Search
lundi 19 octobre 2020
  • :
  • :

Fichier électoral: le quitus du Comité d’audit

À la demande du Premier ministre, Boubou CISSE, un Comité national d’audit assisté par des experts internationaux, a procédé à l’audit du fichier électoral du Mali, du 19 au 25 février 2020. Ce vendredi 28 février 2020, le Comité d’audit du fichier électoral a rendu publique la synthèse de son rapport au cours d’un point de presse animé au siège de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), à l’ACI2000. De cette rencontre, il ressort que le Comité ne formule aucune recommandation à mettre en œuvre avant le scrutin du 29 mars 2020.

C’était en présence du président de la CENI, Amadou BAH ; du président de la DGE, le Gal Siaka SANGARA ; de la représentante du ministre de l’Administration territoriale, Mme Camara Fatoumata TOURE ; du président du Comité d’audit, Massa SOGOBA ; ainsi que la rapporteuse, Mme Karine SAHLI-MAJIRA, experte de l’Union européenne.

Dans son intervention, Mme Karine SAHLI-MAJIRA a souligné que l’exercice s’inscrit dans le cadre des efforts fournis par les autorités nationales et les organes de gestion des élections pour la tenue d’élections libres, fiables, transparentes et inclusives, conformément aux dispositions de la Déclaration de Bamako.

Pour rappel, en 2012, à la demande des autorités maliennes, une évaluation du FEC et du RAVEC sur financement de l’UE, avait conclu à la pertinence d’asseoir le fichier électoral sur base des données issues du RAVEC. En 2018, toujours à la demande des autorités maliennes, un audit du fichier électoral en vue de la tenue de l’élection du Président de la République a été réalisé par un Comité d’audit national assisté par l’OIF et ses experts internationaux.

Le présent audit du fichier électoral, en vue de l’élection en 2020 des Députés, s’inscrit dans la suite de cette série d’audits.

De la présentation de Mme Karine, il ressort que c’est au total 7 663 464 électeurs maliens qui sont convoqués aux urnes ce 29 mars 2020. Ils sont répartis entre 22 147 bureaux de vote dans 12 469 centres, à travers le pays.

Selon elle, le Comité d’audit du fichier électoral était chargé entre autres : de la validation des électeurs potentiels, des opérations de radiation et de transfert ainsi que la création des centres et bureaux de vote et l’affectation des électeurs aux bureaux de vote en vue d’identifier les forces et les faiblesses du mécanisme de mise à jour du fichier électoral et de définir les mesures correctives applicables.

Le comité d’audit a porté une attention particulière à la vérification de l’unicité de l’inscription. Ainsi, la recherche des doublons probables dans la base de données des électeurs s’est faite de deux manières : sur le NINA, aucune double occurrence n’a été décelée. Ce constat indique qu’aucun NINA ne revient en double dans le fichier électoral et valide l’idée du NINA comme clé candidate dans la base de données du RAVEC.

Un deuxième niveau de vérification de l’unicité de l’inscription consistait à investiguer sur la probabilité de possession de deux NINA différents.

« Le comité ne formule aucune recommandation à mettre en œuvre avant le prochain scrutin », indiquent ses membres dans leur note de synthèse. Le Comité estime que l’inventaire des forces et faiblesses du mécanisme de mise à jour du fichier électoral et de son système de gestion ne nécessite pas une action urgente.

Cependant, le Comité affirme avoir formulé des recommandations à moyen terme (dès la fin des échéances de 2020) et à plus long terme. Aux dires de Mme Karine SAHLI- MAJIRA, coordinatrice du comité et experte en Élections, « sur la base des analyses et investigations réalisées, le Comité d’audit n’émet aucune réserve sur l’utilisation du fichier électoral du Mali ».

Rappelons que le comité d’audit a été mis en place par Décision N°001/CENI-2020-P.

Il est composé comme suit de trois membres de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ; deux représentants des partis politiques de la majorité ; deux représentants des partis politiques de l’opposition ; Un représentant des partis politiques non affiliés ; un représentant du Conseil National de la société civile et trois experts internationaux – mobilisés par CIVIPOL dans le cadre du PAECSIS, à la demande expresse des autorités maliennes et avec l’accord de la Délégation de l’Union européenne.

De la présentation de 22 pages, il ressort que le nombre d’électeurs est de 7 663 464, soit un taux d’inscription de 70%.  Augmentation de 1,5% au cours des deux dernières années. 12 469 centres de vote 22 147 bureaux de vote.

« Les travaux se sont déroulés en toute indépendance, dans la transparence, l’objectivité, la contradiction et le respect de points vu des uns et des autres. Il n’y avait ni sujet tabou ni fins de non-recevoir opposées aux différentes requêtes formulées », a conclu Mme Karine.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *