Search
mercredi 16 août 2017
  • :
  • :

Editorial: après 54 ans, boli bana

Trois semaines après la proclamation de l’Indépendance par le congrès de l’Union soudanaise RDA, le 10 octobre 1960, le président Modibo Keïta proclame la naissance d’une armée nationale, chargée de la défense et de la préservation de l’intégrité territoriale ainsi que de la protection des personnes et de leurs biens. À la suite à la reconnaissance par la France de la République du Sénégal (acte qui consacre la dislocation de la Fédération du Mali), le Père de la Nation, appelle l’ex-puissance coloniale, le 20 janvier 1961 à l’évacuation de ses « bases militaires de Bamako, de Kati, de Gao et de Tessalit, qu’elle occupait du fait des accords franco-maliens, signés à Paris le 22 juin 1960, entre elle et la Fédération du Mali ».

Demain, 20 Janvier 2015, l’armée du capitaine Pinana Drabo, du Capitaine Kélétigui Drabo, du Capitaine Sékou Traoré, du Général Abdoulaye Soumaré… soufflera sur ses 54 bougies. Temps de rappel de glorieuses pages de notre histoire, devoir de mémoire et invite à la fidélité aux idéaux et au sacrifice de tous les vaillants et dignes fils sous le drapeau.

Armée d’une Nation de braves pour un peuple de fiers patriotes, la nôtre, hier digne d’hommage et d’éloge, malgré les écueils de l’histoire récente, n’est pas sans valeur, sans honneur et sans espoir. Oui, en dépit de la trahison subie, de destruction programmée et donc de revers enregistrés face à un ennemi qui fait dans la guerre asymétrique, les successeurs de héros fondateurs, des illustres devanciers qui ont été courageusement engagés en Afrique et ailleurs à travers le monde sont loin d’être des lâches, des fuyards au moindre coup de coup.

Creuset patriotique d’une nation plurielle, les forces armées et de sécurité du Mali sont et restent encore le symbole de notre unité indéfectible, de notre affectio societatis. Née du sentiment d’honneur et de fierté partagée de tout un peuple, la vaillante armée malienne est et reste toujours le socle de la République, le premier rempart pour la défense de notre souveraineté et de notre intégrité territoriale.

À l’instar de notre grande nation, les forces armées et de sécurités (les Fama) ont tangué, elles ont eu besoin d’aide, d’assistance et de réforme, mais elles sont là debout et déterminées à remplir leurs missions républicaines au service d’un peuple qui n’a jamais perdu en elles foi et espoir. Parce qu’envers et malgré tout, elles sont et restent en première ligne.

Au moment où elles célèbrent le 54e anniversaire de leur fête nationale, sonne comme un challenge le clairon du rassemblement. En dépit des espoirs de paix qui profil en Alger, le front narcodjihadiste se fait défiant et le péril sécessionniste de plus en plus menaçant. Les attaques traîtresses de ces derniers jours qui ne doivent point surprendre l’analyse et la bonne foi, interpellent chaque citoyen sur son engagement et chaque soldat sur sa détermination quant à la mise en œuvre de l’article 22 de notre Constitution : boli bana.

Du Mali et de sa souveraineté, nous sommes tous responsables et tous comptables. Tous unis derrière notre armée, nous défendrons et préserverons le Mali, un et indivisible.

Soldat du Mali, à vous l’honneur

Bonne et heureuse fête nationale.

Par Sambi TOURE

 

 

 

 

 

   




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *