Search
mercredi 20 septembre 2017
  • :
  • :

Examen du DEF session de juin 2017: conseils et mises en garde aux candidats

C’est ce matin que débutent, sur l’étendue du territoire national, les épreuves du Diplôme d’études fondamentales (DEF) qui se poursuivront jusqu’au 7 juin, au titre de l’année scolaire 2016-2017. Pour ces examens, l’on enregistre 258 102 candidats inscrits pour, contre 234 693 l’année précédente, soit une augmentation de 1,28 %. Ils sont repartis dans 1890 centres, à travers le pays. À cette occasion, comme il est devenu une tradition, depuis quelques années, dans notre pays, la direction nationale de l’enseignement fondamental a invité les candidats à éviter les voies de la facilité. Voici le message du directeur national de l’enseignement fondamental (DNEF).

MESSAGE DU DNEF A L’OCCASION DE L’EXAMEN DU DEF SESSION DE JUIN 2017

Chers élèves,
Chers parents d’élèves,
Chers collègues enseignants et responsables syndicaux d’enseignants,
Chers partenaires de l’école,
Permettez-moi de m’adresser à vous tous, à la veille de L’examen du Diplôme d’Études Fondamentales- DEF- session de juin 2017.
Les épreuves écrites de l’examen du Diplôme d’études fondamentales, pour les centres classiques et les centres arabes, se dérouleront les 05, 06 et 07 juin 2017.
258 219 candidats prendront part à ces évaluations de fin d’année dans 1890 centres classiques et arabes
À coup sûr, chacun de nous se sent concerné par ces évaluations de fin d’année et chacun mesure toute leur importance pour nos enfants et pour nos familles.
La réussite de ces évaluations est indéniablement tributaire de l’engagement de chacun de nous.
C’est pourquoi, à cette occasion, je me fais le devoir d’adresser, à tous les partenaires et acteurs de l’école, ce message que nous voulons objet à méditation et à réflexion.
Aux élèves candidats au Diplôme d’Études fondamentales, nous souhaitons bonne chance en rappelant que la chance se trouve uniquement au bout de l’effort.
Chère candidate, cher candidat au DEF, dans la rue, à la maison ou dans la salle d’examen, méfie-toi de toutes ces personnes, qui te proposeront des sujets d’examen ou des corrigés, pour, soi-disant, t’aider à réussir ton examen. Sache que personne ne peut te venir en aide en dehors de toi-même.
S’il t’arrive de tomber dans le piège de ces personnes malfaisantes, malgré les sages conseils et les instructions que t’ont donnés tes maîtres et tes parents, sache que tu encours de graves sanctions :
– La première sanction, celle que t’inflige ta conscience, elle est morale. Tu ne pourras jamais exprimer toute ta joie d’avoir réussi et toute ta vie tu te sentiras diminué par rapport à tes autres camarades.
– La deuxième, elle est administrative. Tu cours le risque, si tu es pris en flagrant délit de fraude, d’être renvoyé de la salle d’examen et d’être exclu de l’école.
Chers parents d’élèves
La réussite ou non de votre enfant dépend, en grande partie de l’intérêt que vous accordez à son travail scolaire.
Aujourd’hui qu’il est candidat, plus qu’hier, il a besoin de votre appui. Créez pour lui les conditions idoines de réussite. Organisez ses loisirs et ses instants de labeur en ayant à l’esprit que : << ce n’est pas le jour de la battue qu’il faut dresser son chien de chasse. >> Suivez-le, dans son travail au quotidien, pour vous assurer que toutes les leçons sont sues, tous les exercices sont faits et tous les croquis sont mémorisés.
Magnifiez, devant lui, les valeurs morales du travail bien fait, de l’intégrité qui écartent toute tendance à la facilité et à la médiocrité. Vous aurez ainsi, mis de votre côté, toutes les garanties de réussite pour votre enfant.
Chers collègues enseignants
Permettez-moi de vous féliciter pour l’énorme travail que vous abattez chaque jour que Dieu fait.
Malgré les effectifs pléthoriques de vos classes, l’insuffisance de manuels scolaires et de matériels didactiques, l’insuffisance d’infrastructures, vous restez vaillamment à vos postes pour vous acquitter de votre part de contrat envers la Nation.
Nous voilà, maintenant, au seuil des évaluations scolaires de fin d’année. Moments que vous vivez intensément avec vos élèves. À ces moments importants dans la vie de notre école, je voudrais partager avec vous ces quelques réflexions.
Chacun de nous doit s’imposer les questions suivantes :
– Ai-je épuisé tout mon programme d’enseignement ?
– Ai-je révisé toutes les leçons et tous les croquis avec mes élèves ?
– Ai-je mis toutes les chances de réussite du côté de mes élèves candidats au DEF ?
Si nous pouvons répondre par l’affirmative à ces questions, cela signifie que nos élèves passeront à coup sûr à leur examen et qu’une fois dans l’enseignement secondaire ils seront capables d’y rester et d’y réussir. C’est à ce prix que nous tirerons tout le mérite d’avoir bien accompli notre tâche.
Mettre toutes les chances de réussite du côté des élèves candidats ne signifie pas gonfler, par des artifices, leur moyenne de classe. En le faisant, nous nous rendons coupables d’un crime odieux, celui de tromper les parents et leurs enfants et celui de mal servir notre pays.
Dans les salles d’examen, ou, autour des salles d’examen, seule notre dignité d’Éducateur et d’Enseignant pourront nous mettre sûrement à l’abri des tentations, combien nombreuses qui nous assailliront de toutes parts.
Méfiez- vous, chers collègues enseignants de ces parents corrompus et corrupteurs qui vous promettent monts et merveilles pour donner un coup de pouce à leurs enfants. Comprenez bien, que, ce sont là, vos premiers ennemis et les premiers à mettre sur la place publique votre comportement méprisable.
Si chacun de nous, parents d’élèves, élèves, enseignants, fait correctement son travail, notre école en sortira grandie.
Je formule le vœu que ce message nous serve tous, de matière à réflexion et qu’il impacte positivement notre ardeur au travail.
Je vous remercie et souhaite bonne chance à tous les candidats.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *