Search
mercredi 24 janvier 2018
  • :
  • :

FEMAFOOT: le ministre promet la neutralité des membres

Rencontrant, le jeudi dernier au stade Ouezzin COULIBALY, les organisations de la presse sportive, le ministre des Sports, Jean Claude SIDIBE, a affirmé sa volonté de créer les conditions de la résolution de la crise au sein de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT).

Le bicéphalisme, la crise de leadership au sein de la FEMAFOOT constituent le lourd héritage du ministre Jean Claude SIDIBE. Précédemment président de la Fédération malienne de basketball, il remplace HousseiniAmion GUINDO au ministère des Sports. L’un de ses défis est de contribuer à résoudre cette crise qui dure depuis 4 ans.
Mesurant les enjeux de cette situation, M. Jean Claude SIDIBE a consacré ses premières rencontres aux acteurs du football malien, en particulier. Dans un premier temps, il a reçu le mercredi 3 janvier dernier les différents protagonistes (les partisans de Sahala BABY et de Mamoutou TOURE dit Bavieux). Le lendemain, c’était au tour de la presse sportive au stade Ouezzin COULIBALY de Bamako.
Lors de sa rencontre avec les journalistes sportifs, le ministre Jean Claude SIDIBE a rappelé que l’objectif de l’entretien avec les deux parties de la crise était de trouver un terrain d’entente afin d’éviter la mise en place d’un comité de normalisation à la FEMAFOOT.
Malheureusement, il a dit avoir échoué à faire adhérer ces parties à sa démarche. Toutefois, elles se sont engagées à privilégier l’intérêt du football malien, a indiqué le ministre à la presse.
« J’ai eu un entretien franc avec les protagonistes. Il a permis de calmer les esprits. Chaque partie s’est engagée à aller dans le sens du développement du football malien », a-t-il apprécié.
Contrairement à son prédécesseur, M. Jean Claude SIDIBE tenait à annuler la mise en place d’un comité de normalisation parce que symbolise-t-il, selon lui, l’échec de notre football. A Défaut de l’éviter, le ministre des Sports a pris l’engagement de veiller sur l’impartialité des membres de ce comité qui seront désignés par la FIFA probablement entre le mardi et le mercredi.
« Nous allons faire en sorte que les personnes qui seront nommées par la FIFA pour le Conor soient entièrement impartiales. Toute la réussite de la démarche dépendra de la composition de cette équipe », a rassuré le ministre des Sports, ajoutant que sa disponibilité ne fera pas défaut pour la résolution de cette crise.
Le mandant de ce comité sera notamment d’organiser l’élection d’un bureau à la FEMAFOOT, de relire les textes de la FEMAFOOT, au plus tard le 30 avril prochain. Ce délai, précise le ministre des Sports, peut être prolongé en cas de nécessité.
Si cette crise est née de l’égoïsme des responsables sportifs de notre pays, confirme le ministre SIDIBE ; elle a été également entretenue par la presse sportive. Celle-ci a manqué de jouer le rôle attendu d’elle, a déploré le ministre des Sports. Optimiste sur la résolution définitive de cette situation, il a exhorté chaque acteur à la retenue et au calme.
« A l’instar des dirigeants sportifs, il appartient également aux journalistes sportifs de se mettre au service du développement du football malien. Dans cette crise, la presse doit jouer un rôle impartial en calmant le jeu. Il faut qu’elle prône l’apaisement afin que le comité normalisation puisse faire son travail », sollicite le ministre SIDIBE.
De leur côté, les responsables des organisations faîtières de la presse sportive ont salué la démarche de Jean Claude SIDIBE. Tous ont également reconnu la partition négative des journalistes à entretenir la crise de football.
Au-delà de ces rencontres, le ministre des Sports prévoit des entretiens avec des dirigeants des clubs, dans les jours à venir.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *