Search
samedi 15 décembre 2018
  • :
  • :

‘‘Facebookan’’: la réquisition des magistrats par le PM

À presque trois mois de grève illimitée des magistrats qui sont jusque-là restés indifférents face à toutes les tentatives de réconciliation avec le gouvernement, les rumeurs sur Facebook vont bon train, ces dernières 24 heures. Dans ce contexte, le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maiga décide de procéder autrement : « Boubèye a décidé de réquisitionner les magistrats grévistes, à partir de demain (hier mardi) » ! Voilà que cette information, pourtant non encore officielle, qui anime les débat sur les réseaux sociaux, notamment Facebook, depuis quelques heures. Si certains pensent que cette décision est une bonne correction pour les juges, d’autres pensent qu’elle dénote la mauvaise volonté du gouvernement à trouver une issue honorable et durable à cette grève qui n’a que trop duré. Voilà votre « Facebookan du jour » !

Abdoulaye KONE : « Les Maliens n’ont pas intérêt à être jugés par des juges réquisitionnés »
On peut réquisitionner certains agents, mais pour ce qui concerne le magistrat, nos concitoyens n’ont pas intérêt à être jugés par des juges réquisitionnés. Un juge forcé à travailler pourrait-il rendre des décisions objectives ? Je dis non. Du coup, des innocents pourront être condamnés ou des coupables relaxés. En tout cas, réquisitionner le juge, c’est sacrifier le citoyen.

Le Roi de Ségou : « La liberté du juge malien est conjoncturelle »
Le Juge malien est libre, son indépendance est conjoncturelle et cela semble faire l’affaire du prince du jour. Vous l’imaginez statuer en état de réquisition par le pouvoir politique irrespectueux de ses engagements et des droits de l’Homme ? Non, en homme libre, je préfère changer de métier que de plaider devant ce ‘’Juge’’ coopté par la force politique sous le sceau d’une humiliante réquisition de magistrats. Au Mali, la plupart des magistrats (Jeunes ou Anciens) qui ont fait preuve d’un sens élevé d’intégrité et de dignité dans le corps sont arrivés en un moment donné à ne plus vouloir occuper une fonction jugeant malgré tout ce qu’on imagine comme avantages y rattachés. Généralement, les plus dégoûtés et plus jaloux à leur indépendance décident de démissionner du corps s’ils ne peuvent faire valoir leur droit à la retraite anticipée. Les autres, les jeunes misérables de leur intégrité et technicité, préfèrent se contenter, très souvent d’un poste de conseiller technique auprès de tel ou tel département ministériel où ils servent plus le politique que l’Etat pendant que les anciens cherchent à quitter même le pays pour un poste soit diplomatique, soit international. Et là également, il faudra que l’élite, le magistrat serve le politique pour ne pas se faire piétiner partout où il se trouverait. Voilà la vraie image du magistrat malien qui, une fois à la retraite, est obligé de garder soigneusement le petit registre de répertoire téléphonique pour pouvoir appeler tel ou tel ami ou fiston Avocat ou jeune Juge afin de pouvoir faire face aux paiements de ses ordonnances comme pour dire que sa dignité s’arrêtait aux portes du Palais de Justice.
C’est ce malheureux Juge serviteur des barons de la corruption, totalement dépouillé de toute conscience professionnelle, qu’on veut imposer aux justiciables maliens.
NON ! RESPECTEZ VOS ENGAGEMENTS PENDANT QU’IL EST ENCORE TEMPS, CAR LES JEUNES JUGES QUI NOUS PROMETTENT L’INDÉPENDANCE ET LA RESPONSABILITÉ SONT PLUS RESPECTABLES QUE VOUS.

Amadou Mariko : « Un dialogue franc et constructif est la meilleure solution »
Si cette information est confirmée, cela dénoterait de la mauvaise foi affichée du gouvernement dans la gestion de la crise. Un dialogue franc et constructif est la meilleure solution pour une sortie de crise afin d’apaiser notre peuple qui souffre déjà d’autres maux.

MAMOUDOU KASSOGUE, porte-parole de Sylima : « les magistrats ne peuvent en aucun cas être réquisitionnés par le gouvernement »
Les syndicats rappellent que le pouvoir judiciaire est indépendant des autres pouvoirs (exécutifs et législatifs). À ce titre, et n’exerçant aucun pouvoir délégué du gouvernement, les magistrats ne peuvent en aucun cas être réquisitionnés par le gouvernement, pour quelque motif que ce soit. Les syndicats rappellent que la saisine de la Cour suprême par le Premier ministre, à l’effet de savoir si la grève des magistrats est légale ou pas, est illégale, et le Premier ministre n’a aucune qualité pour saisir la Cour suprême en la matière. Il en ressort que tous les actes subséquents à cette saisine sont donc nuls et de nul effet, notamment une éventuelle décision de réquisition des magistrats. Par conséquent, le comité directeur du syndicat autonome de la magistrature SAM et le bureau exécutif du syndicat libre de la magistrature SYLIMA appellent tous les chefs de juridictions et de parquets, tous les juges de paix de la république du Mali et l’ ensemble de leurs militants, à ne donner aucune suite à une éventuelle décision de réquisition des magistrats par le gouvernement et à ne poser aucun acte qui puisse mettre en cause le mot d’ordre. Les syndicats assumeront toute la responsabilité. Les syndicats rassurent les militants de leur engagement et de leur détermination à faire aboutir les doléances. Les syndicats appellent une fois de plus les militants au respect strict du mot d’ordre de grève, à la solidarité et à l’union sacrée autour de la magistrature.

Adama DIARRA : « La justice doit être indépendante et apolitique »
La justice doit être indépendante et apolitique. Elle ne doit pas faire la politique. Elle doit être juste, sans faire de parti-pris. Comme ça, ils verront que le gouvernement va les respecter. Car un juge n’est pas n’importe qui. Leur combat doit être dur. Parce que l’État sait qu’ils ne sont pas soutenus par la population. Ils doivent être respectés obligatoirement. Mais le respect commence par soit même. Je veux voir mon pays avancer.

Adama SY : « Ce bras de fer est suicidaire »
Engager le bras de fer dans le contexte actuel est suicidaire pour un pouvoir qui est faible. C’est le moment de faire preuve d’intelligence en lieu et place des manœuvres dilatoires et d’intimidations.

Yousouf Guindo : « Nul ne peut se soustraire des dispositions légales des réquisitions »
Nul ne peut se soustraire aux dispositions légales des réquisitions par l’État employeur sous peine de sanction disciplinaire. Les magistrats grévistes le savent, d’où leurs inquiétudes. Ceux et celles qui (fonctionnaires au service de l’état…) les y encouragent n’ont probablement pas vécu des situations dommageables. C’est regrettable. Bon an, mal an, l’État a consenti d’énormes efforts en faveur de cette corporation. Alors, ne l’étouffons pas. Par ailleurs, il y a plein de magistrats compétents patriotes républicains qui demandent à reprendre du service. Que l’État payeur fasse appelle à eux.

Samba Bling SEMEGA : « Balancez les dossiers » !
Ayiwa !!! Le PM est-il le chef suprême de la magistrature ? Ha ! Les magistrats « Aw kana mônè do môgôla » balancez les dossiers !

Kayes Actu : « Le grand Boubèye perd le contrôle de la nation ».
Le grand Boubèye perd le contrôle de la nation. Hier, cité comme l’homme de la situation, aujourd’hui, l’homme fort se cherche avec des rencontres multiples sans suite avec des foyers de tension partout. Boubèye compte plus de 80 jours de grève d’affilée des magistrats et des milieux de division au sein des corporations et des partis politiques. En tout cas, le pays va mal.

Seydina TOURE : « Les prisons sont bondées à cause de cette grève »
Le ministre de l’Économie et des finances, qui vient de prendre le nouveau nom désormais, le Mali a un ministre de gros voleurs de 3Millards 500 millions de francs CFA au lieu d’un ministre de l’Économie et des finances. Au moment où les prisons sont bondées, à cause de la grève illimitée de nos juges pour la revendication de leurs droits, le même ministre a débloqué 2 Milliards de francs CFA pour une fête de l’indépendance qui ne devait même pas avoir lieu, car c’est une honte pour le Mali. Ce n’est pas le même ministre voleur qui a débloqué à peu près moins d’un milliard qui dépasse le demi-milliards pour un voyage inutile et humiliant d’un président illégitime qui est rentré (retour) sans succès.
Avec Boua même le palais présidentiel serait en grève. Tôt ou tard la vérité triomphera.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *