Edition « Oxyjeunes » 2016: 10 ans de combat au service des causes de l’enfance

9

Le conseiller technique du ministère de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Ayouba GOUANLE, a procédé, le lundi dernier à l’hôtel Mivéra de Ségou, au lancement des travaux de la 10e édition de « Oxyjeunes » qui se poursuivront jusqu’au 12 août prochain sur le thème : « Éducation et participation des enfants à la consolidation de la paix ».

C’était en présence du gouverneur de la région de Ségou, Georges TOGO ; du représentant de l’UNICEF, Ndiaga SECK ; de la représentante du maire de la commune urbaine de Ségou, Mme DIAO Kadiatou TALL ; de la présidente du Parlement national des enfants du Mali, Mlle Fadimata SANGARE.
L’Oxyjeunes est un espace d’échanges, de partages, de réflexions, et de renforcement des liens de solidarité, de cohésion entre des enfants et jeunes de notre pays que l’UNICEF et ses partenaires organisent, depuis 10. Prennent part à cette édition, la centaine de personnes constituées essentiellement des enfants et jeunes de notre pays venus de toutes les régions.
Placée sous le haut parrainage de l’épouse du président de la République du Mali, la représentante du maire de la commune urbaine de Ségou, Mme DIAO Kadiatou TALL a donné le ton de la cérémonie d’ouverture par souhaiter la bienvenue aux participants à cette 10e édition de Oxyjeunes. Ensuite a ensuite fait remarquer, qu’Oxy-jeunes, à côté de son caractère festif, est un véritable espace d’apprentissage et de formation des enfants et de jeunes du Mali.
Mieux, la présidente du Parlement des enfants a quant à elle fait savoir qu’Oxy-jeunes est une tribune où les enfants et jeunes du Mali discutent et échangent sur des préoccupations d’intérêt national. Le thème de l’édition est évocateur de ces situations, a-t-elle indiqué tout en soulignant qu’il s’inscrit en droite ligne de la dynamique régionale du projet de l’éducation à la consolidation de la paix.
La crise de 2012, qui affecté notre pays, n’a pas échappé aussi à son discours. Déplorant les conditions difficiles que ses camarades enfants et jeunes des régions nord du pays ont subies pendant cette crise, elle pense que leur implication à la résolution de celle-ci est autant nécessaire. En les ignorant dans le processus de la recherche de la paix, l’État commettrait des erreurs, a-t-elle souligné. Car à son avis, au même titre que les adultes, ils sont également capables de porter le flambeau de la paix, de l’union, de l’unité et de la réconciliation.
Par ailleurs, devenue une traditionnelle, Oxy-jeunes fête cette année ses 10 ans. Selon Mlle Fadimata SANGARE, ces 10 ans symbolisent pour tous les enfants du Mali : « 10 ans de renforcement de partenariat et d’unité d’action entre les différents acteurs engagés pour l’accélération du développement et de la protection des enfants et jeunes au Mali ; 10 ans de consolidation de lien de fraternité et d’amitié entre les enfants et jeunes du Mali ; 10 ans déjà sur cette noble action, les initiateurs peuvent être fiers de leurs actions ».
Pour cette constance, elle a salué, félicité et encouragé tous les acteurs et partenaires qui supportent, chaque année, leur caprice en organisation ce forum avec des enfants et jeunes du pays.
Quant au représentant de l’UNICEF, il a soutenu qu’il n’était pas nécessaire d’être âgé pour être sage. Selon lui, les enfants, malgré leur jeune âge, peuvent être des vecteurs du changement social, en même temps que les ambassadeurs des valeurs culturelles universelles.
« La participation authentique et efficace, c’est celle qui prépare les enfants à être partie prenante de l’avenir. La participation, avec tout ce qu’elle permet aux enfants concernés d’apprendre et de comprendre, est un élément central des sociétés solidaires, lesquelles sont elles-mêmes les clés de voûte de la paix dans le monde », a-t-il soutenu.
Le conseiller technique du ministère de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille a dit que ce forum participait à la formation des cadres de demain de notre pays. Il a évoqué ensuite le rôle important de ces enfants dans le processus de consolidation de la paix dans notre pays avant de rappeler les nombreux engagements signés par notre État relatifs au respect des droits des enfants.
Cependant, malgré cette volonté salutaire affichée par des autorités nationales, des organisations des droits des enfants estiment qu’il y a encore de nombreux efforts à consentir pour faire respecter des droits des enfants. A plusieurs niveaux, disent-ils, les droits des enfants sont violés à cause du poids de la tradition dans certaines localités. Toutefois, ont-ils confirmé, dans d’autres domaines, des avancées notables ont été enregistrées comme au niveau de l’éducation, de la lutte contre le mariage précoce. Puisque de plus en plus, des parents commencent à prendre conscience des dangers de ces pratiques sur l’épanouissement de leurs enfants.
Au cours de ce forum, dans la capitale de Balazan, le programme prévoit pour les participants, des visites sur des sites historiques ; des rencontres avec des artistes, écrivains, à travers des conférences-débats ; des veillées culturelles, des cours sur le civisme et le patriotisme, la formation au journalisme et au dessin.

Par Sikou BAH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *