Search
mardi 16 juillet 2019
  • :
  • :

Effervescence des organisations religieuses: les mises en garde du président de l’AN

Lors de l’ouverture de la session d’avril de l’Assemblée nationale, tenue hier 1er avril 2019, le président de l’institution, l’honorable Issiaka SIDIBE, convaincu que nul ne doit se sentir si fort pour tenter d’entraver le fonctionnement normal de l’État, a vivement critiqué les sorties des religieux contre le régime tout en appelant des syndicats à plus de raison.

La session d’avril de l’Assemblée nationale s’est ouverte hier lundi. Le contexte est marqué par une dégradation de la situation sécuritaire dans le centre du pays, mais aussi par l’ébullition du front social avec les grèves des syndicats qui s’enchainent.

À cette occasion, le président de l’Assemblée nationale, en présence des présidents des Institutions, des membres du gouvernement, s’est exprimé sur les sujets d’actualités.

Sur le problème sécuritaire dans le centre, l’honorable Issiaka SIDIBE reconnaît que le pays est encore confronté à une recrudescence de l’insécurité et à des antagonismes meurtriers persistants entre certaines communautés en rappelant pêle-mêle les drames de Dioura, d’Ogossagou, entre autres.

Aussi, a-t-il condamné ces attaques contre les populations civiles, les Famas, les Casques bleus avant d’affirmer qu’elles sont destinées uniquement à gâcher les efforts de paix et de réconciliation déployés par le Mali.

Le président Issiaka SIDIBE a également appelé le peuple malien à la résilience en rappelant que le Mali « est une nation qui ne recule jamais devant l’adversité et qui a toujours su surmonter les épreuves les plus difficiles ».

Outre ce point, il a aussi abordé l’actualité sociopolitique. Pour lui, celle-ci exige de parler de l’accointance alarmante entre la religion et la politique au Mali. Ainsi, estime-t-il urgent que des correctifs adéquats soient envisagés sur ce plan en vue de restaurer convenablement l’autorité de l’État, fortifier nos Institutions et redéfinir le rôle des acteurs sociaux.

Cette sortie du président de l’hémicycle visiblement très appréciée par les honorables députés intervient alors que des organisations religieuses se préparent à organiser une grande manifestation ce 5 avril, après celle du 10 février qui a été une réussite en termes de mobilisation.

Le front social n’a été également mis en marge dans son discours. Il a déploré les grèves répétitives de certains syndicats. Certes, le droit à la grève est garanti par la Constitution, reconnaît l’honorable Issiaka SIDIBE, mais il serait bienséant que les demandes corporatistes ou sociales tiennent véritablement compte de deux paramètres majeurs : les capacités réelles de l’Etat à les satisfaire et les séquelles des mouvements sociaux sur la vie de notre nation, a-t-il conseillé.

« Nul ne doit se sentir si fort pour tenter d’entraver le fonctionnement normal de l’État », dira le président de l’Assemblée nationale. Avant d’ajouter : « nous avons toujours apporté notre concours au dialogue social, mais le moment est venu où les partenaires sociaux doivent se départir de la tactique consistant à obtenir tout et tout de suite ».

Singulièrement, il s’est focalisé sur le cas de l’école malienne paralysée par plusieurs semaines de mouvement de grève qui risque aujourd’hui de compromettre dangereusement l’année scolaire en cours, craint-il.

« Il faut y remédier de toute urgence pour que les enfants maliens reprennent sereinement le chemin de l’école ! J’en appelle au patriotisme de tous les enseignants et autres acteurs de l’éducation, afin que cette crise scolaire soit enfin derrière nous, à jamais », a-t-il interpelé.

S’agissant de l’agenda de la session d’avril programmée pour 90 jours, elle sera marquée certainement sur le projet de loi de révision constitutionnelle en préparation qui devrait être soumise très prochainement à l’Assemblée nationale.

Outre ce texte, il sera également question de l’examen du projet de loi d’entente nationale sur lequel tous les regards sont tournés. Déjà, il a félicité la Commission des Lois, saisie au fond, pour toutes les concertations préliminaires qu’elle a effectuées pendant l’intersession en vue d’une large appropriation de ce projet par les différents acteurs.

Ces textes viendront s’ajouter aux 58 projets et propositions de loi figurant déjà dans le tableau de saisines.

Par Sikou BAH

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *