Search
mardi 1 décembre 2020
  • :
  • :

Farabougou: les Famas sauvent l’honneur

Depuis deux semaines, le village de Farabougou, dans le cercle de Niono, était assiégé par des djihadistes. Après avoir porté assistance aux populations meurtries en larguant des denrées alimentaires et des médicaments, en début de semaine, hier jeudi les Famas sont entrées dans ledit village. Les premiers éléments du Bataillon des Forces spéciales sont arrivés à bord d’un Mi-24 de l’Armée de l’Air vers 10 heures. Selon des sources officielles, beaucoup de colis dont des médicaments ont aussi été largués. Avec l’arrivée des militaires, la souffrance des populations sera abrégée. Des sources informent que le vice-président de la transition, Assimi GOITA, chargé des questions militaires, est aux côtés des hommes sur le terrain. L’information sur l’entrée des Famas à Farabougou avec à leur tête le colonel Assimi GOITA a suscité beaucoup de réactions sur les réseaux sociaux. L’enthousiasme est à la hauteur de la durée du siège C’est le sujet de votre Facebookan du jour !

Younouss Soumaré : nos FAMA, vous êtes sous la protection d’Allah. Allah est au contrôle de notre pays.

Makan Diarra : la capitale administrative du Mali doit être créée en choisissant la ville de Ségou ou la ville de Sevaré et transférer la présidence et tous les ministères. Bamako reste comme la capitale économique du Mali.

Makan Diarra : on doit voter une loi pour le service militaire obligatoire pour tous les jeunes maliens pour sauver le Mali.

VØn Nöòúh : une bonne nouvelle pour l’instant, mais allons prudemment Mali kodedo.

Naomie Traore : c’est vraiment dommage qu’il n y a pas de service militaire obligatoire dans ce pays.

Fatim Fanta Keita : vous ne savez même pas comment un militaire travaille ! Continuer à regarder les films américains! Si vous pensez que c’est la réalité.

Fatim Fanta Keita : on a de la chance d’avoir des militaires. Si c’était un autre pays, il y a longtemps vous êtes morts ! Vive nos FAMa.

Awa Coulibaly : moi je pense qu’il faut arrêter des informations brusques concernant nos Famas, car les terroristes se préparent à travers ces informations-là.

Ousmane Diarra : restons derrière notre armée. On ne doit jamais la lâcher, car ils veulent nous révolter contre notre propre armée. Nos hommes sont des braves hommes.

Marie Isabelle Touré : que Dieu veille sur eux durant ce combat et qu’ils nous reviennent tous saint et sauf.

Bakary Adama Sidibé : OK D’accord c’est bien, du courage et bonne chance.

Imprévisible Toure : Taré-taré les FAMA sont arrivés à Farabougou. Vive les FAMA, que le Tout-Puissant vous protège. Mali Avance.
Malick Konaté : le vice-président le colonel Assimi GOITA est actuellement auprès des troupes au centre.

Samba Gassama General : Ça c’est le koro puissant! Nous on ne prend pas le pouvoir pour boire du Cognac au Peninsula. C’est la famille.

Gaoussou Dembele : Malick Konaté chez les Minianka, c’est le travail dron.

Toure Bira : parole est mince.
Abdoulaye Sako : la simple présence ne suffit pas, il faut rétablir le pont détruit, pourquoi pas un pont métallique fabriqué par le génie ou des ingénieurs maliens.
Samba Gassama General : Abdoulaye Sako mais pour faire tout ça il faut être là-bas non ?

Abdoulaye Sako : Samba Gassama General, c’est un complément d’idée, cela fait 20 jours que sa traîne.

Issiaka Dougnon : Abdoulaye Sako combien de ponts ont été détruits au pays dogon? Cherchons une solution globale aux problèmes.

Fomba Kassoum : on lui souhaite bonne chance au front, sinon ça me rappelle Aya à Kona.

Diakalidia Kouyaté : Samba Gassama General si ton kôrô continu de la sorte, je pourrais avoir de l’admiration pour lui. En tout cas c’est un bon début pour un remontada du moral de nos soldats sur le terrain.

Mamadou Daba Diawara : c’est ce qu’on lui demande.

Ousmane Kone : Abdoulaye Sako vous l’avez critiqué, que sa place n’est pas Koulouba. Il est now, vous lui demandez autre chose, combien de responsables sont partis en toute discrétion sans fanfare ni trompette.

Hamdaltop Touré : Bravo à lui, mais ce n’est pas lui seul qui peut libérer le Mali.

Vieux Mamourou Konare : Svp arrêtez de donner la position de nos militaires.

Aissata Traore : bravo mon vice-président. Qu’ALLAH vous protège là-bas. Amina.

Samake Abdoulaye : merci beaucoup mon Colonel. Que Dieu vous protège contre les ennemis.

Daouda Djelideen Sanou : no comment ! Après 2 semaines de Calvaire pour les populations, les audiences continuent à Farabougou !

Demba Konate : maintenant c’est un administrateur militaire. Il n’a plus sa place là-bas.

Lassy Coulibaly : un vrai homme, je le nomme Idriss Deby du Mali.
Ladji de Kita : Bravo, là je suis carrément fier de lui.

Mamoudou Diarra : c’est ça qu’il connaît, sinon le Palais-là c’est compliqué pour un jeune militaire.
Hamdaltop Touré : il faut que les gens laissent les 10 ou 20 militaires faire le travail avec les civiles du gouvernement. Il y a de milliers de soldats au Mali. Le problème c’est qu’il faut les mettre dans les conditions physiques et psychologiques pour affronter l’ennemie.

Seydou Diarra : après que les djihadistes sont partis de la localité, on verra combien de djihadistes ils vont tuer, si réellement ils sont allés les trouver là-bas. Les djihadistes ont pris la fuite et fait ce qu’ils voulaient.

Empereur Douze Douze : c’est normal non? Sa place est là-bas et non dans les bureaux à Bamako.
Doumbouya Lancei : c’est IBK qui vous à donné l’ordre de rentrer à farabougou? Comme IBK est rentré à Bamako.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *