Search
jeudi 20 janvier 2022
  • :
  • :

Entreprenariat des jeunes et femmes en milieu rural à Ségou: un forum pour faire l’état des lieux des opportunités d’emplois

La cité des Balanzans abrite depuis hier jeudi 11 novembre 2021, pour trois jours, les travaux du Forum national sur l’Entreprenariat des jeunes et des femmes en milieu rural. Placé sous le thème central : « Suscitons des opportunités d’emplois pour les jeunes et les femmes en milieu rural », la cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par le ministre de l’Entreprenariat national, de l’emploi et de la formation professionnelle, Bakary DOUMBIA. C’était dans la salle des spectacles Méruba de Ségou.

La cérémonie d’ouverture a enregistré la présence de deux autres membres du Gouvernement ; du gouverneur de Ségou, le général Alassane TRAORE ; des Gouverneurs de San et de Tombouctou ; et de plusieurs anciens ministres.
On notait également la présence d’anciens directeurs de l’APEJ, de l’ANPE, des représentants des organisations socioprofessionnelles de jeunes et des femmes du monde rural.
Organisé par le ministère de l’Entreprenariat national, de l’emploi et de la formation professionnelle (MENEFP) en collaboration avec ses partenaires, sous le parrainage du Président de la Transition, le Colonel Assimi GOITA, ce forum vise à promouvoir la création d’emplois dans le milieu rural pour et par les jeunes et les femmes du Mali.
Cette rencontre qui regroupe environ 200 participants doit servir de cadre d’échanges et de réflexion pour les acteurs sur la problématique de l’entreprenariat des jeunes et des femmes en milieu rural, ainsi que les freins liés au financement du secteur.
Selon les organisateurs de cette rencontre, le milieu rural au Mali regroupe d’énormes potentialités en matière d’opportunités d’emplois pour les jeunes et les femmes.
Cependant, ces potentialités demeurent faiblement exploitées par ces derniers dont une grande majorité s’adonne à l’exode rural, à la migration et à l’extrémisme violant
Dans le but d’investir, le ministère de l’entreprenariat national, de l’emploi et de la formation professionnelle (MENEFP) en collaboration avec ses partenaires, a décidé d’ouvrir le débat à travers l’organisation d’un Forum national sur l’entreprenariat des jeunes et des femmes en milieu rural.
Les groupes cibles du Forum sont : les jeunes et les femmes de toutes catégories et plus spécifiquement ceux qui vivent en milieu rural.
L’enjeu étant de les fixer dans leur milieu d’origine en facilitant leur accès à l’emploi ou à l’auto emploi.
Les cibles indirectes sont : les collectivités territoriales, les organisations professionnelles agricoles, les employeurs, les incubateurs, les structures de financement (institut de microfinances et banques), les partenaires techniques et financiers et les communautés rurales.
Ainsi, au cours des travaux, à travers des communications en plénière et des travaux de groupes, les participants feront l’état des lieux des opportunités d’emplois ; identifieront les difficultés et les contraintes liées à la promotion de l’entreprenariat rural, et à l’insertion des jeunes et des femmes dans les activités rurales.
En outre, ils discuteront des opportunités d’emploi pour les jeunes et les femmes à travers la mise à disposition d’informations et leur orientation vers les chaines de valeur du domaine agro-sylvo-pastoral (l’agrobusiness et l’agroécologie, la production animale et végétale).
Enfin, les participants au forum proposeront des recommandations et un plan d’action pour la promotion de l’entreprenariat rural au niveau des jeunes et des femmes.
Parmi les communications attendues au cours de la première journée, il y a entre autres : <> ; <>; << Présentation des approches pratiques d’appui et d’accompagnement des jeunes et des femmes en entreprenariat en milieu rural: Cas du MENEFP>>.
A l’ouverture des travaux, le ministre Bakary DOUMBIA a souligné que les échanges et les débats qui se tiendront durant les trois jours permettront de trouver des réponses aux questions soulignées par cette problématique de l’entreprenariat en milieu rural ; une réalité et une véritable convergence des politiques de l’emploi, des politiques agricoles ainsi que celles de l’éducation et de la formation.
Depuis une quinzaine d’années, a-t-il fait savoir, l’État malien a matérialisé différentes politiques et stratégies de développement en milieu rural, à travers l’initiation et la mise en œuvre de plusieurs projets de développement ; les Organisations Non Gouvernementales, les Organisations Professionnelles Paysannes, le Secteur Privé et les Agences de l’Etat.
Spécifiquement celles rattachées au Ministère de l’Entrepreneuriat National, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle ont également œuvré dans le même sens et dans le même esprit avec le même objectif : contribuer à la promotion de l’emploi rural.
Toutes ces démarches soutenues par l’appui des partenaires qui accompagnent le pays dans le processus de mise en œuvre des politiques et stratégies ont été couronnées de succès et d’échecs.
Aujourd’hui, malgré ces efforts, le constat sur le terrain est saisissant. Les jeunes restent confrontés à des difficultés d’accès sécurisé à la terre, au financement, aux marchés, aux technologies et aux compétences pratiques.
La perception des jeunes de l’agriculture comme « une carrière peu attrayante, caractérisée par un travail acharné, pénible avec de longues heures de labeur, une mauvaise rémunération et une faible reconnaissance sociale » reste une réalité.
Aussi, le changement climatique, l’avancée du désert et l’appauvrissement des terres, aidant l’utilisation abusive des fertilisants chimiques, et d’autres pratiques néfastes sont devenues des pratiques courantes.
Par ailleurs, les informations qui nous parviennent aujourd’hui des zones de production nous indiquent que les récoltes ne seront pas à hauteur de souhait cette année. Quelles sont les conditions et mesures pouvant faciliter l’accès au foncier agricole sécurisé pour les jeunes et les femmes ? S’est interrogé le ministre.
Comme pour dire tout simplement que le chantier de la réflexion est vaste et doit intégrer tout le travail de réflexion et de production intellectuelle effectué en amont par le gouvernement.
Par ailleurs, les conclusions seront remises au Premier ministre par le représentant des jeunes lors de la cérémonie de clôture prévue ce samedi.
La cérémonie d’ouverture a pris fin par la visite des stands et un cocktail offert aux invités.

Par Abdoulaye OUATTARA,
Envoyé Spécial




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *