Filiale sud de la CMDT: vers une production jamais égalée

6

Le ministre de l’Agriculture, Kassoum DENON, accompagné du nouveau PDG de la CMDT, Baba BERTHE, et une forte délégation, effectue une série de visites dans les zones cotonnières pour s’imprégner du déroulement des récoltes, de la campagne d’égrenage du coton et présenter le nouveau PDG aux cotonculteurs. Satisfait de la bonne campagne cotonnière dans la filiale Sud (Bougouni, Koumantou, Sikasso et Kignan), qui promet une production jamais égalée auparavant dans cette zone, le ministre DENON, a remercié les paysans pour avoir honoré leurs engagements pris en début d’hivernage.

La première étape de cette visite de terrain s’est déroulée dans la filière Sud de la CMDT. Partout où la délégation s’est rendue, à Bougouni, à Koumantou, à Sikasso et à Kignan, des visites de courtoisie ont été effectuées chez les notabilités, le gouverneur, les préfets et sous-préfets. Au cours des différents échanges, le ministre DENON a salué les autorités administratives, sécuritaires et les notabilités pour les efforts accomplis dans la réconciliation des cotonculteurs et dans la supervision des paysans pour le bon déroulement de cette campagne agricole.
Le ministre s’est réjoui de constater que les médiations qu’il avait entreprises en début d’hivernage pour atténuer les dissensions entre les cotonculteurs ont porté leurs fruits et ont été soldées par une campagne cotonnière avec des productions records.
Il a également confié aux autorités administratives, coutumières, aux paysans et aux personnels de la CMDT le nouveau PDG de la CMDT qui vient de prendre fonction. Ceux-ci ont tous rassuré de leur disponibilité à accompagner le nouveau patron de la CMDT pour qu’il puisse mener à bien le travail qui lui a été confié par le président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA.

La filiale sud dépasse ses prévisions :
Selon les informations données par l’Administrateur général de la filiale Sud, Issiaka THIAM, la campagne agricole a démarré sous de bons auspices avec le maintien de la subvention des intrants agricoles ; l’augmentation du prix du kilogramme de coton à 250 FCFA ; la mise en place des intrants et la poursuite de la subvention des équipements agricoles.
Il a indiqué qu’au niveau de la filiale Sud, le niveau de réalisation sur les ambitions de surface a été de 101 % contre 100 % lors de la campagne 2014-2015. Avec un objectif ambitieux de production qui atteint, cette année, 261 500 tonnes de coton. Et pour l’atteinte de cet objectif, précise-t-il, les responsables de la filiale sud avaient mis l’accent sur l’intensification des cultures afin d’améliorer les rendements au champ, à travers le suivi rapproché des producteurs pour les entretiens culturaux ; la fertilisation des parcelles ; le traitement phytosanitaire ; la mise en œuvre du thème ‘’suivi de 200 exploitations à rendement inférieur à 1000 kg par ha ; l’utilisation de la chaux ; l’application des mesures de lutte antiérosive et du maintien du potentiel productif et l’amélioration de la qualité du coton graine.
L’administrateur général de la filiale sud a par ailleurs souligné que leur localité n’a pas fait face à beaucoup de difficultés durant cette campagne et que la zone table sur une production jamais égalée auparavant.
Selon ses explications, au 8 novembre 2016, la filiale sud était à plus de 15 000 tonnes d’entrée de coton graine contre 4 680 tonnes l’année derrière à la même période. Aussi, l’égrenage a commencé dans toutes les unités industrielles de la filiale sud, comme cela a pu être constaté par la délégation ministérielle. Ainsi, au regard de la performance exceptionnelle qui est déjà perceptible, l’administrateur général s’est dit confiant quant à l’atteinte des objectifs fixés. Il a noté qu’un accent particulier a été mis sur l’amélioration de la qualité du coton.
Le premier responsable de la filiale Sud a sollicité le soutien et l’accompagnement du ministre et du PDG de la CMDT tout en rassurant la disponibilité des travailleurs à travailler cordialement avec le nouveau patron de la compagnie.
Partout où la délégation s’est rendue, le ministre de l’Agriculture, Kassoum DENON, a remercié les paysans pour avoir honoré leur engagement à cultiver le coton. Il a rappelé que la culture du coton est au-dessus de tout et constitue une des identités de notre pays. Le ministre a fait comprendre que la CMDT était un outil émerveillé pour le développement de notre pays en ce sens que le coton constitue le deuxième produit d’exportation du Mali après l’or.
Il a largement félicité les paysans et l’encadrement technique pour le travail abattu tout en indiquant que la balle est dans le camp du personnel des unités industrielles qui doivent redoubler d’effort pour le bon déroulement de la campagne d’égrenage tout en respectant le délai.
« L’égrenage constitue la dernière phase du système coton. Avec le changement de gouvernance au niveau de la CMDT nous avons décidé de visiter les zones CMDT pour rassurer le monde paysan. Nous avons constaté que toutes les usines ont démarré et que l’égrenage est en train de se faire normalement. Les paysans et l’encadrement ont été rassurés que la CMDT constitue l’espoir du président de la République, car c’est une entreprise agro industrielle qui a un rôle extrêmement important dans l’économie de notre pays. La campagne se passe normalement et si la tendance se poursuivait je pense que la production attendue qui est de 650 000 tonnes sera atteinte et égrenée à temps », a souligné le ministre DENON avec fierté.
Le nouveau PDG de la CMDT, Baba BERTHE, a ajouté que le coton était une richesse comparable à l’or qui ne finit jamais. Il a sensibilisé les jeunes qu’au lieu d’aller dans les zones d’orpaillages de valoriser cette culture, dont la richesse, ne tarira jamais. Sachant que tous les travailleurs sont indispensables pour la réussite de sa mission, le PDG a rassuré qu’il traitera tous les agents sur le même pied d’égalité dans l’entente et la cordialité tout en privilégiant la compétence.
Il a informé que la CMDT travaillerait à remplacer les usines de premières générations parce que celles-ci consomment beaucoup d’électricités et beaucoup de ressources humaines, mais ne sont pas performantes en termes de rentabilité.
« L’un des objectifs qui va être le nôtre, c’est de moderniser au fur et à mesure ces usines et le mouvement est déjà enclenché », a-t-il dit.
Le vice-président de la confédération nationale des producteurs de coton, N’Fah COULIBALY, a fortement salué le ministre DENON pour ses efforts qui ont permis de réconcilier les cotonculteurs qui étaient divisés sur la culture du coton en début d’hivernage.
La délégation a visité toutes les usines d’égrenage de la filiale Sud et certains champs de coton. Précisément, des champs retenus pour l’expérimentation des nouvelles variétés de coton, fruit de la coopération avec l’Inde, ont été visités. Selon le ministre DENON, ces variétés qui sont en train d’être introduites dans notre pays peuvent produire 2 tonnes à l’hectare contre 800 à 1000 kg pour les présentes variétés. Le ministre a estimé que si cette tendance se poursuivait le défi de la productivité à l’hectare sera une réalité dans notre pays.
Partout où il a passé, le ministre de l’Agriculture a apprécié l’engagement du personnel des différentes usines qui ont promis d’égrener tout le coton produit d’ici le début de l’hivernage.

PAR MODIBO KONE
ENVOYE SPECIAL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *