Search
mercredi 21 octobre 2020
  • :
  • :

‘‘Être fils d’enseignant et être digne de l’être font deux’’

Du lundi 27 au vendredi 31 janvier 2020, le Premier ministre le Dr Boubou Cissé a effectué une visite dans les régions de Gao et Tombouctou. Durant 5 jours, le Chef du gouvernement s’est frotté aux réalités du Mali profond dans cette partie aride du pays. À chacune de ses étapes, il a longuement échangé avec les populations, notamment sur les préoccupations de l’heure : les crises sécuritaire et scolaire. Partout où il est passé, le Dr Boubou Cissé a donné des assurances et prêché l’apaisement et la confiance en l’Etat qui reste à l’écoute des populations et œuvre pour satisfaire leurs attentes.

Au terme, de son périple de 5 jours dans le Nord, le Premier ministre a-t-il convaincu les Maliens ?

Facebookan a suivi les débats sur ces différentes questions sur la page de la Primature du Mali.

   

Amadou Sounkara : « L’ÉTAT est le plus froid des monstres froids, il ment froidement et voici le mensonge qui sort de sa bouche : << Moi l’État, je suis le peuple. >> Ainsi parlait Zarathoustra.

Idr Bamba : Cesses tes voyages inutiles là maintenant. On a assez écouté tes balivernes. Viens résoudre le problème scolaire ou rendre le tablier. Dans le cas contraire, vous verrez ce que vous voulez voir.

Abdoulaye Dbia : On ne peut faire confiance aux malhonnêtes, aux hypocrites, aux personnes qui ont deux langues, à ceux qui violent les lois de la république et qui en font leurs propriétés privées. Le Mali s’en sortira inchalah sans vous. Nous croyons au Mali, mais pas aux politiciens démagogues.

Koniba Diallo : Boubou, il est meilleur pour le développement du Mali.

Amadou Sounkara : « Mentir, c’est offenser Dieu», Simone de Beauvoir.

Mamadou Keita : Nous n’avons plus confiance à ce gouvernement qui ne tient plus ses paroles.

Tahirou Ouattara : Asseoir l’autorité de l’État passe par le respect des textes qui régissent la République, quand ils sont violés par les gouvernants, ils perdent la confiance du peuple, la confiance une fois perdue engendre l’anarchie qui à son tour engendre la violence. Dans la violence nul n’est souverain.

Papy Kida : La confiance ne se décrète pas. Il faut des vraies actions pour que les gens puissent avoir foi en leur pays.

Ali Thigoua Traoré : Le Mali n’est pas une propriété privée. La génération consciente n’accepte plus qu’un agrégat d’individus vit du sang du peuple.

L’article 39 vous salue.

Oumar Traoré : Très difficile de faire confiance à un menteur notoire.

Fousseyni Coulibaly : On ne peut pas faire à des dirigeants qui violent les lois. Article 39.

Aboudou Diamoutene : Ce n’est pas ce même PM qui avait promis aux enseignants qu’ils auront les 20% en fin 2019 ??? Excellence, la promesse est une dette. Je vous en prie, ne vous laissez pas juger par l’histoire.

Seydou Diallalo : Mon très cher PM, la confiance n’exclut pas le contrôle.

Pée Dit N’tio Fomba : On vous soutient M. le PM.

Que Dieu veille sur vous !!!!

Abdoulaye Haïdara : Associez-y les actes voilà.

Ségou k Mohamad Sangaré : S’il pense que c’est kôtèba qui gère un pays, on va se voir. Une loi que tu as paraphée en tant ministre de l’Économie et des finances. Je me demande s’il sait ce que veut dire finance en tant que docteur ? Une loi promulguée par un président à peine trois ans vous tracasse à ce point.

Bijou Dicko : Le Premier ministre, le Dr Boubou Cissé a besoin de tout le monde pour faire l’Union sacrée autour du Mali. Un homme humble et discret. Alors, chers Maliens et Maliennes, soyons les acteurs, les vecteurs et les facteurs d’un Mali meilleur en accompagnant dignement le Premier ministre BOUBOU Cissé. Le Mali a besoin de l’équilibre et nous sommes convaincus que BOUBOU fera honneur à ce pays.

Ali Thigoua Traoré : «L’émancipation des travailleurs doit être l’œuvre des travailleurs eux-mêmes.» (Karl Marx.Les enseignants ont réclamé, ils réclament et ils réclameront jusqu’à leurs dernières demeures.

Mohamed Maiga : Vous avez intérêt à donner de bons conseils au jeune homme boubou sans expérience, vous qui êtes censés être ses conseillers. Sinon, Dieu vous jugera durant toute la tournée. La population ne montre que la Blancheur des dents sinon, au fond du cœur ça ne va pas et qu’il fasse énormément attention concernant la crise scolaire. Ça peut dégénérer à tout moment et il sera le seul à porter le chapeau c’est un conseil.

Ousmane Maiga : M. le PM, c’est vraiment pathétique, ayez de l’empathie pour ses enfants issus de la basse classe, sinon même si on ferme toutes les écoles aujourd’hui, vos enfants seront épargnés. Cette place a été occupée et sera occupée après vous, ne laissez pas l’histoire vous juger.

Yacouba Diarra : Boubou continu à insulter son peuple sans que ce dernier s’en rende compte. Sa politique semble consister à détruire l’éducation des générations futures pour les empêcher de constater les dégâts qu’il commet au moment où il était au pouvoir. Que Dieu sauve le Mali et que Boubou revienne sur terre écouter le cri de cœur des fils des pauvres et assurer la continuité de l’État. Il a succédé et il sera succédé et le Mali constituera.

Hamidou Diarra : Un mandat dédié à la jeunesse ne mérite que la reconnaissance ! Le droit absolu des enfants qu’est l’éducation scolaire doit être la priorité, mais elle compromise.

Veuillez convier à nouveau, vous-même les leaders syndicaux (qui ne demandent que l’application de l’article 39 de la loi N* 007 du 16 Janvier 2018 sur la base du statut autonome) et résoudre diligemment ce problème de crise scolaire. Ne déplacez pas le problème, ce n’est pas nécessaire.

Samba Diallo : Le PM doit savoir que les enseignants sont des vrais patriotes malgré cette mésentente entre le gouvernement et les enseignants. Ces enseignants grévistes sont accompagnés par leurs élèves pour son accueil chaleureux.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *