Search
jeudi 3 décembre 2020
  • :
  • :

Examens de fin d’année: plus de 38 220 candidats à l’assaut du BT

Les épreuves du Brevet de technicien (BT : 1ère et 2ème parties), 2020 ont démarré hier lundi 9 novembre 2020, sur toute l’étendue du territoire national. Pour cette session 2020, ils sont au total, 38 220 candidats repartis entre 181 centres et 1529 salles de classe. Au plan national, le lancement officiel des épreuves a eu lieu à l’Institut de formation professionnelle Soni Ali Ber (IFP-SAB) de Banankabougou.

Ce lundi matin, à 7 h précises, le ministre de l’Éducation nationale, le Pr Doulaye KONATE, en compagnie de plusieurs membres de son cabinet, de plusieurs responsables des structures de l’éducation, a donné le coup d’envoi de l’examen du Brevet de technicien (1ere et 2eme parties), session 2020. Ce centre regroupe les candidats de la spécialité Dessin-Bâtiment (536 candidats) et ceux de la spécialité Mécanique Auto (42 candidats).
Ici, la sécurité de tous les centres au niveau de l’académie rive droite est assurée par 38 agents de maintien d’ordre. Tous les candidats et agents impliqués dans cet examen sont dotés de masque pour leur protection contre la pandémie de la COVID-19.
« Je suis venu vous encourager à affronter les épreuves, en comptant sur vos propres efforts », a lancé le ministre KONATE, visiblement heureux de se retrouver au milieu des candidats, à l’endroit de qui il n’a de cesse expliqué que « l’examen n’est que le prolongement de la composition en classe ». C’est la raison pour laquelle, il conseillé qu’il ne peut s’agir, pour les candidats, d’un piège. Histoire de les exhorter à rester plus concentrés sur les épreuves, tout en bannissant la fraude, sous toutes ses formes.
Aux candidats du BT, le ministre a expliqué à quel degré le pays compte sur eux.
« C’est vous qui produisez de la richesse dans le pays », les a-t-il fait remarquer. Une manière symbolique pour lui de retracer l’importance stratégique de ces jeunes garçons et filles dans l’effort de redressement économique du pays.
C’est d’ailleurs ce qui explique, selon le ministre KONATE, l’effort des autorités de tout mettre en œuvre pour garantir l’égalité des chances entre tous les candidats.
« Nous allons nous battre contre la fraude et faire appliquer dans toute sa rigueur le règlement des examens », a souligné avec force le ministre qui est convaincu qu’à l’école, il faut que « les élèves soient à égalité de chance ».
Comme à ses habitudes, le ministre n’a pas manqué de rendre hommage au courage et à l’engagement patriotique de ses collègues-enseignants, lesquels ont été invités à prendre leurs responsabilités et toutes leurs responsabilités dans le devenir de l’école.
« Je salue le courage des enseignants et les félicite pour leur engagement constant en faveur de l’école », a déclaré le ministre qui a reconnu que la tenue des examens, compte tenu des contraintes vécues au cours de l’année, dénote par elle-même de l’esprit de sacrifice des enseignants qui constituent, selon lui, l’un des maillons les plus importants du système.
À après avoir exprimé sa satisfaction de voir l’ensemble du dispositif de l’examen en place, et en bon ordre (surveillants et candidats en règle selon la police de l’examen), le ministre KONATE dira que l’école n’est pas uniquement un lieu d’apprentissage de savoir ou de connaissance, mais bien fondamentalement un lieu de transmission de valeurs humaines et morales pour le citoyen.
Après l’étape de l’institut Soni Ali-Ber, le ministre KONATE a visité le centre de l’ECICA où il a constaté la même atmosphère studieuse chez les candidats et la même détermination des enseignants à réaliser des examens propres.
À noter que le cycle moyen de l’enseignement secondaire technique et professionnel est sanctionné par l’examen du BT (première et deuxième parties).

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *