Search
dimanche 18 novembre 2018
  • :
  • :

Entreposage d’armes et munitions: la CNLPAL outille 25 éléments des FDS

Une session de formation, sur les techniques de sécurité et d’entreposage d’armes et munitions sur les sites récupérées au cours des opérations de collettes, a ouvert ses portes ce mercredi 12 septembre 2018 à l’Ecole de maintien de la paix(EPM) Alioun Blondin BEYE à l’ACI 2000, au profit des Forces de défense et de sécurité (FDS) du Mali. Initiée par la Commission nationale de lutte contre la prolifération des armes légères et de petits calibres (CNLP) et ses partenaires, cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Projet régional CEDEAO-UE sur les armes légères financé par le PNUD.

L’ouverture de cette session, qui se déroule du 12 au 14 septembre 2018, était présidée par la présidente de la CNLPAL, le colonel major Néma SAGARA, en présence du représentant du PNUD, Bakary KOULIBALY et de Ali FOFANA le coordinateur du projet.
Cette session, selon ses initiateurs, vise à de renforcer les capacités des nouveaux membres, désignés au sein de la commission nationale et du secrétariat permanent, en vue de promouvoir leur implication dans la lutte contre la prolifération des armes légère et de petites calibres (ALPC) au Mali.
Au cours des 3 jours de travaux, ces acteurs seront édifiés sur les fondamentaux dans la lutte contre des ALPC. Elle constitue aussi une occasion de mettre à niveau les cadres et personnel d’appui du Secrétariat permanent sur les missions de cette structure et les modalités pratiques des missions.
Selon les initiateurs de cette rencontre, le contexte sécuritaire est caractérisé au Mali par une criminalité organisée sur toute l’étendue du territoire national. Conséquences de cette situation : on constate une disponibilité et une possession anarchique des ALPC. De même, la présence des groupes armés non étatiques, en possession d’armes légères et de petits calibres, accroit aussi cette prolifération. Selon les responsables du CNLP, jamais le niveau de circulation illicite des armes légères et les trafics connexes n’a été aussi grand au Mali.
C’est en réponse à ces défis sur la sécurité du pays et des hommes que le gouvernement, à travers le MSPC et la CNLP, a assigné au secrétariat permanent de nouvelles missions adaptées au contexte de lutte, notamment la conception du plan d’action opérationnel en rapport avec les services techniques concernés et la société civile, la coordination des actions des différents services de l’Etat impliqués dans la lutte contre la prolifération des ALPC, la conception et la mise en œuvre des stratégies de lutte contre la prolifération des ALPC, etc.
A l’ouverture des travaux, le colonel Néma SAGARA a indiqué que cette formation doit permettre aux FDS d’être bien outillées en matière de collecte, de transport, de manipulation et de destruction de ces armes et engins explosifs, récupérés lors des opérations de collecte. Il s’agit d’être en mesure de faire une meilleure prise en charge de ces armes, minutions et engins explosifs récupérés. Il s’agit également d’assurer une transition pour parvenir à l’autonomisation des FDS dans la gestion des opérations de collecte. «Ces armes seront marquées et tracées», a-t-elle promis. Pour ce faire, la formation de 3 jours se déroulera en deux phases, notamment techniques et pratiques.
Avant de terminer, le colonel Néma SAGARA a annoncé que dans les jours à venir, sa commission entend procéder au lancement d’une vaste opération de sensibilisation des populations, suivie de collecte d’armes sur l’ensemble du territoire national.

Par Abdoulaye  OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *