Search
lundi 22 octobre 2018
  • :
  • :

Festival «Nuits du Kamalen N’Goni»: Yanfolila a tenu toutes ses promesse

Quatre jours durant, les sommités de la musique et les virtuoses du N’Goni ont donné le meilleur d’eux-même pour faire vibrer la capitale du Wassoulou, à la faveur de la 5è édition du festival international des arts et cultures du Wassoulou ‘’Nuits du Kamalen N’Goni’’.

A l’avis des organisateurs et participants, ce rendez-vous culturel annuel de Yanfolila a tenu toutes ses promesses. D’autant plus que les festivaliers ont pu découvrir les talents réels des joueurs et danseurs du Kamalen N’Goni et autres instruments folkloriques du Wassoulou.
A travers un programme riche et alléchant, assorti des pratiques ancestrales, de la diversité des expressions artistiques et culturelles du Wassoulou, les participants ont dégusté en live l’ingéniosité des joueurs et des danseurs du ‘’Kamalen N’Goni’’.
Aussi, d’autres genres musicaux étaient au rendez-vous pour rehausser l’éclat de l’ambiance.
Trois nuits durant, plusieurs artistes ont endiablé la scène avec leur savoir-faire. Les jeunes artistes locaux et les jeunes rappeurs ne sont pas restés en marge de l’événement. Des dizaines d’artistes locaux ont presté pendant les après-midi tandis que les invités de marque étaient réservés pour les nuits.
Durant le festival, les artistes qui se sont succédé au podium sont entre autres : R Force one, Doussou Ballo, Ko flatié Daro, Nahawa déni, Sékou Kamalenba, Karatou Ténin, Ramata Mai, le Groupe Bazani Théra, le Prince du Wassoulou, Djélika DIAWARA, Nabintou DIAKITE. La liste est loin d’être exhaustive.
Le clou de l’événement a été la prestation de Yoro DIALLO dit ‘’Tiékorobani’’ ou encore Yoro Système. Virtuose du Kamelen N’Goni, compositeur et interprète à la voix chaleureuse, Yoro DIALLO dit «Tièkorobani» est aujourd’hui une référence pour les artistes du Wassoulou, sa contrée natale. Sa prestation, qui a mis fin à cette 5è édition du festival les ‘’Nuits du Kamalen N’Goni’’, n’a laissé aucun spectateur indifférent.
Autres temps forts ont été les sketchs sur l’immigration et l’orpaillage par les étudiants du Conservatoire des arts et cultures Balla Fasseké KOUYATE ; les danses chorégraphiques par les étudiants de l’Institut national de la jeunesse et des sports et du Conservatoire.
Aussi, le programme a été meublé par l’organisation des foires d’exposition d’objets d’arts, de produits artisanaux et locaux, et des conférences-débats sur les thèmes d’actualité et s’inscrivant dans la recherche de solutions aux préoccupations quotidiennes des populations.
De même, des jeux kermès ont été organisés pour offrir pleins de cadeaux aux enfants ainsi que des compétitions d’athlétisme.
Les participants ont également eu droit à des visites sur les sites touristiques et culturels du Wassoulou.
Lors de la cérémonie de clôture du festival, l’honorable Yaya SANGARE a salué la grande mobilisation et l’importance que les Wassouloukés accordent à leur culture.
Il a attiré l’attention des organisateurs à mettre davantage l’accent sur l’instrument de musique ‘’Kamalen N’Goni’’. Un instrument local qui, pour lui, a tendance à disparaitre au profit des instruments modernes.
L’honorable SANGARE n’a pas manqué d’appeler les autorités locales et les ressortissants du Wassoulou, où qu’ils se trouvent, à s’approprier ce festival pour faire rayonner la culture du terroir.
La marraine, SANGARE Djénéba DIAKITE, a adressé des motions spéciales à l’organisation pour la réussite de l’événement. Aussi, a-t-elle remercié toutes les personnes de bonne volonté pour leurs soutiens multiformes.
Pour elle, outre la satisfaction morale et l’ambiance, ce festival contribue fortement à booster l’économie locale avec la vente des produits locaux et modernes. Voilà pourquoi, la marraine a exhorté les organisateurs à ne ménager aucun effort pour réussir l’implication de tous les cadres du Wassoulou aux prochaines éditions du festival international ‘’Kamalen N’Goni’’.
Pour sa part, le président du conseil de cercle de Yanfolila, Seydou DIAKITE, a rappelé que l’objectif est de faire en sorte que ce festival contribue à faire connaitre davantage la culture du Wassoulou, à vendre l’image de la localité, tout en contribuant à son développement.
Tout en se réjouissant des résultats de cette édition, il a donné l’assurance que les élus locaux s’impliqueront davantage à toutes les étapes de l’organisation de ce festival dans les années à venir.
Enfin, le président du Conseil de cercle a promis que tout sera fait pour que ce festival puisse intégrer son aspect international avec la participation de la Guinée dès la prochaine édition.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *