Search
mardi 7 avril 2020
  • :
  • :

Ecole: une stratégie pour le maintien des enfants

Le Mali, à l’instar des autres pays de l’Union africaine, a célébré, hier dimanche 1er mars, la journée africaine de l’alimentation. L’événementa  été célébré dans la cour de l’école fondamentale de Zantiguila, dans la région de Dioila, sous le thème : « la cantine scolaire, facteur de résilience, de paix et de développement durable des communautés ».

La cérémonie était placée sous l’égide du ministre de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Mamadou FAMANTA ; en présence des autorités régionales et des partenaires.

Dans leurs mots de bienvenue, le Chef de village de Zantiguila et le maire de la commune rurale, Zan COULIBALY, ont remercié les autorités pour le choix porté sur leur localité. Ils ont également exprimé leur reconnaissance aux autorités pour avoir ouvert une cantine scolaire à Zantiguila. Une initiative qui permet aux élèves qui parcourent des kilomètres pour venir à l’école de manger sur place.

Le représentant des partenaires techniques et financiers a affirmé que la célébration de cette journée est une interpellation continue à reconnaitre la grande valeur des programmes de repas scolaires pour, non seulement, susciter l’inscription, mais surtout, maintenir les enfants à l’école, gage de l’amélioration de la réussite scolaire.

« Avec la stratégie des achats locaux prônée par les différents partenaires, l’alimentation scolaire encourage la production locale, permet également le développement de toute une chaine de valeur entre les écoles et les producteurs qui permet de soutenir le développement économique au niveau local », a affirmé le responsable de Catholic relief services-Mali.

Il a par ailleurs noté qu’avec l’adoption de la loi fixant le régime de l’alimentation scolaire, les acteurs disposent désormais d’un cadre juridique pour canaliser leurs efforts et mieux accompagner le Gouvernement.

Le Directeur de l’Académie d’enseignement de Dioila, Birama DAOU, a affirmé que les cantines scolaires ont pour objectifs de favoriser un accès équitable à l’éducation des filles et des garçons ; d’améliorer le taux de fréquentation ou d’assiduité ; de favoriser la rétention des enfants à l’école ; de renforcer les capacités des communautés bénéficiaires…

Il a informé que de 13 cantines scolaires en 2014, l’académie d’enseignement qu’il dirige compte au total 35 cantines depuis 2019. Selon M. DAOU, les 22 nouvelles cantines sont toutes dans le CAP de Dioila et prennent en charge un effectif total de 6 306 élèves.

Le Directeur de l’Académie d’enseignement de Dioila a lancé un appel à tous les organes de gestion et de suivi des différentes cantines scolaires à faire une gestion rigoureuse et utile de ces cantines scolaires au profit des élèves. Pour lui, l’ensemble des acteurs doivent comprendre la nécessité de fédérer leurs efforts et leurs pratiques, afin de faire de l’alimentation scolaire le dénominateur commun de tous les programmes de développement.

Le ministre de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Mamadou FAMANTA, a rappelé que les chefs d’Etat et de gouvernement africains, lors du 26e sommet de l’Union africaine, en 2016, à Malabo, ont adopté une décision en faveur de l’alimentation scolaire et ont institué le 1er mars comme la journée africaine dédiée au secteur.

Le ministre FAMANTA a déclaré que le thème national de cette édition de la journée africaine de l’alimentation est l’émanation de la vision du Président IBK qui a instruit, à travers son programme d’urgences sociales, de procéder à la généralisation et à la pérennisation des cantines scolaires sur l’ensemble du territoire national.

« Au regard de la situation que vit notre pays, la cantine scolaire devient une préoccupation importante, car il s’agit, pour le Gouvernement, de faire une union sacrée autour de l’école, de faire de l’alimentation scolaire une stratégie majeure pour lutter contre les pénuries alimentaires et la malnutrition afin de garantir à tous les enfants du Mali un accès équitable et un maintien durable à l’école », a expliqué le ministre FAMANTA.

Il a saisi l’occasion pour rappeler les efforts consentis par le Gouvernement pour atteindre cet objectif. Aux dires du ministre, de 2013 à nos jours, le nombre de cantines financées par l’Etat est passé de 579 à 1 431 avec un budget d’environ six milliards en 2020, soit une augmentation de près de 300%.

« Cette dynamique va continuer avec l’engagement de procéder chaque année à un accroissement de 10% du nombre des cantines existantes financées par l’Etat et la mise en œuvre du Programme d’appui à la promotion de la cantine scolaire endogène, avec l’appui de nombreux partenaires techniques et financiers », a rassuré le ministre de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Il a également symboliquement posé la première pierre de 50 nouvelles cantines scolaires qui seront construites dans plusieurs localités du pays.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *