Environnement: la norvège verse 1,09 milliard fcfa dans le fonds climat

Un accord tripartite pour le financement du fonds climat-Mali, d’un montant 1 095 907 782 FCFA, a été signé entre l’ambassadeur de la Norvège, le représentant résident du PNUD et le ministre de l’Assainissement, de l’eau et de l’environnement. C’était le mercredi dernier, dans la salle de conférence du département de l’Environnement.

‘’A travers cette signature tripartite, nous entendons accompagner les communautés maliennes dans leurs efforts d’adaptation et d’atténuation aux effets néfastes des changements climatiques’’, a déclaré  le représentant résident du PNUD au Mali, David GRESSLY.

Au Mali, a-t-il révélé, des études récentes ont fait ressortir que plus de 8% des forêts sont en train de se dégrade.

L’érosion éolienne et hydrique des sols font que le pays perd plus de 7 tonnes de sol/ha/an.

Des espèces végétales et animales sont menacées de disparition, les cours d’eau s’ensablent, la qualité des eaux se dégrade et les incendies de forêts se multiplient.

Ces processus, a-t-il averti, augmenteront la vulnérabilité du pays face aux impacts des changements climatiques et risquent de compromettre et même d’annihiler tous les efforts en cours, a-t-il prévenu.

Selon David GRESSLY, le fonds climat a été mis en place à la demande du gouvernement malien, en janvier 2012. Ce fonds doit permettre le financement d’activités dans les secteurs comme l’agriculture, l’élevage, la pêche, la foresterie, entre autres.

«Le bureau multi partenariat trust fund du PNUD en administre les fonds reçus des différents partenaires en attendant l’identification et la formation dure entité nationale pouvant en assurer la gestion», a précisé M. GRESSLY.

Pour le représentant résident du PNUD au Mali, la gestion de l’environnement ne peut être traitée indépendamment des autres questions de développement, mais doit, au contraire être intégrée dans les efforts de réduction de la pauvreté et de développement durable.

‘’Je souhaite vous assurer ici de notre engagement à vous accompagner dans la mise en œuvre d’actions permettant au Mali de redevenir une nation unie, réconciliée, de paix et de bonne gouvernance pour un développement humain durable’’, a conclu le représentant résident du PNUD.

L’ambassadeur du royaume de Norvège, Hege HERTZBERG, a soutenu que le changement climatique n’attendait pas qu’il ait un accord de paix au Mali, tout en précisant que le Mali n’était pour rien dans le phénomène de changement climatique.

Selon la diplomate norvégienne, Hege HERTZBERG, son pays est heureux de contribuer au financement du fonds climat-Mali pour lutter contre le changement climatique.

A travers cette signature, la Norvège met à la disposition du Mali une enveloppe de 14 millions de couronnes norvégiennes, soit plus de deux millions de dollars, pour soulager les populations à travers le financement de projets communautaires de lutte contre les changements climatiques.

Mme Hege HERTZBERG a exhorté à une bonne utilisation de ces fonds.

Selon le ministre de l’Assainissement, de l’eau et de l’environnement, Abdoulaye Idrissa MAIGA, à travers sa contribution au fonds climat, le royaume de Norvège vient de témoigner de toute son amitié et sa solidarité envers le peuple malien dans son combat contre les effets du changement climatique. Il s’est réjoui de la signature d’accords qui permettra de financer 3 projets, d’une durée de 2 à 3 ans, pour inverser la tendance à la forte dégradation climatique au Mali.

Selon le ministre MAIGA, de nombreuses mesures sont prises pour faire face aux changements climatiques au Mali; toutefois l’un des principaux obstacles à l’efficacité de la lutte contre les effets du changement climatique demeure la faible mobilisation des ressources financières et des partenaires techniques. C’est pourquoi, a précisé le ministre de l’Environnement, le fonds climat a été mis en place avec l’appui du PNUD. Ce fonds, a-t-il, est un besoin prioritaire pour le gouvernement en réponse au défi du changement climatique et il pourrait également permettre au Mali d’accéder au marché carbone.

A travers la Norvège, le ministre Abdoulaye Idrissa MAIGA a remercié tous les partenaires du Mali  (PNUD, le royaume de Suède, la coordinatrice des PTF du groupe thématique environnement et changement climatique…) pour leur engagement aux côtés de notre pays en faveur du fonds climat.

Il faut rappeler que le fonds climat-Mali a été lancé, le 26 janvier 2012, pour mobiliser, accéder, ordonner et combiner les sources de finances domestiques et internationale pour les actions prioritaires pour l’atteinte d’une économie verte.

 Par Hamidou TOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *