Search
mardi 21 novembre 2017
  • :
  • :

Fête de Tabaski et marchés à bétail: des béliers pour toutes les bourses

Pour s’enquérir de l’état d’approvisionnement du marché à bétail à la veille de la fête de Tabaski (Aïd El Kébir), la ministre de l’Élevage et de la Pêche, Taher Dravé a fait, le vendredi dernier, le tour de certains marchés de la capitale. Du constat général fait sur le terrain, les marchés sont relativement bien fournis et les prix des moutons sont abordables.

« Après avoir fait le tour de plusieurs points de vente hier, je viens de trouver mon mouton de fête à la Garbal de Lafiabougou. C’est une bête qui m’a coûté la somme de 65 000 F CFA ». Très satisfait de ce mouton obtenu à bon marché, Boubacar Bagayoko, trainant la bête par ses deux cornes, ne semble pas se plaindre des prix des petits ruminants cette année. Tout comme lui, beaucoup de fidèles musulmans sont depuis quelques jours déjà en train de faire le tour des différents parcs à bétail et points de vente de la capitale. Objectif : dénicher le mouton de leur choix à moindre coût.
L’accessibilité aux moutons de qualité et à prix abordable est un souhait du Président de la république, Ibrahim Boubacar Keita, qui a exprimé le vœu que tous les Maliens et Maliennes puissent fêter la Tabaski dans les meilleures conditions. Il a aussi insisté sur le fait que les moutons qui vont être proposés aux populations répondent aux critères des rites musulmans. C’est dans ce sens que le Premier ministre a instruit au département de l’Élevage de voir avec les éleveurs, les marchands de bétail les conditions dans lesquelles les populations peuvent acquérir les moutons à moindre coût.
La visite du ministre Ly Taher Dravé, accompagnée de certains membres de son cabinet, en plus du Directeur régional de l’élevage, s’inscrivait dans ce cadre laquelle visite fait suite à la tenue de plusieurs réunions avec la Fédération bétail/viande, les pasteurs, les agropasteurs au niveau du département.
C’est par la Garbal Quinzambougou en commune II que la ministre a commencé sa visite. Là-bas, elle s’est entretenue avec la coopérative des marchands éleveurs avant de mettre le cap sur le marché à bétail de San Fil, qui était bien fourni en moutons. Après quelques minutes d’échanges, la délégation ministérielle s’est rendue à la Garbal de Lafiabougou.
Au niveau de tous ces points de vente, Mme Ly Taher Dravé a écouté les coopératives d’éleveurs et échangé avec eux sur leurs préoccupations. Ceux-ci avaient, en effet, saisi la ministre de plusieurs doléances. Ainsi, à Quinzambougou, les éleveurs se plaignent surtout de l’exigüité du marché, de l’insuffisance du seul puits qui s’y trouve pour l’approvisionnement du bétail en eau.
Au quartier San fil, les préoccupations ont pour noms : des opérations nocturnes de vol, les truands profitant du faible éclairage du marché, les problèmes de tracasserie et de racket sur les trajets ou encore le site qui fait l’objet de convoitises des prédateurs fonciers. En d’autres endroits, c’est la cherté de l’aliment bétail qui constitue la principale inquiétude.
Sur ce plan, la ministre a enlevé une épine des pieds des éleveurs puisqu’elle n’est pas partie au cours de sa visite les mains vides. Pour soulager les marchands de bétails des sites visités et les différents marchés du district, la délégation ministérielle avait jugé utile d’amener une tonne d’aliments bétail, 40 abreuvoirs et mangeoires en guise d’appui symbolique.
Pour les tracasseries, elle a assuré que des dispositions ont été prises avec les autres départements concernés, notamment la sécurité afin de minimiser ces pratiques sur les corridors.
En tout cas, la ministre est sortie rassurée de sa visite pour avoir constaté sur le terrain de la disponibilité des moutons ainsi que leur accessibilité à toutes les bourses des Bamakois. Ce, d’autant plus que les prix, selon les marchés, varient entre 250 000 à 30 000 FCFA.

Par Mohamed D. DIAWARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *