Search
lundi 27 juin 2022
  • :
  • :

Enquête d’opinion mali-mètre: la Transition dans la grâce de Assimi

Le Président Assimi GOITA est l’acteur de la Transition en qui les Maliens font le plus confiance, selon les résultats de l’enquête d’opinion de Mali-Mètre dont le contenu a été rendu public ce jeudi 19 mai. À lui seul, le Président GOITA concentre le plus fort de taux de confiance avec 72% des personnes enquêtées.

La confiance des Maliens sur les acteurs de la Transition et leur niveau de satisfaction sur la gestion de celle-ci sont notamment des aspects évoqués dans le document de Mali-Mètre.

Ainsi, les résultats de l’enquête confirment la popularité incontestée du Président de la Transition auprès des Maliens et la confiance qu’ils le placent. La Transition se trouve alors dans la grâce du Président Assimi GOITA.   

La Preuve, rapporte l’enquête d’opinion de Mali-Mètre « Parmi les acteurs que sont, le Président de la transition, le gouvernement de la transition, le CNT ainsi que l’opposition, le Président de la transition est celui en qui les personnes enquêtées ont le plus confiance (72%). Toutefois, 13% de la population estime avoir le même niveau de confiance en toutes ces autorités et 10% ont plus confiance en le gouvernement de la transition ».

De plus, le président de la Transition concentre sur lui le plus fort taux de confiance dans la plupart des régions : Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao, Bamako.

Quant à la gestion de la transition, globalement, plus de neuf Maliens sur dix sont satisfaits (67% très satisfaits et 28% plutôt satisfaits) de la gestion de la transition. On observe les mêmes tendances dans presque toutes les régions hormis les régions de Kidal et Taoudénit où 59% et 65% de la population respecti-vement sont satisfaits de la gestion de la transition.

En revanche, dans la région de Kidal, 40% de la popula¬tion est insatisfaite de la gestion de la transition (30% plutôt insatisfaits et 10% très insatisfaits). Cette statistique est de 35% dans la région de Taoudénit.

« On note une augmentation de vingt-huit points de pourcentage de proportion de personnes qui sont satisfaits de la gestion de la transition entre 2021 et 2022 (66%) », a analysé Friedrich-Ebert-Stiftung au Mali initiateur de Mali-Mètre.

Sur la durée de la transition pour organiser les élections qui fait l’objet de divergence entre le Mali et la CEDEAO, des Maliens estiment que la transition devrait durer en moyenne 3 ans et 8 mois pour permettre aux autorités de la transition d’organiser les élections.

« Les durées les plus courtes sont enregistrées dans les régions dites du Nord : Tombouctou (33 mois), Gao (30 mois), Kidal (12 mois), Ménaka (36 mois) et Taoudénit (18 mois) », précise le rapport.

Par ailleurs, des acteurs politiques craignent un réveil brutal du Mali, toutefois les résultats de l’enquête montrent que quatre Maliens sur cinq ont confiance (57% beaucoup confiance et 23% assez confiance) que la transition conduira le pays vers une démocratie plus stable et à un renforcement de la bonne gouvernance.

«De même, plus de quatre Maliens sur cinq ont confiance en la transition pour conduire le pays vers une démocratie plus stable et à un renforcement de la bonne gouvernance dans la majorité des régions », relève le rapport.

Cependant, selon le sondage, dans la région de Kidal, plus de la moitié de la population ne partage pas cette confiance (51% peu confiants et 9% pas du tout confiants) que la transition conduira le pays vers une démocratie plus stable et à un renforcement de la bonne gouvernance.

Également depuis la rectification de la Transition, ils sont nombreux à bien apprécier l’évolution de la situation générale du pays. En effet, selon le sondage, pour plus de quatre Maliens sur cinq (84%), la situation générale du pays s’est améliorée au cours des douze derniers mois. Par contre, la situation générale du pays s’est détériorée pour 8% des Maliens et est restée au même niveau pour 8%.

« La proportion de personnes qui estiment que la situation générale du pays s’est améliorée a connu une augmentation de cinquante points de pourcentage par rapport aux éditions XII et VIII et une hausse d’environ soixante points par rapport à X et XI (graphique 3). Toutefois, on note une baisse de vingt points de pourcentage de cette statistique entre 2019 et 2021 », a comparé Friedrich-Ebert-Stiftung.

PAR SIKOU BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *