Search
jeudi 20 septembre 2018
  • :
  • :

Examens de fin d’année 2018: 114 741 candidats à l’assaut du Baccalauréat

Les examens de la session 2018 du baccalauréat malien ont commencé, hier lundi, à 08 heures précises sur toute l’entendue du territoire national. À Bamako, ces examens se passaient, hier lundi, dans un calme relatif, dans certains centres d’examen que nous avons visité sous le regard des forces de sécurité.

Il est 07 45 au centre du lycée Tama DOUMBIA de Kalaban-Coro, dans l’académie de Kati rive droite, quand les élèves et surveillants étaient déjà dans une cour suffisamment sécurisée. Ici, les consignes sont claires et fermes : pas de sac, pas de téléphone, chacun pour soi, Dieu pour tous. Les sacs restent devant la porte de la salle d’examen.
« On donne les brouillons à l’intérieur de la salle », nous dit Melle Fatoumata SISSOKO, élève en terminale de science.
Au lycée Massa Makan DIABATE de Baco-Djicoroni, les locaux sont entourés par des agents de la police nationale qui n’hésitent pas à faire déguerpir tout regroupent autour de ce dispositif.
Là-bas aussi, le calme après la première épreuve de dissertation, les élèves étaient dans la cour en attendant la deuxième épreuve.
M. Filémon POUDIOUGO, président du centre du lycée Massa Makan DIABATE, nous apprend que les épreuves ont commencé dans son centre à 8 heures. Selon M. POUDIOUGO, les 27 salles dudit centre comportent chacune 30 candidats.
« La 30e salle est occupée seulement par 3 élèves », a-t-il précisé, avant de révéler qu’au total, 783 candidats littéraires composent au centre du lycée Massa Makan DIABATE cette année pour le diplôme du baccalauréat. Cependant, M. POUDIOUGO déplorait à notre passage des cas d’absence dans ledit centre.
« Après cette première épreuve, nous avons remarqué que 57 élèves n’étaient pas dans la salle. On ne peut rien dire d’abord avant a fin de cette première journée. Dans certains cas, des élèves reviennent faire les autres épreuves en cours. Certains sont peut-être empêchés par des cas de force majeure. Notre souhait est que cette liste d’absents soit revue à la baisse à la fin de la journée », nous a-t-il confié.
Pour cette année, les élèves dénoncent la délicatesse de la surveillance.
« On ne peut même pas aller aux toilettes seul. Nous sommes déconnectés de nos téléphones. C’est grâce au téléphone que je contrôle l’heure quand je fais mon travail. Il faut qu’ils nous fassent confiance un peu. Vraiment, je veux que les surveillants nous traitent comme leurs propres élèves dans leur école respective », nous a dit un candidat.
Cependant, les élèves trouvent abordables les sujets des différentes séries.
Pour rappel, le ministre de l’Éducation nationale, le Pr Abinou Témé, a procédé ce lundi matin, dans la capitale du Kénédougougou, au lancement des épreuves du baccalauréat 2018. Accompagné d’une forte délégation de son département, le ministre a ouvert l’enveloppe contenant le sujet des épreuves du bac, au lycée Mgr Didier De Monclo de Sikasso, un des plus grands centres du pays, selon des sources proches du ministère de l’Éducation.
Intervenant au journal télévisé de 20 h à l’ORTM sur des fausses rumeurs de report des épreuves du bac à une autre date, le ministre a démenti cette information qui circulait sur les réseaux sociaux avant d’inviter les candidats à ne pas céder à la désinformation. Aussi, aucune absence, a dit le ministre, ne sera tolérée.
Cette année, ils sont en tout, 114 741 candidats inscrits pour le précieux sésame, au titre du bac technique et général, contre 112 115 candidats en 2017.

PAR CHRISTELLE KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *