Filiale Nord-Est de la CMDT: les urgences, les priorités et les objectifs dévoilés

10

La deuxième étape de la visite de terrain du ministre de l’Agriculture dans les zones CMDT s’est déroulée dans la filiale Nord-Est à Koutiala, Karangana et Kimparana. La délégation a visité des champs de coton, l’usine de Karangana, de Kimparana et les quatre usines de Koutiala. Le ministre a rassuré que des réformes sont en cours pour permettre à notre pays de relancer les bases de son développement économique, à travers la CMDT.

Dans chacune des usines visitées, des échanges ont été organisés avec les travailleurs, au cours desquelles, le ministre a fortement salué la réussite de la campagne cotonnière au niveau de la filiale Nord-Est où tous les signes convergent à confirmer qu’un record de production sera enregistré. Le ministre DENON a informé qu’un travail de fond est en cours pour permettre à la CMDT de prendre son envol. Selon lui, la CMDT est dans la dynamique d’implanter de nouvelles usines, de rénover les anciennes et d’implanter des usines qui transformeront le coton en produits finis sur place au Mali. Il a également informé que la compagnie travaillera désormais à rétablir les pistes rurales ; à faire des ouvrages d’intérêt collectif ; à réintroduire l’alphabétisation et les formations aux activités génératrices de revenus pour faire de la CMDT une vraie entreprise agroalimentaire.

Des usines contre le chômage
Dans ses échanges avec les paysans à Karangana, à Kimparana et à Koutiala, le ministre de l’Agriculture a fait comprendre que l’objectif de cette tournée dans les zones CMDT était de s’assurer que la capacité installée au niveau des usines permettra d’égrener, à temps indiqué, toute la production de coton annoncée. Cela, note-t-il, parce qu’on s’attend à une bonne production et on s’interrogeait si les capacités installées permettent d’égrener l’ensemble de la production d’ici le début de l’hivernage.
Sur la question, le ministre a rassuré en soutenant avec satisfaction que suite aux constats faits sur le terrain cela est possible, surtout avec l’engagement de l’ensemble du personnel de la CMDT.
« Nous sommes véritablement rassurés que le coton produit, cette année, peut être égrené avant le délai. Ceci nous réconforte d’autant plus que nous avons identifié les goulots d’étranglement qu’on doit surmonter pour arriver à cet objectif. Les difficultés à surmonter ont trait à l’efficience de l’égrenage au niveau des usines », a affirmé le ministre DENON.
À Kimparana, les notabilités ont évoqué le problème d’emploi des jeunes. Le ministre DENON a rassuré que cette préoccupation des populations est prise en compte dans le Projet de société du président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, qui prévoit de créer 200 000 emplois durant son premier quinquennat. Pour lui, l’installation de nouvelles usines dans les zones CMDT qui est en cours participera à l’atteinte de cet objectif.
« La construction de nouvelles usines au niveau de Kadiolo et Kimparana, la délocalisation de l’usine de Bamako et la rénovation des capacités installées participeront à la création d’emplois. Au fur et à mesure que la production augmentera, la capacité installée des usines doit augmenter et si tout cela corrobore, beaucoup d’emplois directs et indirects seront créés. Cette vision est bien inscrite dans le programme présidentiel. C’est dire que le vœu exprimé par les notabilités et les organisations paysannes est déjà pris en compte dans le Programme du président et nous pensons que dans le programme de développement de la CMDT, les usines qui vont être installées et celles qui vont être rénovées créeront beaucoup plus d’emplois », a rassuré le ministre DENON.

Les priorités du nouveau PDG de la CMDT :
Pour sa part, le PDG de la CMDT, Baba BERTHE, a souligné que l’urgence dont la compagnie doit faire face est de mettre en place le dispositif permettant d’égrener la quantité de coton produite. Il a expliqué que cette année, il est attendu une production qui excédera les 600 000 tonnes pour une capacité d’égrenage de 575 000 tonnes. Par conséquent, la mobilisation de l’ensemble des agents des usines est indispensable pour que le coton produit soit égrené avant le début de la saison des pluies.
Selon Baba BERTHE, la deuxième urgence est celle qui se rapporte à la préparation de la campagne 2017-2018. Il a indiqué que cette campagne se prépare dès maintenant à travers la mise en place de certaines mesures pour avoir une campagne réussie. Comme mesures, a-t-il dit qu’il s’agit de mettre en place les intrants par anticipation et voir qu’elles sont les variétés de semences à mettre à disposition sur l’ensemble des zones cotonnières tout en intensifiant l’encadrement.
Une autre priorité évoquée par le PDG de la CMDT consiste à relever le défi du rendement à l’hectare qui, selon lui, est très faible, car il est inférieur par endroit à 1 tonne par hectare. Selon lui, il s’agira aussi de se donner les capacités industrielles pour égrener la quantité de coton qui sera produite. De même, d’œuvrer à la poursuite de l’élan qui consiste à ne pas se limiter à l’égrenage, mais d’aller loin avec l’installation d’une capacité de transformation afin que notre ait désormais la chance de transformer un pourcentage assez important de coton produit. Ce qui, affirme le PDG Baba BERTHE, permettra d’avoir de la valeur ajoutée, de créer des emplois et de la richesse.

La filiale Nord-Est dépassera ses prévisions :
L’administrateur général de la filiale Nord-Est, Oumar DIAKITE, s’est dit confiant quant à l’atteinte des objectifs de sa filiale qui est de 203 900 tonnes. Selon ses explications, la filiale est déjà à plus de 24 000 tonnes de coton graine égrenées. En termes d’appréciation, par rapport à leur plan de charge, elle est à 124 %. Il a précisé que cela veut dire qu’il y a un gap qui a été dépassé.
« Ce dépassement, c’est 10 000 tonnes par rapport à la même période l’année dernière et 13 000 tonnes par rapport à ce qu’on nous demande de faire entièrement. Nous ferons tout pour maintenir ce gap et être toujours en avance afin qu’on puisse terminer, dans le délai souhaité, et s’il le faut venir en appui aux autres. Avec les premières tendances, je suis sûr que l’objectif fixé sera atteint. En ce qui concerne les usines, nous ferons tout pour réussir l’efficience de l’égrenage », a affirmé l’administrateur général de la filiale Nord-Est.
L’étape de la filiale Nord-Est a pris fin par une note de satisfaction des responsables, car les beaucoup de défis ont pu être relevés (productivité et de l’efficience de l’égrenage sont en phase d’être relevés).

PAR MODIBO KONE ENVOYE SPECIAL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *