Search
lundi 20 août 2018
  • :
  • :

Élucubration des opposants avant les résultats: la rançons d’un immaturité politique !

Avant même la publication des résultats, 24 heures après le scrutin présidentiel, le mandataire du candidat de l’opposition, Tiébilé Dramé, à travers un point de presse, contestait à l’avance le verdict des urnes. Cette violation flagrante de l’article 156 de la loi N°2016-048 du 17 octobre 2016 modifiée portant loi électorale en république du Mali est le signe de l’immaturité politique de l’opposition qui cherche à tout prix le fauteuil présidentiel « Moi ou le chaos» !

Les adversaires du président Ibrahim Boubacar Keita, copieusement battus dans les urnes, n’hésitent plus à marcher sur les lois de la république, à violer leurs propres engagements et paroles d’honneur, pour se tailler une place au soleil. Depuis lundi, soit quelques heures après la fermeture des bureaux de vote, ils enflamment les réseaux sociaux et autres places de débats publics pour mener le peuple en bateau.
Comme Soumaïla Cissé l’avait prédit dans Jeune-Afrique, la stratégie du « moi ou le chaos» est en route pour tromper la vigilance du public malien et même des observateurs internationaux. Alors que ces derniers sont presque unanimes sur la bonne tenue d’un scrutin qui a fait l’objet de plusieurs polémiques, l’opposition annonce des « bourrages d’urnes, des votes double… » et exige un recomptage des voix.
« Par ailleurs, en raison de l’insécurité dans le Nord et le Centre, le vote n’a pas pu avoir lieu dans 12 circonscriptions. Nous en tenons le pouvoir pour responsable. Nous invitons le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation à rendre publique la liste exhaustive des localités affectées ainsi que le nombre précis d’électeurs concernés par bureau de vote. Ces graves dysfonctionnements ont nui à la participation pour ce grand rendez-vous démocratique. D’une certaine manière, le vote des Maliens et Maliennes a été confisqué », dénonce Tiébilé Dramé.
Selon lui, il y a eu des votes doublons, ‘’électeurs supplémentaires, centres et bureaux de vote additionnels… A l’étude de ces différents éléments documentés, analysés et vérifiables, il en ressort un potentiel de fraude estimé à un million deux cent quarante et un mille cinq cent soixante-quatorze voix’’.
Et pourtant, les observateurs nationaux et internationaux déployés à travers le Mali voient les choses autrement.
Selon la Mission d’observation de l’Union européenne, «bien que des incidents sécuritaires aient affecté le déroulement du scrutin dans une partie des bureaux de vote des régions centre et nord, le vote s’est déroulé dans le calme dans le reste du pays. Les procédures ont été globalement respectées malgré des difficultés dans l’établissement des procès-verbaux».
Mme KYENGE, la chef de la mission de l’UE, a renouvelé son appel aux «candidats à faire preuve de mesure en évitant d’annoncer leurs propres estimations, avant publication des résultats provisoires par l’administration électorale, et à régler les contestations éventuelles de manière pacifique en privilégiant la seule voie des recours judiciaires ».
Le POCIM a quant à lui constaté ‘’une présence des forces armées et de sécurité dans plusieurs centres de vote ; un climat apaisé et serein du déroulement des opérations de vote dans plusieurs localités du pays…’’.
Heureusement que les autorités ont accepté d’ouvrir grandement la porte aux observateurs qui ont été témoins de l’ensemble des efforts déployés par notre pays pour la réussite d’un scrutin considéré comme capital pour la poursuite de notre processus démocratique.

Par Sidi Dao




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *