Search
lundi 14 octobre 2019
  • :
  • :

« Facebookan »: pagaille au Gabriel Touré, le gouvernement le vrai coupable ?

Les blouses blanches maculées de sang et des larmes des patients de l’hospice des pauvres, pardon de l’hôpital Gabriel TOURE sont en grève, depuis ce mercredi 7 août pour 72 heures. Le syndicat, qui n’a pu convaincre le gouvernement sur le bienfondé fondé de ses revendications, a choisi d’aller à l’épreuve de force.

Une fois de plus. Peut-être, une fois de trop.

En pleine tempête du scandale d’amputation d’un bébé, les syndicats veulent-ils allumer un contre-feu pour faire oublier la bavure médicale ? La main sur le cœur, le syndicat jure que son préavis était antérieur à l’affaire et ses revendications restent légitimes. Absence de matériel, vétusté des installations, insuffisance de budget, manque de personnel et moyens logistiques, mauvaises conditions de travail… tout est mis sur le dos du gouvernement. Mais voilà la complainte syndicale est loin de bercer les attentes et d’apaiser la colère des malades et parents de malades qui n’y voient qu’une fuite en avant des travailleurs, si ce n’est une fuite de responsabilité. On ne peut faire porter au gouvernement le chapeau de l’incompétence et de l’irresponsabilité des responsables de l’Hôpital. Et pour la défense de la princesse, on rappelle à ces blouses blanches maculées de sang que le manque de moyens n’explique pas tout.

Entre détracteurs et partisans du syndicat, le procès est instruit à charge ou à décharge sur les réseaux sociaux. C’est le sujet de votre Facebookan de ce jeudi 7 août 2019.

Makan Traoré : c’est du n’importe quoi vous moquer de nous ou y a quoi vous êtes devenu le tueur des enfants et vous parle de grève encore ce n’est pas vous oh c’est nos dirigeants incompétents walaye.

Modibo Dougnon : Vous tuez les enfants d’autrui et vous ne voulez pas répondre de vous actes. Là, vraiment l’État ne doit pas reculer. Et en même temps interdit à tous ces agents de santé d’exercer ailleurs.

Adama Nostra Sanogo : Tout à fait d’accord Assa Samassa-Diallo l’état de l’hôpital est égueulasse aucun matériau adéquate.

Nassira Keita : C’est maintenant qu’ils réclament les matériels après avoir coupé les bras des enfants quelle honte.

Mai Coss : Parce qu’ils sont incapables le médecin après la mort après temps de dégâts causés ? Ils n’ont pas honte.

Assa Samassa-diallo : Maître Salam Douk, je pense que c’est dû à l’affaire des bébés qui ont été amputés du bras, à cause des injections périmées.

Tout est à refaire à l’hôpital, il n’y a pas de scanner, l’état de cet établissement est dégueulasse.

Ils ne peuvent pas soigner les patients dans de bonnes conditions faute de matériel.

Elhadj Djimé Kanté : Disons-le clairement, personne ne peut avec 200 millions par an gérer un hôpital comme Gabriel TOURE.

Baba Koné : Arrêt de travail et vous allez passer tous vos temps en train de faire la grève si tu ne veux pas travailler il faut démissionner. Il y a beaucoup de gens qui cherchent le travail et n’arrive pas à trouver tout ce qu’ils vont faire. Ces grévistes, il faut radier et on va les remplacer avec d’autres personnes. On en a marre vraiment ! Tout ce qui va se passer dans ce pays-là, c’est seulement une personne qu’on va accuser. Est-ce que le Président de la République peut voir tous les problèmes du pays, il y a des gens derrière lui qui l’informent des problèmes. S’il y a un problème, on peut les résoudre sans aller en grève. Mais on va passer tout le temps en train de faire des grèves comme ça, il y a des gens qui vont mourir à cause de ces grèves-là.

Bou Traoré : Si l’Etat doit prendre ses responsabilités, il doit aussi équiper l’hôpital, et former ses agents, un chu, on dirait «garbal’». Un ou 2 infirmiers pour surveiller 50 bébés, comment peut-on bien faire ? Le Malien vit de ridicule walaye. Il faut faire un tour à l’hôpital principal de Dakar, ou Chu de Treicheville ou l’hôpital de Casablanca. Au Mali, le pauvre se soigne dans les Garbal et les riches dans les cliniques des pays du Maghreb, le budget qu’on vote pour équiper les hôpitaux, les dirigeants utilisent ça pour leurs propres soins, et tout le monde trouve ça normal ????Je ne suis pas Malien ni agent de santé, j’ai vécu dans ce beau pays, que j’adore tant.

Mahamane Mariko : Près de 60 ans d’indépendance, la pédiatrie de l’hôpital national GT compte 60 places, vraiment le Mali avance.

Disons-le clairement personne ne peut avec 200 millions par an gérer un hôpital comme Gabriel TOURE.

IB Bath : De 800 millions à 300 millions, et de 300 millions à 200 millions. Difficile de gérer un hôpital de la tranche de Gabriel Touré. Ibk doit avoir un peu pitié des Maliens. Il dit que les césariennes sont gratuites, alors que les kits sont incomplets, donc, c’est le patient qui doit se charger de payer le complément. En cas d’urgence, la patiente peut perdre son enfant, elle-même peut rendre l’âme. Gabriel Touré est un vrai casse-tête. L’État ne fait même pas un effort pour accompagner l’équipe dirigeante.

Harouna Baradji : très insuffisant pour un grand hôpital comme Gabriel Touré. Il doit avoir un budget conséquent pour assurer pleinement sa mission de soigner les Maliens et Maliennes.

Zoumana Diarra : pendant ce temps, l’entretien d’un homme dépasse les milliards, puisque les suiveurs brouettes et soi-disant intello continuent dans le dilatoire et l’insouciance totale, peuple du Mali reste dans l’indifférence.

Mamadou Ba : Avec 200 millions comme budget okadokon pour que fonctionne efficacement. Nous voulons que les directeurs généraux commencent de prendre conscience et avoir le courage de démissionner si nécessaire pour budget ne permettant pas de travailler.

Diawara Diawara : Les Maliens doivent s’informer et lire la loi de budget annuel votée par l’Assemblée chaque année Gabriel Toure à un budget de 3 milliards, nos sous sont volés et détournés à d’autres fins, sinon, ce n’est pas 200 millions.

Dramane Diawara : les 200 millions représentent une subvention, il faut juste rappeler que dans le temps elle était de 1300 millions.

Abdoul Karim Diawara : C’est une subvention ou une prise en charge totale. Quid des frais payés par les patients et autres usagers de l’hôpital ?

Boubacar Karamoko Coulibaly : Que je sache, nos centres hospitaliers universitaires ne sont-ils pas dotés de l’autonomie de gestion, et de conseils d’administration ?

Si cela est, pourquoi continuer d’interpeller le Gouvernement et le Chef de l’Etat sur les incompétences, les légèretés et les irresponsabilités de ces organes ?

Non, le relèvement du plateau technique dans nos principaux centres hospitaliers universitaires dépend de la volonté et exclusivement de la seule volonté de ces messieurs et dames chargés de les administrer ou de les diriger quotidiennement.

Lorsque l’on est ambitieux pour son pays et ses malades, que l’on a fait serment de leur offrir le meilleur de soi-même, que l’on a simplement souci de son prochain, nul ne songerait à laisser des hôpitaux manqués du minimum syndical.

Je suis désolé, absolument désolé, mais là-dessus, foutons une paix royale à IBK qui ne saurait assurer la sentinelle derrière chaque responsable nommé.

Soit l’on est compétent, soit l’on se démet, mais on ne se défausse pas sur les autorités par syndicats interposés.

Y en a marre, marre et marre.

Mariatou Coulibaly : Exactement Monsieur le Ministre.

Zoumana B Diawara : Cher estimé… Je pense que c’est IBK qui les nomme, ces responsables en charge de la gestion des centres.

C’est lui qui a le pouvoir de les démettre s’ils sont incompétents à…

Mountaga Bâ : Maître êtes-vous courant que le budget de fonctionnement de l’hôpital Gabriel Touré est passé de près d’1milliars à 200 millions et vous voulez qu’on travaille dans de telle condition même de simple gang manque dans cet hôpital ou bien, c’est les travailleurs qui mettent la main à la poche à la place de l’État ? Non, maître je suis désolé.

Siaka Keita : En effet, ce sont des EPA, mais avec une large autonomie de gestion.

C’est le statut d’EPA qui pose à la fois problème et peut être solution pour notamment la péréquation.

Il faut à mon avis que l’État s’engage résolument sur le chantier d’une véritable politique de santé publique telle que celle qui a amené à la création des centres de référence.

Une bonne originalité malienne.

C’est juste un avis, les acteurs du secteur sont bienvenus !!!

Mahamoud Maiga : Merci maître !

 

Révendication du syndicat

Le personnel de Gabriel TOURE observe une grève de 72H depuis ce mercredi 07 août 2019.

Entre autres, le Syndicat réclame :

– Le respect des engagements pris par le gouvernement en mars dernier vis-à-vis du personnel de l’hôpital ;

– La mise à la disposition du personnel du petit matériel (bulletins d’examens, ordonnanciers, dossiers patients, gants, alcool, coton, savon indispensable pour les soins ;

– la dotation de l’unité de Banque de sang d’un local et du matériel nécessaire pour son bon fonctionnement ;

– La dotation de l’hôpital d’un budget de fonctionnement pouvant permettre à l’hôpital d’assurer le minimum de prise de charge des malades (le budget 2019 a été réduit de 75 %) ;

– le recrutement ou le redéploiement de personnel qualifié aux urgences, en réanimation et en Pédiatrie ;

– Le paiement de 4 mois d’arriérés émoluments du personnel bi appartenant, d’indemnités et de primes de responsabilité ;

– l’ouverture du droit du personnel contractuel à l’AMO.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *