Search
lundi 22 octobre 2018
  • :
  • :

Festival international soninké: le président Macky Sall, parrain de l’édition 2018

La 5ème édition du festival international soninké (FISO) aura lieu du 21 au 25 février 2018 à Dakar. Les enjeux de ce rendez-vous 2018 avec la culture soninké, peuple fondeur du 1er empire noir en Afrique de l’ouest (Wagadu), étaient au cœur des échanges, samedi dernier, entre hommes des médias et les membres du Comité de Pilotage du Mali, à la Maison de la presse.

Cinquième du genre, c’est la capitale sénégalaise (Dakar) qui abritera l’édition de 2018 placée sous le thème assez évocateur de ce passé glorieux du peuple soninké : ‘’Wagadu 1er empire Ouest Africain: hier, aujourd’hui et demain ?’’ sera également historique par la présence du chef de l’Etat sénégalais, Macky SALL, comme parrain de l’événement.
Cette conférence de presse était animée par le président de l’Association culturelle soninké (ACS-Mali), Mamadou Hamet CISSE qui avait à ses côtés la présidente du Comité de pilotage du Mali, Bankineza Maye NIARE, ainsi que plusieurs autres membres.
On notait également la présence du maire de la commune II, Abba NIARE, soninké de son état, des cadres et élus soninké vivants à Bamako, la cantatrice soninké, Diaba KAMARA, etc.
La présente édition qui se prépare activement par la communauté soninké du Mali sera une nouvelle occasion de rassembler toutes les communautés soninké et de sa diaspora, afin de montrer au monde entier toute la richesse du patrimoine culturel, en général, et celui du soninké, en particulier, à travers conférences débats, chants, danses, cérémonies et rites traditionnels, expositions.
L’événement regroupera des festivaliers venant du Mali, du Sénégal, de la Mauritanie, de la Gambie et de la diaspora, pour vivre le ‘’sooninkaaxu’’ dans toute sa splendeur.
Dans son mot introductif, le président de l’Association culturelle soninké (ACS-Mali), Mamadou Hamet CISSE, au souligné que le FISO a pour objectif de créer un climat fraternel de retrouvailles autour de la culture soninké de tous les descendants de l’empire du Wagadou, principalement ceux du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Sénégal, de la Gambie, de la Guinée Conakry, du Cap Vert.
De même, a-t-il rappelé, il y a 1 700 ans, avant l’avènement de l’islam, les Soninkés fondèrent le premier empire de l’Afrique sub-saharienne, le brillant empire du Ghana. Cet empire qui continue de faire la fierté des Soninkés et des africains en général, brillait par l’or, le cheval, son organisation politique et sociale plus avancée que celle de l’Europe. Le savant Cheick Anta DIOP disait que ‘’L’Empire du Ghana apparaît, historiquement, comme une transition entre l’Antiquité et le temps moderne’’.
De l’avis de M. CISSE, cette période où l’histoire de l’Afrique est falsifiée et le FISO est un moment fort qui fait mieux connaître la belle histoire de l’empire du Ghana.
Ainsi, le FISO, a-t-il fait savoir, est une initiative de la diaspora soninké de France pour affirmer son identité culturelle dans un environnement envahissant qui menace la transmission des valeurs nobles de la culture soninké à la nouvelle génération.
Parlant de l’édition 2018, il a expliqué qu’elle sera un événement historique, au Sénégal, car placé sous le haut patronage du chef de l’Etat sénégalais, Macky SALL, avec son homologue Adama BARROW de la Gambie.
De son côté, la présidente du Comité de pilotage du Mali, Mme Bankineza Maye NIARE a rappelé que les deux premières éditions, en 2011 et 2012, se sont tenues à Kayes (Mali), la 3e édition en 2014 à Nouakchott (Mauritanie). De même, la 4e en 2016 à Bamako (Mali) avec l’événement qui s’organise dorénavant tous les deux ans.
L’édition de 2018 qui s’ouvrira le 21 février désigné «Journée internationale des langues maternelles» par l’UNESCO donne à l’événement un cachet particulier, à ses yeux, sur l’importance de nos langues vernaculaires dans le développement socioéconomique.
Avant de terminer, elle a lancé un appel à la mobilisation générale du peuple malien autour de l’événement. «L’objectif de ce festival est la promotion de la culture soninké de façon générale. Il s’agira de donner un contenu digne de la grande représentation des Soninkés du Mali, tout en sachant que Bamako est le plus gros village soninké du Monde», a-t-elle dit.
Pour ce faire, un appel a été également lancé à l’ensemble des partenaires, notamment financiers, pour assurer le déplacement vers le Sénégal.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *