Search
dimanche 19 septembre 2021
  • :
  • :

Entre plaintes et complaintes

Depuis ce vendredi après-midi, l’actualité nationale est vampirisée par le coup de force de certains éléments de la Police nationale qui ont libéré le Commissaire divisionnaire Oumar SAMAKE, Commandant des FORSAT, inculpé et placé en détention par un magistrat instructeur. Comme on pouvait s’y attendre dans un État de droit, il y a eu une avalanche de condamnations des agissements jugés illégaux et intolérables et des appels aux autorités à prendre des sanctions exemplaires contre des personnes impliquées. Il n’en demeure cependant pas moins que d’autres voix s’élèvent contre un dilatoire d’État, une tentative de chercher à protéger les vrais responsables dans les tueries des 10, 11, 12 juillet 2020 de manifestants du M5-RFP en désignant le coupable parfait parmi les innocents.Lisez les réactions.

La jeunesse M5-RFP : 72 heures d’ultimatum
Première à réagir, à travers une sortie du tic au tac, la jeunesse M5-RFP donne 72 heures aux Policiers pour remettre le commandant FORSAT aux autorités pénitentiaires au risque de la revoir dans la rue.
La Jeunesse du M5-RFP, à travers une déclaration, condamne l’évasion du commandant de la FORSAT de la maison centrale d’arrêt de Bamako.
Ce samedi 04 Septembre 2021, une forte délégation de la jeunesse du Mouvement des forces patriotiques et républicaines du 05 juin 2020 M5/RFP s’est réunie au siège national du parti CNID Faso Yiriwaton à Torokorobougou.
Après plusieurs heures de discussions et d’échanges, les responsables de la jeunesse à travers une déclaration ont condamné cet acte des Policiers qu’ils qualifient de « rébellion et extrajudiciaire».
Ils ont ensuite invité le commandant de la FORSAT à respecter la décision de la justice en se rendant de lui-même dans son lieu de détention.
Une conférence de presse pour soutenir les autorités de la Transition, à travers la justice, sera organisée le mercredi 8 septembre à la Maison de la presse de Bamako.
Plusieurs mesures d’envergures seront envisagées dans le cadre de la légalité et la justice pour que de telles actions ne se reproduisent plus selon les responsables de la jeunesse M5/RFP

SAM-SYLMA : que l’Exécutif assume sa mission
C’est dans un communiqué publié par voie de presse que le Syndicat Autonome de la Magistrature (SAM) et le Syndicat Libre de la Magistrature (SYLIMA) ont appris avec stupéfaction la rébellion d’un groupe d’agents de sécurité lourdement armés ayant orchestré, dans l’après-midi du 03 septembre 2021, l’évasion de la Maison centrale d’arrêt de Bamako du Commissaire divisionnaire Oumar SAMAKE, inculpé et placé en détention plus tôt dans la matinée par un magistrat instructeur dans l’affaire dite ‘’des événements des 10, 11, 12 juillet 2020’’.
Le SAM et le SYLIMA, tout en condamnant fermement ces agissements illégaux et intolérables, rappellent à tous que le Mali est Etat de droit où tous demeurent sujets de droit, quels que soient leurs titres, grades ou qualités. Ils indiquent que la justice qui est pleinement indépendante et impartiale dans notre pays, n’est à la solde de personne si ce n’est le vaillant Peuple au nom duquel elle rend ses décisions précise-t-on dans ledit communiqué.
Faute d’actions vigoureuses et vérifiables dans les meilleurs délais contre les auteurs et complices de cette rébellion, les syndicats de magistrats en tireront les conséquences par des actions syndicales dissuasives

AMDH : que les hautes autorisent s’assument
L’Association Malienne des Droits de l’Homme (AMDH) se dit profondément indignée de la libération au forcing du Commandant des forces Spéciales Anti-terroristes (FORSAT). L’AMDH dans un communiqué publié ce samedi 4 septembre condamne avec véhémence cette situation déplorée constituant une atteinte grave à la Démocratie et à l’État de droit au Mali. Elle interpelle les plus hautes autorités à s’assumer.
L’AMDH fustige cette obstruction au travail de la Justice par des agents chargés de l’application de la loi et les encourage à la retenue et au respect des règles de la déontologie et des principes républicains.
L’AMDH s’étonne de l’attitude des plus hautes autorités face à la situation et les exhorte à prendre des mesures à la hauteur de la situation en respectant la décision de la justice et en prenant des sanctions exemplaires contre des personnes impliquées.
Soulignant que la lutte contre l’impunité doit se poursuivre sans discrimination aucune, l’AMDH craint que cette situation sape des efforts en cours en matière de la lutte contre l’impunité et risque de ternir l’image de la justice si des mesures idoines et rapides ne sont pas prises pour restaurer l’autorité de l’État et l’indépendance de la justice.

Synergie des sections syndicales des surveillants de prison du Mali dément…
En attendant les conclusions d’une réunion d’urgence pour prendre toutes les dispositions afin qu’un tel acte ne se produise plus devant un tel service sensible et stratégique à la sécurité publique nationale, la Synergie des sections syndicales des surveillants de prison du Mali interpelle toutes les autorités en charge de cette question de prendre leur responsabilité pour éviter une situation regrettable ainsi que les acteurs d’un tel comportement à la retenue, au sens du patriotisme et du service de la nation.
Que chacun se rappelle de son serment et respecte sa philosophie afin de maintenir la quiétude et la sécurité des personnes et de leurs biens.
Que la paix et la stabilité règnent dans notre pays le Mali.

CS-M5-RFP : exigence le retour de la discipline
Après la jeunesse M5-RFP, ce vendredi soir, dans un communiqué rendu public ce samedi le Comité stratégique du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) suit avec gravité les évènements qui ont conduit à l’arrestation de l’ancien commandant de la FORSAT (Force Spéciale Anti-Terroriste) suivie de son extraction sous menace policière de la Maison d’arrêt de Bamako.
Le M5-RFP se réjouit donc de l’effectivité des poursuites judiciaires engagées et assure à toute la chaîne judiciaire et aux autorités de la Transition de son total et franc soutien dans leur noble combat pour une justice égale pour tous au Mali.
Le M5-RFP rappelle aussi qu’il a toujours exigé des poursuites contre les donneurs d’ordre qui, au demeurant, sont connus.
Le Comité stratégique du Mouvement du 5 juin – Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) dit s’inquiéter vivement de la remise en cause récurrente de la discipline au sein de nos Forces de Défense et de Sécurité et invite les autorités de la Transition à y mettre promptement définitivement et énergiquement fin par toutes les mesures appropriées y compris par l’application de sanctions disciplinaires rigoureuses.

Gouvernement : ni faiblesse ni flechissement
Vendredi 3 septembre 2021, des hommes en uniforme et armés sont descendus dans la rue pour manifester. L’acte est condamnable, si l’on en juge par la qualité des manifestants. C’est pourquoi le Gouvernement tient d’abord à rassurer. Rassurer, non seulement l’ensemble des Forces de défense et de sécurité, mais également, les civils qui se verraient en insécurité.
Forces de défense et de sécurité, mais également, les civils qui se verraient en insécurité. Dans le cadre de la lutte contre l’impunité, des interpellations sont en cours. Des citoyens sont convoqués par des juges. A l’issue d’interrogatoires respectant les droits de la défense, les juges peuvent être amenés à prendre des mesures de mises en détention suivant la gravité des faits ou les nécessités de l’enquête. Sur ce point, le Gouvernement demande à tout le monde de se rassurer.
En particulier, que ceux qui ont manifesté hier, vendredi, sachent que le Gouvernement ne veut les nuire en quoi que ce soit. Ils relèvent d’une institution de la République et, pour cette raison, en tant que citoyens, tous leurs droits seront respectés. Il leur incombe d’assurer l’ordre et la sécurité afin que, dans la sérénité, les populations s’adonnent à leurs activités dans le cadre du développement national. Le Gouvernement les exhorte à remplir cette mission dans le dévouement.
Le message du Gouvernement est également d’exhorter au respect de l’autorité de l’État. Le Gouvernement a retenu, dans son programme d’action, la lutte contre la corruption et l’impunité. Il ne saurait ni faiblir ni fléchir, dans cette lutte. Une action est entamée, au non de l’instauration d’une gouvernance de rupture, d’une gouvernance vertueuse. Cette action sera menée à terme dans le strict respect des libertés, mais avec vigueur, avec fermeté.
Chacun en ce qui le concerne est convié au succès de cette lutte. De ce succès dépend la crédibilité de nos institutions et la restauration de la confiance entre les autorités et les citoyens. Pour cette raison, il ne saurait être question de recul encore moins d’abandon.

ACRT de Issa Kaou N’Djim : réaffirmation dusoutien à la Transition
Nous. Appel Citoyen pour la Réussite de la Transition (ACRT PARTI FASO KA WELE),
Considérant les évènements du 18 Août 2020 concrétisant la lutte patriotique du peuple malien, ceux de l’intérieur ainsi que ceux établis à l’extérieur, menée par le M5-RFP et parachevée par le CNSP et à sa tête l’actuel Président de la Transition Son Excellence le Président Assimi GOITA :
Avons constaté avec regret les évènements du 03 Septembre 2021 devant la maison centrale d’arrêt du district de Bamako ;
Réaffirmons notre soutien au Président de la Transition pour rendre justice aux Martyrs des tueries de Sikasso, Kayes et des 10,11 et 12 Juillet 2020 à Bamako ;
– Soutenons la cohésion au sein des forces armées de défense et de sécurité ; Appelons le peuple malien au calme et à la sérénité.

MPR : indignation face à la rébellion des policiers
Le Mouvement Patriotique pour le Renouveau (MPR) a appris avec indignation la rébellion de certains agents des syndicats de la police nationale, ayant abouti à la libération par la force du Commandant des Forces Spéciales Anti Terroristes (FORSAT), inculpé et mis sous mandat de dépôt le jeudi 03 septembre par le premier cabinet du tribunal de grande instance de la commune 3 du district de Bamako.
Le MPR tout en condamnant ces actions des agents de police, du reste auxiliaires de justice, les appelle au calme et à la retenue. Il leur demande de faire confiance à la justice du pays.
Le MPR exhorte et encourage les autorités à prendre toutes les dispositions pour la poursuite de la procédure pour que force reste à la loi.
Le MPR rassure les autorités de la transition de son total soutien et demeure engagé dans la mise en œuvre des actions nécessaires à la réussite de la ‘Transition.

MSDH : stupeur suite à la libération extrajudiciaire
Le Mouvement Pour La Sauvegarde Des Droits De L’Homme a appris avec stupéfaction ce vendredi 03 Septembre 2021 la libération extra-judiciaire du commandant de la FORSAT, placé sous mandat de dépôt, sous la menace de ses camarades à la Maison centrale d’arrêt de Bamako.
Le MSDH s’indigne de cet acte d’une autre époque de la part de ceux-là mêmes qui sont investis du pouvoir de l’ordre dans la République.
Le MSDH demande aux auteurs de ces troubles de remettre l’agent mis sous mandat de dépôt aux autorités judiciaires compétentes afin que les procédures continuent normalement.
Le MSDH rappelle que la vie humaine est sacrée et nul n’est exempt d’une poursuite judiciaire au Mali.
Le MSDH exige des autorités, le rétablissement de la procédure en cours pour que justice soit faite pour les familles qui ont perdu leurs proches durant les tueries du 10, 11 et 12 juillet 2020.
Le M.S.D.H tient aussi à rappeler que respecter les droits de l’homme ne relève plus du choix politique, mais d’une obligation morale et juridique. Ce sont des engagements à vocation universelle, des principes de droits garantis par des déclarations solennelles ou des traités juridiquement contraignants.

Moussa MARA : faire strictement respecter la loi
Scandalisé par ce qui s’est passé vendredi 3 septembre avec des forces de l’ordre qui doivent faire respecter la loi, agissant illégalement pour obtenir la libération d’une personne incarcérée suite à une décision de justice. J’attire l’attention des autorités, des forces vives de la Nation et de l’ensemble du peuple que cet acte constitue un précédent dangereux contre l’État de droit et menace sérieusement la cohésion de notre pays. Je demande aux dirigeants de la transition de faire strictement respecter la loi et de consacrer le principe du « nul n’est au-dessus de la loi ».

Aliou Boubacar Modibo DIALLO, Président d’Honneur ADP-MALIBA : le sang malien est sacré
Depuis un moment, au Mali, la justice a commencé une lutte contre l’impunité, notamment en ce qui concerne les détournements de deniers publics et les crimes de sang, à la grande satisfaction du peuple malien.
Le sang malien est sacré tout comme les deniers publics. Cette lutte implacable contre les crimes économiques et les crimes de sang doit se poursuivre sans entraves.
J’ai été sidéré par les incidents du 03 septembre 2021 devant la prison centrale de Bamako.
Aucune corporation au Mali n’a le droit de s’opposer par la violence à une décision de la justice malienne. Nous ne pouvons pas construire un État de Droit dans l’impunité.
Le sang malien est sacré.
Les deniers publics maliens sont sacrés.
Nul n’est au-dessus de la loi.
Qu’Allah bénisse le Mali.

Ismaël SACKO : la gestion actuelle de la transition nous rappelle la jungle,
MA LECTURE SUR LES ÉVÉNEMENTS DU 3 SEPTEMBRE 2021 LIÉS A LA FORSAT
Je reste convaincue qu’il ne doit pas y avoir deux poids et deux mesures pour faire respecter une décision de justice. Mais cela doit être appliqué dans un pays stable et avec des institutions fortes.
La gestion actuelle de la transition nous rappelle la jungle, notamment la loi du plus fort qui ne doit pas s’appliquer dans un pays déjà fragile.
Cela ne favorise pas le Mali Koura auquel tous les Maliens aspirent et peut conduire à la dérive totale.
A TITRE DE RAPPEL,
Bamako a connu la démonstration de force des religieux devant le Camp1 de la Gendarmerie.
Ensuite, les Maliens ont été médusés face à la situation de Boni où des hommes de rangs ont humilié (…), leur hiérarchie.
Puisqu’il n’y a jamais 2 sans 3, ce 3 septembre 2021, ce sont des Policiers qui ont défié une décision de justice pour délivrer leur collègue à la prison centrale.
LE POUVOIR ACTUEL S’ATTAQUERAIT-IL AUX PLUS FAIBLES ???
SUGGESTIONS
Les militaires au pouvoir doivent agir auprès de l’ensemble des porteurs d’uniformes au vu du respect strict de la loi et de son application.
Que l’on soit civil, pauvre, ministre, chef d’institution, militaire et para militaire, tous sont égaux en droits et devoirs.
Si les autorités de la Transition n’arrivent pas à rassurer, à ramener la confiance, à stabiliser le Mali, et faire respecter les décisions de justice par tous.
Il ne leur reste qu’à organiser dans les délais, le 22 février 2022, les élections prévues et de transférer le pouvoir aux civils légitimement élus.
L’incertitude, l’incapacité, le laxisme, l’amateurisme et « l’à-peu-près, » ne sied pas au sommet de l’État.
Il y va de la réussite de la transition et de la stabilité de notre pays.
Je continue à placer ma confiance en la justice de mon pays.
Et j’invite le Président de la Transition et son gouvernement à restaurer la confiance déjà effritée.
Enfin, je salue le sacrifice ultime des vaillants porteurs d’uniforme, professionnels et patriotes pour protéger la population et sécuriser notre vaste territoire.
Maliens de tout bord, travaillons pour une gouvernance vertueuse.
Travaillons à réussir l’union sacrée au tour de nos institutions.
Travaillons au retour à l’ordre constitutionnel pour le bonheur des Maliens et pour la dignité respectée de notre peuple !
Bamako, le 4 septembre 2021

Fabou KANTE, Président de la CPM : soutien intégral, inconditionnel et total aux policiers
Nous devons savoir et admettre que c’est aussi la République qui donne le plein droit au citoyen opprimé et injustement traité, quel que soit son statut, de se rebeller contre le pouvoir en place par tous les moyens y compris celui de la violence et du désordre pour se faire justice. Sur ce cas précis de l’attitude de nos Policiers, nous leur manifestons notre soutien intégral, inconditionnel et total et en toute responsabilité, n’en déplaise à ceux qui sont dans des postures de fétichisme juridico-formel, d’extrémisme idéologique et de calculs politiciens.
Il faut avoir le courage de soutenir, même son ennemi viscéral lorsqu’il est injustement traité, c’est cela être Homme et objectif.
Chercher des boucs émissaires pour gommer ou protéger les vraies responsabilités est inadmissible.
J’assume !

Pr Clément DEMBELE : pour être écouté il faut montrer ses muscles
ARRÊTÉ POUR TUERIE DES MANIFESTANTS DU M5-RFP, LE COMMANDANT DE LA FORCAT OUMAR SAMAKE A ÉTÉ AUSSITÔT LIBÉRÉ SOUS PRESSION DES MILLIERS DE POLICIERS DANS LES RUES DE BAMAKO.
– POURQUOI NE PAS COMMENCER PAR IBK ET BOUBOU ? Ce sont eux qui étaient à la commande du pouvoir.
– POURQUOI NE PAS D’ABORD INTERPELLER CELUI QUI ÉTAIT CHEF D’ÉTAT-MAJOR?
On sait bien que FORSAT ne se mobilise pas comme ça jusqu’à « massacrer plus d’une dizaine de manifestants maliens aux mains nues », et que leur commandant n’est pas « fou » pour faire sortir ses éléments et tuer sans l’ordre de sa hiérarchie.
A vouloir instrumentaliser et poser des actes spectaculaires, voilà ce qui arrive!
Cette libération sous pression de «solidarité des policiers» démontre deux choses essentielles:
– Le mensonge et l’hypocrisie des dirigeants maliens reposant sur la ferme lâcheté,
– et la recherche d’une popularité hâtive pour voiler les regards sur la réalité des choses.
Les Policiers ont compris que dans notre pays et malheureusement « pour être écouté il faut montrer ses muscles…»; ils viennent de prouver en quelques heures, et leur collègue commandant a été «immédiatement libéré ».

Je ne m’étale pas sur la forme, mais surtout le fond de cette situation qui montre le niveau de déliquescence de notre pays.
«Mais tout cela va bien tant qu’on continue à berner le peuple, tant qu’on se maintient à son poste avec mensonge, tant qu’on vole allègrement et à ciel ouvert…. »
Quelle honte !
Pour sauver le Mali et sauver par-dessus tout notre dignité, il faudrait exiger maintenant et désormais une vraie justice et des vraies arrestations pour le Peuple. Pas de folklore ni d’amateurisme qui frise la déchéance intellectuelle et morale.
Certains vont encore sortir ce soir et demain et les jours à venir pour justifier leur faiblesse et leur lâcheté puérile parce qu’ils sont dans le déni de la réalité à cause de leur opportunisme apatride que le temps va révéler au grand jour. Parce que certains pensent encore et malheureusement pour eux que les Maliens vont rester dans l’ignorance des choses, ils ne savent pas encore que «être analphabète n’est pas être bête !»
J’avais dit et je le répète: « on ne fera jamais du neuf avec du vieux, c’est de vouloir faire pleuvoir par la colline. La nouveauté ne se décrète pas dans le verbiage, mais dans la vraie rupture avec une nouvelle pensée politique et une vraie gouvernance vertueuse !»
L’histoire vient encore de donner raison que cette affaire des tueries de M5-RFP sera une tentative d’instrumentalisation et finira certainement par être bâclée pour faute de rigueur intellectuelle, morale et politique pétrie dans les fibres patriotiques !
Pourquoi?
La réponse est simple: « Quand les dirigeants ne pensent qu’à leur pouvoir et qu’à sauver leur fauteuil, dans un pays où les responsables sont les plus grands menteurs et hypocrites, ce pays ne peut être sauvé que PAR LE PEUPLE LUI-MÊME ».
Je termine par cette déclaration: « JE SOUTIENS LA TRANSITION SUR LE PRINCIPE DE LA VÉRITÉ, RIEN QUE LA VÉRITÉ, SANS DÉMAGOGIE FACE AU PEUPLE MALIEN ».«UN AUTRE MALI EST POSSIBLE »




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *