Search
samedi 17 novembre 2018
  • :
  • :

Exactions de Nantaga et Koubaga: la divagation de Tiébilé Dramé

Dans un communiqué, en date du samedi 23 juin 2018, le directeur de campagne du candidat Soumi champion, Tiebilé DRAME, prend le président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, et le Gouvernement pour premiers responsables des tragédies de Nantaga, Kobaga, Boulikessi.
Et pour cause ? Selon Tiébilé DRAME, « après avoir laissé pourrir la situation pendant deux ans sans actions appropriées, ils ont déployé et abandonné les forces à elles-mêmes sans offre de solution politique. Ces drames à répétition ainsi que les tensions et violences intercommunautaires sanglantes sont les conséquences de l’irresponsabilité des autorités maliennes au plus haut niveau ».
Peut-on prétendre aujourd’hui que les FAMA sont abandonnées à elles-mêmes ? La situation sécuritaire au Centre du pays ne résulte-t-elle pas de la grave crise multidimensionnelle de 2012 ? Par ailleurs, les conflits intercommunautaires entre éleveurs peuls et paysans Dogons ou Bambara ont-ils commencé seulement maintenant ? La réponse est la négative.
Obnubilés par le pouvoir, le candidat Soumaila CISSE et son directeur de campagne, Tiébilé DRAME, ne ratent aucune occasion pour engager la responsabilité du Président IBK dans tout ce qui se passe en mal dans notre pays. Les bonnes choses, ils n’en parlent point.
Contrairement à leur communiqué, les opposants qui cherchent, à tout prix, la tête du président de la république, doivent s’attaquer plutôt à ceux qui ont vendu le pays aux terroristes, il 7 ou 6 ans. Où étaient Tiébilé et Soumi, lorsque les militaires en rupture de minutions ont été lâchement égorgés à Aguel’hoc ? Où étaient-ils lorsque les Belmoctar et autres salafistes nouaient des relations matrimoniales avec des familles et tributs du nord et du centre de notre pays ? Entre ces défaillances d’hier et le combat d’IBK pour reconstruire une armée en déconfiture pendant plusieurs années, l’observateur objectif se retrouve très rapidement. IBK et son gouvernement doivent être salués pour les efforts de sécurisation des personnes et leurs biens, à travers le recrutement, la formation, l’équipement et le déploiement de milliers Fama sur toute l’étendue du territoire et particulièrement au nord et au centre, depuis leur arrivée aux affaires, en 2013.
Par ailleurs, le « garçon de courses » de Soumi champion, auteur de la diatribe contre les plus hautes autorités, semble avoir horreur de son statut d’opposant, qui est d’ailleurs un choix. Au lieu d’opter pour des critiques constructives, elle procède par des décomptes macabres des victimes de la crise de notre pays au point qu’il est devenu un nécrologue attitré, dans son dessein de se frayer le chemin de Koulouba. Les Maliens comprennent-ils le combat de l’opposition dans le même sens que Tiébilé et Soum ? En tout cas, un responsable politique et non des moindres a tranché : « Tiébilé et Soumi n’ont d’autre projet de société que de remplacer IBK ».
Aujourd’hui, point de doute que les FAMA sont les seuls outils de défense dont dispose le Mali et qui méritent respect et considération, selon que l’on soit de l’opposition ou de la majorité.
Sans vouloir justifier ces atrocités, il est reconnu de tous que l’armée malienne est la plus touchée par les attaques djihadistes, en particulier dans la région de Mopti.
Alors, sachons raison garder, puisque personne ne viendra construire le Mali à la place des Maliens.

Par Sékou CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *