement la majorité est éteinte.
« Les raisons sont connues, car le diagnostic de tous les lampadaires est fait un à un et la situation de chaque lampadaire est faite », a-t-il fait savoir. Avant d’ajouter :
« Les raisons principales sont des problèmes techniques : pour certains, ce sont des batteries qui ont lâchées ; pour d’autres, ce sont les régulateurs qui ne permettent pas de charger la batterie ; pour les autres, ce sont les ampoules qui ne marchent pas ».
Selon le Dr TRAORE, aujourd’hui, le ministère est à pied d’œuvre pour réhabiliter tous ces lampadaires. Pour ce faire, a-t-il révélé, déjà des bailleurs de fonds qui sont prêts à financer cette réhabilitation, ont été contactés.

Par Sékou CAMARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *