Search
mardi 9 août 2022
  • :
  • :

Etudes à l’INA: des conditions désastreuses

La promiscuité dans laquelle les étudiants doivent travailler ; la transformation de quelques salles en dépotoirs et autres activités illicites ; la vétusté des bâtiments ; surtout l’inaccessibilité de leurs locaux sont les griefs soulevés par le secrétaire général du comité AEEM de l’Institut National des Arts (INA), à la faveur d’un point de presse, le vendredi dernier, au cours duquel il menace de tenir un sit-in, ce mercredi 10 novembre 2021.

Au niveau de l’Institut national des Arts (INA), les conditions d’études sont loin d’être celles que l’on souhaite dans la quête de la performance et de l’excellence. Ce, à telle enseigne que les étudiants sont rendus à ne plus vouloir de leur école. En cause, la trop grande promiscuité qui est nocive pour les performances des étudiants, mais également les conditions extrêmement difficiles d’accès à l’école qui relèvent en soi d’un véritable parcours du combattant.
Face à cette situation délétère, les étudiants ont décidé de crier leur ras-le-bol par la voix du Comité AEEM qui a organisé, le vendredi dernier, une conférence de presse à cet effet, dans l’enceinte de leur établissement.
« Nous vous faisons part de notre sit-in qui aura lieu le mercredi 10 novembre 2021. Nous comptons avec cette activité, informer l’opinion nationale des conditions précaires dans lesquelles nous étudions. L’activité en question tourne autour de quatre points : l’inaccessibilité des routes de l’établissement due à sa situation géographique ; la transformation de quelques salles en dépotoirs et autres activités illicites ; la vétusté des bâtiments ; et les mauvaises conditions d’études », a affirmé Ali SANKARE, le secrétaire général du comité AEEM de l’INA. Il avait à ses côtés les membres de son bureau avec la présence d’une foule d’étudiants.
Situé en plein cœur du Grand marché de Bamako et âgé de plus d’un siècle, l’INA est l’un des plus vieux établissements d’enseignement secondaire du Mali.
En attendant sa délocalisation, comme annoncé par certaines sources, il urge d’offrir aux étudiants de meilleures conditions de travail.

PAR BERTIN DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *